Carrières

Direction financière

La robotisation des tâches, opportunité ou menace pour les financiers ?

Option Finance - 26 février 2021 - Chloé Consigny

Carrières, Management

Engagé par certains grands groupes il y a quelques années déjà, le mouvement de robotisation des tâches réalisées au sein de la direction financière s’accélère sous l’effet notamment du recours croissant au télétravail. Touchant à ce jour pour l’essentiel les services dédiés à la comptabilité, au contrôle de gestion ainsi qu’à la fiscalité, il se traduit d’ores et déjà par des conséquences concrètes sur les missions des collaborateurs, et donc sur les profils recherchés par les employeurs.

Air liquide, Engie, EDF, Groupe Lucien Barrière… Comme l’illustrent les projets récemment déployés par les directions financières de ces entreprises françaises, les chantiers visant à automatiser les processus financiers sont aujourd’hui une réalité. Et comme le confirment de nombreux directeurs financiers (voir Option Finance n° 1591) et directeurs en charge du financement et de la trésorerie (voir p. 14), cette tendance va aller en s’amplifiant sous l’effet du développement de nouvelles technologies. Selon une étude que vient de publier PwC, par exemple, plus d’un quart des auditeurs internes sondés estiment que la robotisation des processus, dite « RPA », pour robotic automatisation process, tiendra un rôle significatif dans leur entreprise au cours des trois prochaines années. Or ils ne sont que 2 % aujourd’hui à l’utiliser.


Vers la réalisation de tâches de plus en plus complexes

Si la tendance générale des dernières années est au « sortir du tout Excel », ce mouvement de robotisation reste, à ce stade, assez circonscrit en termes de métiers touchés. « Pour l’heure, le développement des robots se constate davantage sur les fonctions comptables que sur les fonctions contrôle de gestion », témoigne Emmanuel Millard, directeur général adjoint en charge des fonctions supports et des finances de Coallia, et président de l’Association nationale des directeurs financiers et de contrôle de gestion (DFCG). Les fiscalistes d’entreprise sont aussi concernés pour certaines tâches déclaratives (TVA…).

De fait, les activités qui se prêtent...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner