Dossier partenaire AXA IM

Investissement responsable, avec AXA IM

Comment les investisseurs abordent-ils l'urgence climatique?

27 janvier 2020 - Contenu proposé par AXA IM

Lise Moret, Directrice de la stratégie Climat chez AXA IM, évoque l’appréhension de l’urgence climatique par les investisseurs et son intégration dans les portefeuilles. Les opportunités d’investissement existent mais un certain nombre d’aspects préalables à l’alignement des portefeuilles, comme la méthodologie et l’identification des actifs éligibles, doivent être encore travaillés. C’est l’un des enjeux 2020 pour le régulateur, les entreprises et les investisseurs.

Lise Moret, Directrice de la stratégie Climat chez AXA IM

"Je pense que les investisseurs ont bien conscience que les risques climatiques peuvent être tout à fait matériels pour leurs actifs. C’est assez clair dans les esprits. Pour autant, la question de comment les investisseurs vont pouvoir aligner leurs stratégies et leurs portefeuilles n’est pas encore résolue. Il y a beaucoup d’aspects qui doivent être travaillés, abordés, notamment des aspects de méthodologie, des aspects d’identification d’actifs qui seraient éligibles à cet objectif d’alignement.

En 2020, précisément, l’objectif d’alignement est en train de se généraliser du point de vue du régulateur et du point de vue des entreprises et bien évidemment des investisseurs. Il y a cette idée de comprendre la matérialité du changement climatique et la nécessité de soutenir les accords de Paris ; c’est un des enjeux de 2020 très clairement, mais plus encore, il est question de savoir comment identifier les actifs éligibles, les véhicules d’investissement éligibles à cet objectif. Aujourd’hui on a un marché des « green bonds » sur le volet obligataire qui s’est très bien développé, mais on sait qu’il ne va probablement pas suffire pour financer la transition énergétique, donc il faut trouver des idées pour élargir et augmenter la diversification d’un portefeuille qui viserait à basculer des milliards pour financer cette transition énergétique. On a besoin d’accroître la diversification, et pour cela il faut regarder au-delà de ce qui est déjà très vert.

Les opportunités d’investissement existent mais il faudra que l’on définisse un cadre d’éligibilité à un portefeuille qui viserait à aligner son actif sur les accords de Paris. Cette question d’éligibilité est vraiment cruciale. Quand on parle de transition et d’actifs pas tout à fait verts et qui vont le devenir, bien sûr on parle d’opportunités, d’innovation, de nouvelles technologies, et de nouveaux produits. On a tous très envie de pouvoir découvrir cela dans le marché, mais avant d’aller jusque-là, il faut définir des critères et des référentiels robustes académiquement et scientifiquement prouvés qui vont nous permettre d’identifier des entreprises qui ont une vraie intentionnalité à faire cette transition. C’est certes un défi, mais on espère que l’on aura assez rapidement des éléments pour nous aiguiller en temps qu’investisseurs, ce qui nous donnera la possibilité d’aller chercher des sources de croissance nouvelles qui bâtissent le monde de demain."