Dossier partenaire AXA IM

Fixed income, avec AXA IM

Les obligations à duration courte, une alternative aux liquidités ?

13 novembre 2020 - Proposé par AXA IM

Le contexte de taux bas semble se prolonger durablement avec les mesures des banques centrales pour soutenir l’économie face à la crise sanitaire. Les obligations à duration courte affichent des rendements positifs sur de nombreux marchés et pourraient, selon nous, permettre aux investisseurs de faire mieux que l’inflation et les taux négatifs tout en cherchant à minimiser la volatilité. Retrouvez l’analyse de Nicolas Trindade, gérant de portefeuille chez AXA IM, stratégies à duration courte.

Début 2020, les taux d’intérêt se trouvaient déjà à des points bas historiques presque partout dans le monde. La pandémie de Covid-19 ayant poussé les banques centrales à assouplir encore leurs politiques, l’argent déposé sur des comptes bancaires ne rapportera rien ou presque rien. Les épargnants pourraient même perdre de l’argent après prise en compte de l’inflation puisque, même faible, elle érode la valeur de l’épargne dans la durée si elle est supérieure aux taux d’intérêt. Aucune hausse des taux directeurs n’étant attendue à court et moyen terme, les investisseurs auraient intérêt à se tourner vers des dispositifs plus risqués pour la gestion de leurs liquidités.

Les atouts de la duration courte dans un contexte de taux bas

Des solutions existent. Selon nous, les obligations à duration courte constituent l’étape opportune à tout investisseur qui conserve de forts niveaux de liquidités. Il pourrait sembler contre-intuitif d'utiliser ces obligations alors que chercher à se prémunir contre une hausse des taux d'intérêt ne semble pas nécessaire, mais leur volatilité demeure inférieure aux obligations à duration plus longue, ce qui reste un facteur important dans la mesure où les taux d'intérêt et les rendements sont faibles ou négatifs.

Les solutions d’investissement à duration courte cherchent ainsi à générer un rendement plus élevé que celui de l’inflation et se traduirait ainsi par un rendement réel positif. Toutefois, même si la valeur des obligations à duration courte peut baisser lorsque le marché recule, les pertes n’ont pas vocation à s’inscrire dans la durée.

Les stratégies d’investissement obligataires à duration courte ne sont pas connues de tous les investisseurs. Pour survivre à la pandémie, les entreprises ont massivement levé des capitaux et ne laisseront pas l’inflation déprécier leur valeur. Les obligations à duration courte pourraient répondre à ce besoin.

>Lire la suite sur le site d'AXA IM