Dossier partenaire AXA IM

Fixed income, par AXA IM

Trois axes à surveiller par les investisseurs obligataires en 2021

8 janvier 2021 - Nick Hayes, Head of Active Fixed Income Allocation & Total Return, AXA IM

Le chemin du retour à la normale reste encore long et les conséquences à long terme du choc économique vécu en 2020 ne doivent pas être sous-estimées. Cette prudence sur le front économique nous mène à penser que la demande des investisseurs pour une duration de qualité restera soutenue. En 2021, nous surveillerons tout particulièrement plusieurs segments du marché obligataire.

L’annonce des vaccins a engendré un fort rebond du marché au quatrième trimestre 2020 qui façonne aujourd’hui notre approche, remplie d’espoirs, et a redonné des couleurs aux perspectives de rendement du marché. Plusieurs bonnes nouvelles concernant les vaccins pourraient déjà être intégrées dans les valorisations. Pour autant, en 2021, nous serons encore confrontés au long chemin du retour à la normale dans des secteurs comme le tourisme ou l'hôtellerie, et les conséquences à long terme du choc économique vécu en 2020 ne doivent pas être sous-estimées. Cette prudence sur le front économique nous mène à penser que la demande des investisseurs pour une duration de qualité restera soutenue.

1. Les obligations d'État continuent de jouer un rôle important

Les risques baissiers liés à la COVID-19 semblent s'atténuer, mais l'économie n'est pas encore sortie de l’ornière. Il faudra du temps avant que les vaccins ne soient efficacement distribués ; cela devrait s'accélérer au premier trimestre 2021. Même si nous devrions assister à un relâchement des restrictions au fur et à mesure que l'hiver s'éloigne dans l'hémisphère nord, ce n'est peut-être qu'à l'automne que nous retrouverons une vie normale.

Aux Etats-Unis, les perspectives en termes de soutien budgétaire à l'économie sont favorables avec un Senat majoritairement démocrate. Les implications pour les bons du Trésor américain sont nombreuses. Les émissions obligataires devraient diminuer par rapport à ce que nous aurions connu avec une « vague bleue » démocrate. Cela pourrait conduire à un affaiblissement de l'économie, stimuler l’attrait des investisseurs pour une duration de qualité mais aussi maintenir une forte dépendance de l'économie à la politique monétaire, et renforcer les politiques de soutien pour le marché obligataire.

Comme au cours de la dernière décennie, tous les chemins semblent mener au soutien du marché obligataire. Les rendements oscillent dans une fourchette très serrée depuis le mois de mars 2020 (entre 0,5 et 1 % pour les bons du Trésor américain à 10 ans), mais nous pensons qu’il est possible de générer une légère performance en prenant des positions tactiques dans cette fourchette. Dans un portefeuille diversifié, les emprunts d'État de grande qualité représentent selon nous un bon moyen de faire face à la volatilité des actifs risqués et apportent de la liquidité, ce que les investisseurs pourraient apprécier.