Le blog de Philippe Waechter

L'analyse de Philippe Waechter

Une dimension politique en plus à la BCE

Option Finance - 4 novembre 2019 - Philippe Waechter

Christine Lagarde se place dès avant son arrivée à la tête de la Banque centrale européenne dans la lignée de Mario Draghi. Dans une interview sur une radio française, elle indiquait le 30 octobre, que la politique monétaire ne pouvait seule résoudre l’ensemble des questions économiques auxquelles la zone euro a et aura à faire face. Comme Mario Draghi, qui a tenu ce langage dès le début de son mandat, elle a indiqué qu’il était nécessaire qu’il y ait complémentarité entre la politique menée par la BCE et les politiques budgétaires de chaque gouvernement. Le credo de Draghi, repris par Lagarde, était le suivant : à la BCE de solvabiliser les dettes publiques en maintenant dans la durée des taux d’intérêt très bas, aux gouvernements de mettre en place des politiques budgétaires pour caler la trajectoire de croissance sur un niveau plus élevé puis de faire les réformes nécessaires pour que la croissance potentielle soit plus élevée dans la durée. C’est essentiel pour la distribution de revenus, les créations d’emplois mais aussi la soutenabilité des dettes publiques.

Un tel changement passe par des investissements sur une grande échelle. Sur ce point, Christine Lagarde souhaite ancrer la BCE dans les questions de son temps en rendant la Banque centrale climato-compatible. Elle souhaite que la politique de la BCE permette les investissements en infrastructure qui lutteront contre le changement climatique. Elle souhaite aussi que la politique d’achat d’actifs de la BCE se porte sur les obligations vertes. Ces options, très politiques, vont être fascinantes à suivre dans les prochains mois.