Gestion d'actifs

Classes d'actifs : analyses et perspectives

Dette privée

Guide la gestion d'actifs - édition 2021 - 30 avril 2021

Les fonds de dette privée jouent un rôle important dans le financement des entreprises. Rôle accru depuis la crise de la Covid-19, qui a mis en évidence des besoins considérables. Ces fonds ont été très prisés des investisseurs institutionnels ces dernières années pour leur caractère décorrélant et leur rendement. La création du label Relance devrait amener les particuliers à s’intéresser aussi à la classe d’actifs.

« La crise liée au Covid-19 a entraîné un besoin important et immédiat pour les sociétés de préserver leurs liquidités. Les fonds de dette privée ont soutenu les entreprises qu’ils accompagnent pour répondre dans l’urgence à leurs demandes de soutien, notamment des demandes de report de paiement d’intérêts ou de révision de certaines conditions, notamment liées à leurs engagements. Les fonds de dette privée ont montré leur agilité et leur flexibilité, et ont confirmé leur rôle majeur dans le financement des entreprises », soulignait Cécile Mayer-Levi, présidente de la commission Dette privée de France Invest en mai 2020, lors de la publication de la 3e édition de « L’activité des fonds de dette actifs en France ». La France se positionne comme le deuxième marché européen de la dette privée.

Du côté des investisseurs institutionnels, l’intérêt pour la classe d’actifs, qui comprend le financement de projets d’infrastructures, la dette immobilière et les prêts aux petites et moyennes entreprises, n’a pas faibli avec la crise.

Grâce au label Relance, lancé le 19 octobre dernier par la Direction générale du Trésor, dont l’objectif est d’orienter l’épargne des Français vers des véhicules d’investissement qui soutiennent les plans de relance économique, la classe d’actifs bénéficie d’une nouvelle dynamique. Avec le label « Relance », l’Etat a souhaité encourager le renforcement des fonds propres et quasi-fonds propres des entreprises françaises en mobilisant l’épargne privée. Début mars, 147 fonds avaient été labellisés. L’encours de ces fonds s’élevait à 13 milliards d’euros, et à 24,5 milliards d’euros en incluant les cibles de collecte des fonds en cours de lancement. Une majorité de ces fonds est accessible aux épargnants par l’assurance vie, les plans d’épargne en actions ou la souscription en direct : 55 fonds « grand public », à l’instar des organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) ou des fonds d’épargne salariale, ont obtenu le label, soit près de 65 % de l’encours total. 27 fonds de capital-investissement ouverts à des investisseurs non professionnels ont également été labellisés.

Les fonds labellisés doivent respecter un ensemble de règles d’investissement et de critères environnementaux, sociaux et de bonne gouvernance (ESG) tels que définis dans la Charte du label. 

> Lire la parole d'expert « Aviva Investors France : soutenir les entreprises françaises familiales pour promouvoir une reprise durable »

Classes d'actifs : analyses et perspectives