Le blog de Thierry Million

L'analyse de Thierry Million

La puissance de feu de la BCE s’émousse

Option Finance - 23 septembre 2019 - Thierry Million

Comme attendu, la BCE s’est résolue à sortir l’artillerie lourde pour son nouvel assouplissement monétaire. Toutefois, les dispositifs utilisés ne présentent pas de réelles nouveautés. L’institution a réduit son taux de dépôt de 0,10 point de base à -0,50 %, cette fois associé à un système de paliers (tiering), allégeant pour les banques le coût de leurs réserves excédentaires. S’y ajoute une reprise des acquisitions d’actifs au rythme mensuel de 20 milliards d’euros, dès novembre. Ce montant relativement modeste serait maintenu aussi longtemps que nécessaire. Enfin, la BCE a généreusement assoupli les conditions du TLTRO III, espérant que les banques ouvrent au maximum les vannes du crédit.

Néanmoins, cet ensemble de mesures donne l’impression que les moyens de la BCE ne sont pas aussi illimités qu’elle le proclame et que la question des effets secondaires se pose. En réalité, au-delà de - 0,50 % sur le taux de dépôt, la pénalisation du secteur financier devient si intense que la stimulation de l’économie réelle se grippe. Concernant la reprise des achats, Mario Draghi a préféré jouer sur la durée illimitée du programme que sur son volume, afin d’éviter de lancer le débat politico-juridique d’un relèvement du ratio d’emprise par émission aujourd’hui fixé à 33 %.

Ainsi, en l’absence de crise majeure, les anticipations de baisses de taux devraient s’amenuiser. En revanche, les actifs risqués (titres d’entreprises et d’Etats périphériques) restent attractifs, car les primes de risque vont rester comprimées grâce aux injections de liquidités quasi permanentes.