Le blog de Thierry Million

L'analyse de Thierry Million

Les taux d’intérêt condamnés à rester bas en 2020

Option Finance - 16 décembre 2019 - Thierry Million

Les agrégats monétaires M1, M2 et M3 représentent le montant des moyens de paiement dont disposent les agents économiques. Il existe une corrélation forte et positive entre la variation de la masse monétaire et celle de la croissance économique. Or, après une phase de fort ralentissement en 2018, on observe cette année une réaccélération sensible de l’augmentation des agrégats M1 et M2 aux Etats-Unis (+5,7 % et +6,7 % respectivement), en Europe et même en Chine (M1 notamment). Les banques centrales redevenues accommodantes, via des baisses de taux et la reprise du «quantitative easing», participent largement à cette tendance. Le Royaume-Uni reste à l’écart de ce phénomène à cause des incertitudes liées au Brexit. Avec un décalage temporel, l’expansion monétaire commence à produire ses effets. Les indicateurs avancés PMI indiquent que la récession mondiale du secteur manufacturier touche à sa fin. Pour la première fois depuis sept mois, l’activité dans ce secteur est en progression. Les pays émergents, pourtant affectés par la guerre des droits de douane, ont été les premiers à rebondir. La zone euro reste à la traîne, mais des signes de stabilisation apparaissent.

Ainsi, en 2020, si les banques centrales souhaitent confirmer et synchroniser la reprise mondiale, elles devront prolonger la progression des agrégats monétaires pour stimuler l’investissement. En effet, celui-ci permet d’accroître la richesse de l’économie de manière plus que proportionnelle. Autrement dit, afin de maximiser le multiplicateur keynésien, les taux d’intérêt vont rester bas et négatifs en zone euro.