Zoom sur les DAF

Stratégie

Une direction financière à la loupe…Klépierre

Option Finance - 27 août 2018 - Arnaud Lefèbvre

Trésorerie, Comptabilité, Reporting, Controle de gestion, Directeurs financiers

Une direction financière à la loupe…Klépierre

Réalisant plus de 60 % de son chiffre d’affaires à l’étranger, dont une partie en dehors de la zone euro, Klépierre est confronté à plusieurs problématiques financières, allant de la maîtrise du risque de change au pilotage des flux intragroupe, en passant par la gestion des spécificités fiscales locales et des impératifs de communication qu’implique la cotation. Pour assurer ces missions, la foncière peut s’appuyer sur une fonction finance aux compétences élargies ainsi que sur des systèmes d’information et des processus optimisés.

Consommateurs davantage tournés vers les boutiques de proximité, croissance ininterrompue des ventes en ligne, menace terroriste planant sur les lieux attirant une foule dense… Alors que la fréquentation de nombreux centres commerciaux tend à reculer depuis quelques années en Europe, il est peu dire que la tâche des exploitants de tels complexes est délicate ! Cet environnement peu porteur n’empêche toutefois pas Klépierre de poursuivre sa marche en avant. Mieux, avec un cash-flow net courant par action en hausse de 7,8 % sur un an, la foncière (1,32 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2017) a fait état fin juillet de résultats semestriels en nette croissance et de perspectives meilleures qu’annoncées pour l’exercice 2018. Une performance saluée par les analystes et le marché, d’autant que les résultats annuels 2017 publiés quelques mois plus tôt avaient déjà dépassé les anticipations.

Cette bonne santé, Klépierre la doit en grande partie à son positionnement stratégique. «Depuis quelques années maintenant, nous observons un mouvement de polarisation des centres commerciaux, explique Jean-Michel Gault, directeur général délégué et membre du directoire de Klépierre. D’un côté, il y a les grands centres régionaux qui disposent d’un emplacement optimal dans des zones urbaines à forte croissance et qui attirent encore et toujours les grandes enseignes et les consommateurs. D’un autre côté, des centres situés dans des villes plus secondaires qui sont aujourd’hui moins...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner