Les 50 sociétés de gestion qui comptent

Asset management

Les incontournables

7 mai 2020 - Les rédactions d'Option Finance et de Funds Magazine

Sociétés de gestion : la sélection 2020 de Funds Magazine et Option Finance

En gras : les sociétés nouvelles dans le classement, qu'il s'agisse d'une première sélection ou d'un retour dans le classement.

> Les championnes

BNY Mellon; Comgest; Eleva Capital; Tikehau Capital; Twenty First Capital; Varenne Capital Partners

> Les incontournables

Acofi Gestion; Allianz Global Investors; Amundi; Amilton AM; Amiral Gestion; Amundi; Aviva Investors France; Axa IM; Axiom AI; BFT IM; Blackrock; BNPP AM; Candriam; Carmignac; CPR AM; Crédit Mutuel Asset Management; DNCA Finance; Dorval AM; DWS; Ecofi Investissements; Edram; Eiffel Investment Group; Eres Gestion; Federal Finance Gestion; Fidelity International; Financière Arbevel; Generali Investments; Groupama AM; Invesco Asset Management; JP Morgan Asset Management; La Financière de l'Echiquier; La Française AM; Lazard Frères Gestion; Lombard Odier Investment Managers; Lyxor Asset Management; M&G Investments; Malakoff Humanis Gestion d'Actifs; Mirova; Morgan Stanley IM; Muzinich & Co; Natixis IM; Neuberger Berman; NN Investment Parteners; Oddo BHF AM; OFI AM; Ossiam; Ostrum Asset Management; Palatine AM; Pictet AM; Rivage Investment; Robeco; Rothschild & Co Asset Management Europe; Schelcher Prince Gestion; Schroders; SCOR IP; Swiss Life Asset Management; Sycomore; UBP Asset Management

Acofi - Thibault de Saint-Priest, directeur général

Des innovations pour le service client

Profitant de l’engouement des institutionnels pour les actifs réels, Acofi Gestion, spécialisé sur cette classe d’actifs, a réussi à lever 575 millions d’euros de capitaux en 2019. Cette dynamique a été soutenue par le lancement de deux nouveaux fonds : la troisième génération d’un fonds de créances de Crédit d’impôt recherche (CIR) de PME et d’ETI, doté de 180 millions d’euros, et le second millésime d’un véhicule dédié aux acteurs de la transition énergétique, toujours en cours de levée. Le lancement d’un nouveau fonds de prêt immobilier «senior» est également prévu dans les prochains mois. De plus, Acofi Gestion a réalisé l’an dernier la première opération de leasing en direct  pour un fonds, profitant ainsi d’une évolution législative autorisant désormais les activités de crédit-bail pour les organismes de financement spécialisés. Par ailleurs, l’année 2019 a été l’occasion pour le gérant de renforcer ses reportings : il a automatisé l’ensemble des rapports de gestion de ses fonds et a publié son premier rapport annuel ESG.

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 2,22 MdE   l Collecte nette : 575 ME     l Part des encours commercialisés à l’international : NC  l Part de la clientèle institutionnelle : 100 %

Allianz Global Investors - Amine Benghabrit, directeur général de la succursale française

Allianz Global Investors

Une approche responsable renforcée

Centre d’expertise d’investissement en gestion obligataire, crédit, actions et ISR, la succursale française gère un encours de 97,6 milliards d’euros à fin 2019, confortant sa place de second pôle d’investissement du groupe. Pour les investisseurs à la recherche de rendement dans un environnement de taux bas Allianz GI met en exergue la dette émergente et les actifs non cotés. La gamme dans le non-coté s’est ainsi enrichie des fonds Allianz European Infrastructure Fund et Allianz Impact Investment Fund. Par ailleurs, le fonds Allianz Euro Core Infrastructure Debt Fund a fait l’objet d’un premier closing à 270 millions d’euros. Dans le domaine de la gestion responsable, Allianz GI poursuit quatre approches afin de proposer différentes opportunités : l’intégration ESG, l’ISR, l’investissement dans les entreprises qui permettent un changement positif vers un ou plusieurs objectifs de développement durable et l’impact. A la suite du départ en retraite d’Andreas Utermann, CEO d’Allianz GI, le comité exécutif du groupe est passé de onze à quatre personnes (deux femmes, deux hommes). 

l Encours pour compte de tiers en France : 42,3 Mde
l Collecte nette globale : – 7,5 Mde (NC pour la France)
l Part de la clientèle intermédiée : 46 %  

Amilton AM - Dan Sayag, directeur général

Changement de dimension

La boutique a opéré deux changements majeurs l’an dernier. D’une part, elle a acquis 100 % du capital de LFPI AM (370 millions d’euros d’encours), spécialisée dans la gestion obligataire pour une clientèle institutionnelle. D’autre part, elle a ouvert son capital, à hauteur de 60 %, au groupe LFPI. Ces deux opérations conjointes lui permettent d’élargir son savoir-faire et de renforcer la capacité à proposer des solutions d’investissement adaptées aux attentes de ses clients institutionnels et CGP, mais aussi d’accélérer son développement à l’international en profitant des implantations de LFPI à Genève, Vienne, Milan, Luxembourg et New York. Avec le soutien de son nouvel actionnaire, Amilton AM souhaite poursuivre la consolidation du secteur. Par ailleurs, l’équipe de gestion a été renforcée avec l’arrivée de deux gérants, la gamme élargie avec le lancement de trois nouveaux fonds diversifiés à destination des CGP et des banques privées et l’intégration des critères ESG à la gestion actions finalisée. Enfin, le fonds 2i Sélection, qui investit dans des fonds actions de petites boutiques pour le compte de clients institutionnels, a collecté 18 millions d’euros en 2019. 

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 1,18 Mde
l Collecte nette : 446 Me
l Part des encours commercialisés à l’international : 3,4 %
l Part de la clientèle intermédiée : 58,3 %

Amiral Gestion - Julien Lepage, directeur général

Poursuite du développement à l’international 

Grâce à la diversification de son offre, Amiral Gestion parvient à compenser le désintérêt des investisseurs pour les petites et moyennes valeurs. En 2019, des membres des équipes de Paris et de Singapour ont continué à structurer les process d’échange d’idées d’investissement pour saisir les opportunités des marchés asiatiques. Parallèlement, la société de gestion poursuit son effort de commercialisation en Europe avec notamment le recrutement d’un commercial qui suit particulièrement le marché italien. En outre, Amiral Gestion transforme ses fonds ouverts en sicav afin d’en faciliter la commercialisation. Doté d’une culture d’entreprise forte en faveur d’un développement économique durable, le gestionnaire intègre les critères ESG dans le processus d’analyse et de sélection des valeurs via une notation externe et interne. Par ailleurs, les droits de vote sont utilisés comme levier pour promouvoir les meilleures pratiques des petites et moyennes entreprises en matière de gouvernance. 

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 3,8 Mde
l Collecte nette : 0
l Part des encours commercialisés à l’international : 10,5 %
l Part de la clientèle intermédiée : 75 %

Amundi - Yves Perrier, directeur général

Amundi

Des records qui s’enchaînent

D’une année sur l’autre, Amundi confirme la solidité de son modèle économique avec des résultats en hausse. Ainsi, l’an dernier, la société de gestion est-elle parvenue à collecter plus de 100 milliards d’euros et à dépasser les 1 600 milliards d’encours globaux. Le groupe cherche en effet depuis sa création à grossir afin de bénéficier d’économies d’échelle. A ce titre, il a annoncé fin janvier l’acquisition de l’activité de gestion d’actifs de la banque espagnole Banco Sabadell, et, en février, la création d’une co-entreprise en Chine avec Bank of China. Le groupe s’est engagé en 2018 dans une stratégie de généralisation de l’ESG : fin 2019, la moitié de ses fonds ouverts avaient ainsi un score extra-financier supérieur à leur benchmark, contre un objectif de 100 % en 2021. Enfin, Amundi poursuit son développement dans la gestion indicielle : le gestionnaire a collecté 8 milliards d’euros sur les ETF, grâce à une gamme à très bas coût, une offre ISR et un ETC sur l’or, ce qui porte leur encours à 55 milliards.

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 1 207 Mde
l Collecte nette globale : 107,7 Mde
l Part des encours commercialisés à l’international : 63 %
l Part de la clientèle intermédiée : 40 %

Aviva Investors France - Emmanuel Babinet, président du directoire

Une collecte dynamique

Aviva Investors France signe une excellente année en 2019, sa collecte nette s’élevant à 2,7 milliards d’euros, dont 1,58 milliard pour le compte de la clientèle hors groupe. Filiale de la compagnie d’assurances Aviva France, la société de gestion possède des expertises sur l’ensemble des classes d’actifs de la zone euro, depuis les marchés liquides jusqu’aux actifs réels. Elle est le pôle d’expertise euro du groupe Aviva Investors, dont l’encours s’élève à 408,5 milliards d’euros à fin 2019. Sur ce total, la société de gestion française gère près de 115 milliards d’euros. Elle conforte par ailleurs son identité d’investisseur responsable par la labellisation de quatorze fonds et le lancement de deux fonds thématiques en 2019 : Aviva Croissance Durable ISR et Aviva Investors Climate Transition European Equity, qui met en œuvre une stratégie dite de transition climatique appliquée sur un encours de plus de 1 milliard d’euros à fin janvier 2020.

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 19,7 Mde
l Collecte nette : 1,58 Mde
l Part des encours commercialisés à l’international : 3,4 %
l Part de la clientèle intermédiée : 16 %

AXA Investment Managers - Gérald Harlin, executive chairman

 Une offre enrichie en produits responsables

Nommé executive chairman le 1er décembre 2019, Gérald Harlin remplace Andrea Rossi qui a quitté le poste de directeur général qu’il occupait depuis 2013. Le plan de réorganisation que ce dernier avait mis en place porte ses fruits, l’encours global d’AXA IM dépassant la barre des 800 milliards d’euros. Le gestionnaire s’appuie maintenant sur quatre pôles : clients, fonctions support, investissements core, et investissement alternatifs et spécialisés. Ainsi, AXA IM-Real Assets, dont l’encours sous gestion approche 100 milliards d’euros, a développé ses partenariats de distribution et élargi sa base d’investisseurs tiers via sa gamme de fonds d’actions ouverts en immobilier direct. L’année 2019 a été une année d’accélération forte avec une intégration plus importante des critères ESG, le lancement de stratégies d’impact et des initiatives marquantes menées avec l’industrie. AXA IM a ainsi lancé un appel à la création de transition bonds, obligations destinées à financer les entreprises qui s’engagent dans une transition énergétique et écologique.

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 331,9 Mde
l Collecte nette : 4 Mde
l Part de la clientèle à l’international : 62 %
l Part de la clientèle intermédiée : 8 %

Axiom Alternative Investments - David Benamou, associé gérant

Des chantiers structurants

En 2019, Axiom AI a continué à récolter les fruits de son partenariat avec Groupama AM : le fonds à échéance Groupama Axiom Legacy, qui séduit en particulier les investisseurs institutionnels français mais aussi la clientèle espagnole, a bénéficié d’une centaine de millions d’euros de souscriptions et franchi la barre des 400 millions d’euros. L’année a été marquée par de nouveaux lancements : un ETF CoCo en partenariat avec UniCredit qui a contribué à la croissance des encours et a permis d’asseoir la notoriété du groupe en Italie et en Allemagne, mais aussi au Royaume-Uni, en Suisse et au Luxembourg. La gamme s’est aussi enrichie d’un fonds long/short crédit, Axiom Credit Opportunity, qui a collecté une centaine de millions d’euros auprès de family offices et de petits institutionnels français en quelques mois. Par ailleurs, Axiom AI s’est attaqué à plusieurs chantiers en cours de finalisation : la mise en place d’un plan de développement digital, notamment l’axe du marketing digital, et, surtout, la formalisation de sa politique ESG. Une base d’analyse ESG est actuellement en cours de construction.  

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 1,49 Mde
l Collecte nette : 397 Me
l Part des encours commercialisés à l’international : 41,3 %
l Part de la clientèle intermédiée : 57, 2 %

BFT IM - Gilles Guez, directeur général

BFT Investment Managers

Une diversification prometteuse

L’expertise historique en gestion monétaire a permis à la filiale d’Amundi d’enregistrer une belle collecte en 2019. L’année écoulée a aussi été marquée par la conquête de nouveaux clients, en particulier des grands comptes, à savoir des entreprises et des investisseurs institutionnels. BFT IM a remporté un appel d’offres du FRR portant sur des mandats de gestion active responsable investis en actions de petites capitalisations européennes et françaises. Dans le cadre de sa stratégie de diversification vers la clientèle intermédiée, la société de gestion a bénéficié des flux positifs sur les fonds obligataires à échéance, qui ciblent principalement les banques et gestions privées, et des lancements réussis de plusieurs nouveaux fonds, notamment deux fonds PEA multi-classes d’actifs basse volatilité destinés à capter les liquidités dormantes sur les PEA. Un recrutement est en cours pour renforcer le pôle distribution de l’équipe commerciale.

l Encours global : 32,7 Mde
l Collecte nette globale : 4,4 Mde
l Part des encours commercialisés à l’international : 0 %
l Part de la clientèle intermédiée : 32 %

BlackRock - Stéphane Lapiquonne, directeur général pour la France

Une accélération sur l’offre technologique

Profitant d’un effet marché très favorable et d’une collecte positive, les encours de BlackRock en France, Belgique et Luxembourg ont progressé de 28 % en 2019, à 58 milliards d’euros, dont une trentaine pour la France. Le virage ESG du groupe, détaillé début 2020, s’est notamment traduit en France par le recrutement de Carole Crozat comme directrice de la recherche thématique ESG. La structure française a également fait évoluer son organisation commerciale pour rapprocher les équipes ETF d’iShares et celles du retail, et ainsi mieux articuler les offres de gestion active et passive. Par ailleurs, la société de gestion alternative créée par BlackRock à Paris en 2018 et présidée depuis l’été par Sébastien Herzog annonce gérer 8 milliards d’euros en immobilier, infrastructure, dette privée et private equity, et compter 22 milliards d’engagement fin 2019. Cet accent mis sur le non-coté s’est surtout traduit par l’acquisition du français e-Front avec ses 120 salariés : l’offre de ce spécialiste des logiciels de gestion pour l’investissement alternatif va venir renforcer les solutions technologiques de la plateforme Aladdin.

l Encours pour compte de tiers France, Belgique, Luxembourg : 57,9 Md€    
l Collecte nette : NP     l Part de la clientèle institutionnelle : 55 %

BNP Paribas asset management - Frédéric Janbon, administrateur, directeur général

BNP Paribas Investment Partners

Une transformation toujours en cours 

La restructuration se poursuit chez BNP Paribas AM, avec l’ouverture d’un plan de départ pour 10 % de ses effectifs et la simplification des process et outils. Le gérant a ainsi finalisé la mise en place de la plateforme Aladdin de BlackRock et rationalisé sa gamme. Cette transformation s’accompagne d’une généralisation de l’ESG dans l’offre : par exemple, la sicav Parvest, devenue «BNP Paribas Funds», intègre désormais une approche 100 % durable. Une stratégie qui se décline aussi dans la gestion indicielle : le groupe a ainsi lancé deux ETF ESG thématiques, l’un sur l’économie circulaire et l’autre sur l’immobilier coté responsable. Côté institutionnel, le gérant a remporté un mandat du régime de retraite britannique Nest pour une stratégie diversifiée en dette privée avec une dimension ESG. BNP Paribas AM continue enfin de miser sur l’international et notamment l’Asie : une co-entreprise vient ainsi d’être créée avec l’asset manager de la banque indienne Bank of Baroda.

l Encours global : 440 Md€
l Collecte globale nette : – 390 M€
l Part des encours commercialisés à l’international : 68,4 %
l Part de la clientèle intermédiée : 42 %

Candriam - Naïm Abou-Jaoudé, CEO

Un appétit pour la distribution

Après une année 2018 exceptionnelle en matière de collecte et plusieurs opérations de croissance externe, Candriam enregistre encore de belles performances en 2019. La filiale de gestion d’actifs de l’assureur-vie New York Life, qui pèse 130 milliards d’euros au niveau mondial, gère désormais 23,4 milliards d’euros d’actifs en France (+ 17 %), dont 19,3 milliards pour des clients français. La clientèle institutionnelle a été renforcée, avec deux appels d’offres gagnés. Mais les efforts ont aussi porté sur l’élargissement du référencement des fonds auprès des distributeurs, avec le recrutement de deux commerciaux en France et la nomination de Matthieu David comme responsable mondial des partenariats de distribution. L’offre, elle aussi, s’enrichit, en particulier via de nouvelles thématiques «à impact» – lancement d’un fonds oncologie, projet d’un fonds de fonds d’impact investing. Pour soutenir la recherche en matière d’ISR et ainsi maintenir son avance, Candriam a annoncé le lancement d’une chaire sur la finance durable avec Kedge Business School. 

l Encours pour compte de tiers en France : 19,3 Mde
l Collecte nette en France : 1,03 Mde
l Part de la clientèle intermédiée : 15 %

Carmignac - Edouard Carmignac, président

©Arnaud Février

Encore une année difficile

Lanterne rouge de cette édition, la boutique de la place Vendôme conserve sa place dans la sélection car, malgré la forte décollecte enregistrée encore l’an dernier, sa taille lui assure toujours le statut de première boutique française indépendante. En 2019, les actifs sous gestion ont fondu de 42,5 à 35 milliards d’euros malgré la hausse des marchés. En deux ans, près de 20 milliards d’euros d’encours ont disparu. La décollecte avoisine les 10 milliards et provient pour bonne partie des sorties sur le fonds phare Carmignac Patrimoine et le fonds Carmignac Sécurité. L’amélioration des performances depuis la fin 2019 était jugée de bon augure en ce début d’année 2020, mais il faudra désormais patienter pour voir si la gestion, dont l’équipe a été renforcée ces derniers mois, parvient à absorber le choc actuel. Par ailleurs, Carmignac a pratiquement finalisé l’intégration des critères ESG sur l’ensemble de la gamme et a obtenu le label ISR pour trois fonds ainsi que la certification belge Towards Sustainability pour cinq fonds. 

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 35 Mde
l Collecte nette : – 9,9 Mde
l Part des encours commercialisés à l’international : 80 %
l Part de la clientèle intermédiée : 88 %

CPR Asset Management - Valérie Baudson, directrice générale

Cap sur les thématiques ESG

Portés par la performance des marchés actions en 2019 et une collecte nette supérieure à 800 millions d’euros, les encours de CPR AM ont franchi la barre des 50 milliards. Plus de 900 millions d’euros ont été captés par la gamme d’allocation d’actifs «Croissance» qui dépasse les 3 milliards sous gestion. Mais l’activité a également été très dynamique sur les fonds actions thématiques, avec près de 840 millions d’euros de collecte. Cette gamme s’est enrichie de plusieurs fonds sur des thématiques ESG. Après l’éducation en 2018, la filiale d’Amundi a continué d’innover en créant un fonds dédié à la réduction des inégalités sociales. Sur l’obligataire, CPR a lancé avec succès une stratégie smart beta credit ESG, qui a collecté près de 400 millions d’euros en un an. Des offres que le gérant pousse de plus en plus à l’international – qui représente désormais 18 % de ses encours, contre 13 % en 2018 – et auprès de la clientèle retail intermédiée. Ces efforts en direction des distributeurs se sont en outre traduits par le lancement d’un outil digital d’allocation d’actifs pour les CGP. 

l Encours global : 52,6 Mde
l Collecte nette globale : 817 Me
l Part des encours commercialisés à l’international : 18 %
l Part de la clientèle intermédiée : 37 %

Crédit Mutuel Asset Management - Olivier Vaillant, directeur général

Une nouvelle étape de développement

En 2019, Crédit Mutuel Asset Management a accéléré son développement en intégrant les activités de gestion pour compte de tiers de Milleis Banque. La société de gestion a aussi mis l’accent sur le développement international grâce aux réseaux de Targobank en Espagne et en Allemagne. Dans la même perspective, une sicav à compartiments a été mise en place et agréée à la commercialisation dans de nombreux pays européens comme l’Espagne, l’Allemagne, l’Irlande, le Luxembourg ou encore les Pays-Bas. Sa collecte brute hors monétaire a atteint 5,3 milliards d’euros sur l’année. La société de gestion est également reconnue pour ses expertises en gestion socialement responsable et sa capacité à faire de la pédagogie vis-à-vis du grand public. Enfin, sa maison mère a procédé l’an dernier à une restructuration des forces commerciales en gestion d’actifs à travers la création d’une nouvelle entité, Crédit Mutuel Investment Managers, chargée de promouvoir les solutions proposées par les six sociétés de gestion du groupe.

l Encours global : 59,7 Md€
l Collecte nette : NC
l Part des encours commercialisés à l’international : NC
l Part de la clientèle intermédiée : 43 %

DNCA Finance - Eric Franc, directeur général

Une gamme ISR enrichie

Malgré la hausse des marchés, la boutique de la place Vendôme, affiliée Natixis IM, a vu ses encours baisser l’an dernier. L’ensemble de la gamme a pâti de rachats aussi bien en France qu’en Italie, où DNCA a connu un certain succès avec son fonds Eurose il y a quelques années, ou en Espagne. Seul le fonds obligataire multi-stratégies DNCA Invest Alpha Bonds a bénéficié de flux positifs. Pour accompagner le développement de son offre d’investissement responsable, la société s’est dotée d’un outil propriétaire ABA (Above & Beyond Analysis), sur lequel repose l’analyse extra-financière, qui combine les deux dimensions de responsabilité d’entreprise et de la transition durable. Cette approche est notamment incarnée par le fonds DNCA Invest Beyond Alterosa et le fonds d’impact, lancé fin 2018, DNCA Invest Beyond Semperosa. Un septième fonds sur le climat vient de rejoindre la gamme de fonds labellisés ISR dont l’encours s’élevait à 700 millions d’euros à fin décembre.

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 22,3 Mde
l Collecte nette : NC
l Part des encours commercialisés à l’international : NC
l Part de la clientèle intermédiée : 65 %

Dorval Asset Management - Jean-François Baralon, directeur général

Changement de direction

Une nouvelle gouvernance a été mise en place l’an dernier avec l’arrivée de Jean-François Baralon, précédemment en charge de la distribution pour la France, la Belgique, le Luxembourg, Genève et Monaco chez Natixis IM, dont Dorval AM est un affilié. Une nomination qui vise à donner une nouvelle impulsion sur le plan commercial, après une année 2019 difficile en matière de collecte, tandis que les deux fondateurs, Stéphane Furet et Louis Bert, se consacrent désormais à la gestion des gammes Convictions et Manageurs. Dorval AM ambitionne de développer ses encours à l’international grâce à la plateforme de distribution de NIM. Par ailleurs, si la gamme actuelle prend déjà en compte, en grande partie, les critères ESG, la société de gestion travaille à l’intégration d’une approche sociétale au sein de ses processus de gestion, à travers la création d’une gamme qui devrait être lancée prochainement.

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 1,6 Mde
l Collecte nette : - 728 Me
l Part des encours commercialisés à l’international : 3 %
l Part de la clientèle intermédiée : 74 %

DWS - Olivier Dubost de Cadalvène, directeur général en France

Une forte collecte en France

2019 a été une très bonne année pour le gestionnaire allemand sur le marché français, avec une collecte record de 2,5 milliards d’euros. Les investisseurs se sont portés sur l’ensemble des expertises de la plateforme, à savoir la gestion active, la gestion passive (à travers les ETF Xtrackers) et la gestion alternative. En particulier, DWS a franchi l’an dernier la barre des 100 milliards d’euros d’encours dans les ETF en Europe. En gestion alternative, un nouveau fonds a été lancé au sein de sa stratégie infrastructures. En France, si la société de gestion est plutôt positionnée sur le segment institutionnel, elle s’est intéressée l’an dernier à la clientèle des conseillers en gestion de patrimoine (CGP) : grâce à un partenariat avec MyFunds Office, elle met à la disposition des CGP français plusieurs de ses fonds phares. Enfin, la société de gestion a pris en 2019 une participation dans Arabesque S-Ray, un fournisseur allemand de technologie d’intelligence artificielle appliquée à l’ESG.

l Encours en France : 11,7 Mde
l Collecte nette : 2,55 Mde
l Part de la clientèle intermédiée : 38 %

Ecofi Investissements - Pierre Valentin, président du directoire

Vingt ans d’investissement responsable

Pionnier de la gestion ISR, Ecofi Investissements a créé sa première sicav ISR en janvier 2000, Epargne Ethique Actions, qui est aujourd’hui labellisée ISR. L’année passée, la société de gestion a enregistré d’excellentes performances, 75 % de ses fonds ayant surperformé leur indice de référence, notamment trois d’entre eux qui ont gagné plus de 35 % sur la période. Si la collecte nette de 2019 apparaît en négatif, elle résulte de sorties sur les fonds de taux court terme dynamiques et multi-classes d’actifs dont le montant surpasse la collecte nette positive des fonds actions. En janvier 2019, Ecofi Investissements a mis en œuvre son nouveau processus Impact ISR, que les gérants appliquent en amont de l’analyse financière sur la totalité de la gamme des fonds de la société. Son approche se décline en trois temps : exclusions sectorielles, sélection des émetteurs les plus responsables et gestion des émetteurs controversés.

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 5,7 Mde
l Collecte nette : – 1,2 Mde
l Part des encours commercialisés à l’international : 3 %
l Part des encours de la clientèle intermédiée : 30 %

Edmond de Rothschild Asset Management - Christophe Caspar, directeur général

Redéploiement de l’offre

Dotée d’une feuille de route 2022, Edmond de Rothschild Asset Management concentre ses efforts sur les expertises stratégiques. Ainsi, pour renforcer ses capacités de distribution internationale, la société de gestion a finalisé la création d’une sicav française regroupant tous ses principaux FCP, qui vient en complément de sa sicav luxembourgeoise EdR Fund. Par ailleurs, Edram a pris une participation de 34 % dans ERAAM, société de gestion quantitative spécialisée dans la recherche de performance absolue issue de la gestion factorielle grâce à une approche propriétaire. En 2019, la plateforme immobilière a poursuivi son développement et les trois filiales spécialisées dans les actifs immobiliers, dorénavant regroupées, viennent d’adopter une marque unique : Edmond de Rothschild Real Estate Investment Management. L’ISR occupe une place de premier plan et de manière transversale, Edmond de Rothschild étant engagée au sein de nombreuses instances de référence dont il est membre ou participant.

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 70,5 Mde
l Collecte nette : - 2,9 Mde
l Part des encours commercialisés à l’international : NC
l Part de la clientèle intermédiée : 48,3 %

Eiffel Investment Group Fabrice Dumonteil, président

Une innovation dans l’impact

Profitant de l’engouement des institutionnels à la fois pour l’investissement non coté et pour l’ESG, Eiffel IG s’est rapidement développé ces dernières années : son encours a ainsi dépassé les 2 milliards d’euros en 2019, grâce à une collecte de plus de 500 millions d’euros. La société de gestion a débauché Antoine Maspétiol, auparavant responsable de la dette privée chez Aviva Investors, pour lancer un fonds de dette privée à impact qui a attiré 230 millions d’euros de souscriptions sur l’année. Son innovation : faire dépendre le taux du prêt octroyé à l’entreprise de critères comme la création d’emplois ou la réduction d’émissions de carbone. En 2019, Eiffel IG a également lancé un fonds d’infrastructures dédié au gaz renouvelable et un fonds de private equity tourné vers la transition énergétique, l’agroécologie et la santé, qui ont collecté 100 millions d’euros chacun. Suite au rachat de la société de gestion Alto Invest en 2017, le groupe a aussi renforcé son expertise sur les marchés cotés en créant un fonds diversifié Harmonie Mutuelle Emplois France.

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 2 Mde   l Collecte nette : 510 Me     l Part des encours commercialisés à l’international : 17 %    l Part de la clientèle institutionnelle : 85 %

Eres Gestion - Alexis de Rozières, président

La loi Pacte, source d’opportunités

En 2019, la société de gestion a connu une progression de 40 % de ses encours pour atteindre les 3 milliards d’euros. Certes, elle a bénéficié de l’effet marché mais aussi d’une belle progression de sa collecte nette à plus de 600 millions d’euros. Il faut dire que la société de gestion spécialisée en épargne salariale et en épargne retraite trouve dans la loi Pacte une réelle opportunité de se développer : dès le 1er octobre 2019, Eres a lancé simultanément un plan d’épargne retraite (PER) individuel et un PER collectif. 5 000 PER individuels ont ainsi été ouverts sur la fin d’année et un grand nombre de Perco ont été transformés en PER collectifs. Malgré des conditions de marché bien plus difficiles, la société de gestion compte poursuivre sa collecte en 2020, misant sur le sous-équipement des entreprises : moins de 20 % des PME sont en effet équipées en épargne salariale et encore plus rares sont celles ayant mis en place un dispositif de retraite collective. 

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 3,06 Mde
l Collecte nette : 606 Me
l Part des encours commercialisés à l’international : 0 %
l Part de la clientèle intermédiée : 50 %

Federal Finance Gestion - Alain Guelennoc, directeur général

Une rationalisation de la gamme

Principale société de gestion du groupe Arkéa IS avec un encours global de 39,5 milliards d’euros, Federal Finance Gestion a profondément modifié son organisation depuis 2018 et s’est structurée autour de trois pôles d’activité : la gestion pilotée et la multigestion, les solutions multi-actifs et enfin une équipe spécialisée dans la gestion sous mandat. En 2019, la société a poursuivi son effort de rationalisation en restructurant sa gamme afin de la rendre plus lisible : elle s’articule désormais autour de fonds dits de «briques pures» (actions européennes, obligations zone euro, etc.) et de fonds thématiques. Les changements initiés reposent aussi sur la digitalisation. Le gestionnaire bénéficie de nombreuses initiatives menées par Arkéa IS autour de la blockchain (avec Iznès), du reporting digital ou encore de l’intelligence artificielle. Enfin, la société a intégré l’analyse extra-financière à l’ensemble de ses gestions et profité de la nomination par le groupe d’un responsable ESG qui intervient de façon transversale dans les filiales. 

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 10,19 Mde
l Collecte nette : 6 Me
l Part des encours commercialisés à l’international : 1 %
l Part de la clientèle intermédiée : 15 %

Fidelity International - Jean-Denis Bachot, directeur France

Fidelity International

Lancement d’une gamme durable

Depuis 1994, la filiale du groupe américain développe sur le marché français une politique de proximité vis-à-vis de la clientèle et de développement de solutions et de partenariats dédiés, facilitée par une structure de gestion locale. Plutôt stable ces dernières années, l’encours a progressé l’an dernier : Fidelity a notamment remporté quatre des dix appels d’offres auxquels elle a participé sur la gestion diversifiée et actions internationales, les petites capitalisations européennes responsables, les actions internationales haut rendement et l’immobilier en zone euro. Par ailleurs, la société s’est dotée d’un outil de notation ESG propriétaire et a lancé la gamme de fonds The Sustainable Family et des fonds thématiques dont le Fidelity Sustainable Water & Waste Fund, qui a remporté un vif succès auprès des clients sur ses principaux marchés.

l Encours en France : 9 Mde
l Collecte nette : NC
l Part de la clientèle intermédiée : 60 %

Financière Arbevel - Jean-Baptiste Delabare, président

Un accent mis sur les biotechnologies

Dans un contexte de collecte quasiment nulle en 2019, Financière Arbevel a étoffé sa gamme de fonds ouverts cotés Pluvalca en créant un nouveau compartiment spécialisé dans les petites capitalisations européennes, dont l’encours atteignait fin 2019 quelque 21 millions d’euros, contre 518 millions d’euros pour l’ensemble de la gamme. En parallèle, la société a accentué sa spécialisation dans les biotechnologies à travers le closing de son deuxième fonds non coté dédié aux sciences de la vie. Une spécialité actuellement attractive, car de nombreuses biotechs se sont engagées dans la lutte contre le Covid-19. Les équipes se sont également focalisées sur le lancement du premier fonds de dette privée. En outre, Financière Arbevel a étendu la commercialisation des fonds dans les pays limitrophes (Monaco, Belgique, Luxembourg, Suisse). Autre chantier important pour la société de gestion : l’ESG. L’an dernier, elle a signé les PRI et a développé une nouvelle méthodologie, en particulier pour les titres non cotés, en s’appuyant sur une grille d’analyse interne. 

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 1,8 Mde
l Collecte nette : 10 Me
l Part de l’encours commercialisé à l’international : NC
l Part de la clientèle intermédiée : 47 %

Generali Investments - Mario Petrachi, directeur commercial France et Luxembourg

Une offre enrichie pour les réseaux

En février 2019, dans le cadre du développement de son modèle multiboutique, le groupe Generali a finalisé la prise de participation majoritaire (51 %) dans Sycomore AM. Une opération qui renforce son expertise en matière d’investissement responsable. A l’automne, un nouveau directeur commercial a rejoint la succursale parisienne, filiale de l’assureur italien. L’ambition du groupe est d’élargir l’offre de produits de gestion pour renforcer l’accompagnement des réseaux de Generali France. Face à l’érosion des rendements des fonds euro, Generali Investments souhaite proposer de nouvelles solutions innovantes incluant notamment une offre sur les actifs réels. A Paris, l’équipe d’allocation d’actifs est également en charge des gestions pilotées que Generali Investments propose au travers d’une offre complète avec des profils intégrant le fonds en euros, des profils en unités de compte en architecture ouverte pour lesquels certains privilégient une approche responsable.

l Encours en France : 4,16 Md€
l Collecte nette : NC
l Part de la clientèle intermédiée : 78 %     

Groupama Asset Management - Mirela Agache Durand, directeur général

Une stratégie ESG bien ancrée

A l’instar des années précédentes, Groupama AM a continué à dérouler sa stratégie de long terme visant à diversifier sa collecte par un effort soutenu à l’international, notamment en Italie, en Espagne et en Belgique, et auprès de la clientèle retail. Dotée d’une culture d’entreprise ancrée dans l’ESG depuis près de vingt ans grâce à d’importants efforts d’éducation et de formation, Groupama AM a développé une recherche intégrée propriétaire. Ainsi, depuis quatre ans, chaque analyste financier peut mesurer l’impact des critères ESG sur les ratios financiers et émettre des recommandations circonstanciées aux gérants. La société de gestion met en œuvre son approche en proposant quatre axes dans ses portefeuilles : des fonds ISR gérés selon une approche «best in class» ; des fonds d’intégration ESG (identification des critères selon leur matérialité et prise en compte des enjeux propres à chaque processus de gestion considéré) ; des fonds thématiques et des fonds d’impact.

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 23,68 Mde    
l Collecte nette : 1,19 Mde
l Part des encours commercialisés à l’international : 39 %
l Part de la clientèle intermédiée : 16 %

Invesco Asset Management Bernard Aybran, directeur général du bureau France

Un renforcement sur la gestion assurantielle

Fin 2019, Invesco gérait plus de 6 milliards d’euros d’encours pour le compte de clients français. L’entité française a notamment profité du développement récent du gérant américain sur les ETF, suite au rachat de Source en 2017, et de l’enrichissement de sa gamme, notamment en ETF obligataires et ESG. La structure parisienne mise aussi sur son expertise en matière de gestion assurantielle, qu’elle a renforcée en 2019 par l’embauche de Charles Moussier comme responsable des solutions assurances pour l’Europe. Le gérant cherche à fournir aux investisseurs des stratégies de diversification au sein de leur allocation, par exemple dans l’immobilier européen mais aussi dans l’obligataire. Il met ainsi en avant auprès de ses clients français l’expertise en dette émergente qu’il vient d’acquérir à l’occasion du rachat du gérant américain Oppenheimer Funds en 2019.

l Encours en France : 6,44 Mde     l Collecte : NC    
l Part de la clientèle institutionnelle : 50 %

JP Morgan Asset Management - Nicolas Deblauwe, directeur général France et Benelux

Cap sur l’ESG et le climat

J.P. Morgan Asset Management propose déjà en France plus d’une dizaine de fonds spécialisés sur l’ESG, dont quatre ETF, pour un encours d’un peu plus de 2 milliards. Mais la société de gestion souhaite aller plus loin et prévoit d’enrichir sa gamme dans les années qui viennent. Parmi ses axes stratégiques figurent la problématique de la gouvernance et l’intégration du risque climatique. Le pôle français s’est en outre d’un nouveau directeur général : Nicolas Deblauwe, également responsable de la distribution de fonds au Benelux, a succédé à Pietro Grassano qui a quitté le groupe en 2019. Au niveau international, le gérant a renforcé sa présence en Chine en devenant le seul actionnaire d’une joint-venture lancée il y a une quinzaine d’années. J.P. Morgan AM poursuit activement le développement de sa gamme d’ETF qui compte 55 produits et 35 milliards de dollars sous gestion à fin 2019.

l Encours en France : 9,1 Md$
l Collecte nette : 250 M$
l Part de la clientèle intermédiée : 40 %

La Financière de l’échiquier - Olivier de Berranger, directeur général délégué

Une année de transition

Après une année 2018 difficile, marquée par une baisse des encours de plus de 4 % et une décollecte de 600 millions d’euros, La Financière de l’Echiquier (LFDE) a vu ses encours globaux progresser de 11 % en 2019, grâce à l’effet de marché et à l’apport de mandats par son nouvel actionnaire, Primonial. Ce dernier a en effet finalisé en 2019 l’acquisition de la société de gestion dont il était déjà actionnaire de référence depuis 2018. La collecte pour compte de tiers, en revanche, reste dans le rouge. Elle pâtit en particulier d’arbitrages défavorables des conseillers en gestion de patrimoine (- 400 millions d’euros), pourtant au cœur de l’activité de Primonial. LFDE a tout de même rencontré de la demande pour certains de ses fonds comme Echiquier Agenor SRI Mid Cap Europe, Echiquier Artificial Intelligence ou encore Echiquier Positive Impact Europe. La collecte a en outre été positive sur le segment institutionnel (+ 120 millions d’euros). Des dynamiques que devra confirmer la nouvelle directrice générale, Bettina Ducat, débauchée d’AXA IM et qui prendra ses fonctions en juillet. 

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 9,49 Md€
l Collecte nette : – 616 M€
l Part de l’encours commercialisé à l’international : 17,2 %
l Part de la clientèle intermédiée : 58 % 

La Française - Xavier Lépine, président

Une offre spécialisée qui séduit

Les deux piliers de la stratégie de La Française AM, l’immobilier et les stratégies liquides ciblées, ont enregistré une bonne année 2019. Sur les actifs cotés, le fonds de dette subordonnée financière a par exemple collecté près de 200 millions d’euros, et le fonds high yield à échéance Rendement global 2025, plus de 400 millions d’euros. La filiale de Crédit Mutuel Nord Europe a d’ailleurs renforcé son offre sur le segment des fonds à échéance, avec des véhicules à horizon 2028 et un fonds à échéance 2026 dédié à la réduction de l’empreinte carbone. De son côté, la collecte du pôle immobilier, de 3,7 milliards d’euros, a été particulièrement soutenue : si les SCPI ont séduit la clientèle retail (1,2 milliard de collecte), la clientèle institutionnelle a également répondu présent, en particulier les investisseurs sud-coréens. D’une manière générale, le poids de l’international continue de croître, après l’acquisition en 2018 d’une société de gestion allemande, et passe de 28 à 31 % de l’encours.

l Encours global : 69,3 Md€
l Collecte nette globale : 5,6 Md€
l Part des encours commercialisés à l’étranger : 31 %
l Part de la clientèle intermédiée : 20 %

Lazard Frères Gestion - François-Marc Durand, président

La gestion flexible mise en avant

Après une très belle année 2018, marquée par une collecte de 1,5 milliard d’euros, Lazard Frères Gestion réitère la performance en collectant 1,7 milliard d’euros l’an dernier. Dans un contexte de fortes incertitudes et de taux d’intérêt bas, voire négatifs, les équipes croient au potentiel de développement de la gestion flexible. La société de gestion mise à ce titre sur son fonds patrimonial, qui a dépassé les 500 millions d’euros d’encours en 2019. Lazard Frères Gestion parie aussi sur l’ESG : le gérant a notamment lancé un fonds obligataire à échéance 2025 intégrant un filtre ESG. Pour assurer son développement, il s’appuie aussi sur l’international : en 2019, sa collecte hors France a accéléré avec plus de 600 millions d’euros de flux nouveaux, ce qui correspond à près d’un tiers de sa collecte annuelle. A noter également sa collecte record de près de 1 milliard d’euros sur sa stratégie d’obligations convertibles internationales.

l Encours global : 26,6 Mde
l Collecte nette globale : 1,7 Mde
l Part des encours commercialisés à l’international : 9 %
l Part de la clientèle intermédiée : 45 %

Lombard Odier Investment Managers - Frédéric Cruzel, directeur de la succursale France

Une collecte très dynamique

Avec des encours qui ont progressé de 11 % et une collecte nette qui a été multipliée par plus de sept, 2019 est une année particulièrement positive pour Lombard Odier en France. La succursale française fait en effet partie des principaux bureaux sur lesquels le groupe suisse anticipe un fort développement, notamment sur le plan ESG, puisque la quasi-totalité des processus d’investissements prennent désormais en compte ces aspects. De plus, après avoir recruté en 2018 un gérant à Paris sur la gestion d’obligations convertibles, le groupe a poursuivi son développement dans ce domaine en lançant un nouveau fonds destiné aux régimes obligatoires de protection sociale et en renforçant les moyens de gestion de son fonds obligataire flexible. Au début de l’année 2020, deux nouveaux fonds d’actions internationales ont par ailleurs été lancés : l’un sur le thème de la transition climatique et l’autre sur les fintechs, grâce à l’embauche d’une équipe venant de Robeco.

l Encours en France : 4,4 Md€    
l Collecte nette en France : 929 M€   
l Part de la clientèle institutionnelle : 89 %

Lyxor AM - Lionel Paquin, directeur général

Des encours en hausse 

Lyxor AM a finalisé l’intégration des activités de gestion d’actifs de Commerzbank et de ses 16 milliards d’euros d’encours, avec l’ouverture d’une nouvelle succursale en Allemagne. En France, le gestionnaire se hisse aux premières places de la collecte en gestion active, avec près de 3,5 milliards d’euros dans ses fonds ouverts alors que l’année a été plutôt décevante pour les ETF. Par ailleurs, dans un contexte de forte concentration des plateformes dédiées aux CGPI, le référencement ETF de Lyxor s’est accru, aussi bien dans les contrats d’assurance-vie que sur les comptes PEA ou encore, plus récemment, dans les PER. En outre, depuis septembre dernier, la plateforme alternative Ucits, qui enregistre une croissance de 54 % de son encours, commercialise le fonds Lyxor/Bridgewater Core Global Macro Fund, qui a enregistré une collecte supérieure à 1 milliard d’euros en trois mois. Outre la labellisation ISR de deux de ses ETF ESG, l’ETF Lyxor investi en obligations vertes est le premier ETF à avoir reçu le label Greenfin.

l Encours global : 168 Mde
l Collecte nette : 3,5 Mde (*)
l Part des encours commercialisés à l’international : NC
l Part de la clientèle intermédiée : NC
(*) Fonds ouverts.

M&G Investments - Brice Anger, directeur général, France

Une année en demi-teinte

Si 2019 n’a pas tenu toutes ses promesses sur un plan commercial pour la clientèle institutionnelle, M&G France a finalisé son plan de redéploiement nécessité par le Brexit et les projets d’expansion à court et moyen terme. Ainsi, la succursale parisienne a emménagé dans de nouveaux locaux afin d’accueillir l’équipe européenne de M&G Real Estate et celle en charge des marchés belges et luxembourgeois. Grâce à ce nouvel environnement, M&G Investments France peut accompagner davantage les clients institutionnels vers les actifs alternatifs (notamment la dette privée, l’infrastructure non cotée et l’immobilier). Simultanément, l’effort va être maintenu sur le segment de la clientèle de CGP et des banques privées avec, notamment, la commercialisation du fonds M&G (Lux) Global Listed Infrastructure Fund et davantage de fonds labellisés ISR. Enfin, le Britannique a lancé récemment une offre de mandats dédiés aux family offices en partenariat avec la société Sanso IS, M&G by Sanso. Une initiative qui s’inscrit dans la volonté d’accompagner les family offices et leurs clients, et de se développer sur le segment stratégique de la gestion de fortune.

l Encours en France : 5,4 Mde
l Collecte nette : NC     l Part de la clientèle intermédiée : 85 %

Malakoff Humanis Gestion d’Actifs Jean-François Schmitt, directeur général

 Une expertise en épargne salariale

Le rapprochement des groupes de protection sociale Malakoff Médéric et Humanis en 2019 a conduit au changement de nom de la société de gestion Humanis Gestion d’actifs, devenue Malakoff Humanis Gestion d’actifs (MHGA) en fin d’année dernière. Elle gère au total 19,7 milliards d’euros, dont environ 9 milliards pour le compte du groupe et notamment les encours de son activité de retraite complémentaire Agirc-Arrco. Le solde d’une dizaine de milliards d’euros provient de l’activité d’épargne salariale qui lui est déléguée par Epsens. Cette dernière structure est elle-même issue du rapprochement, en 2018, de plusieurs acteurs spécialisés : d’une part Inter Expansion-Fongepar, détenu par Humanis et CNP Assurances (qui représentent respectivement 55 % et 30 % du capital d’Epsens), et d’autre part Prado Epargne, entité d’AG2R La Mondiale (15 % du capital). L’offre de MHGA en épargne salariale est tournée vers l’investissement responsable, avec 9 FCPE généralistes 100 % ISR, auxquels s’ajoutent 17 FCPE thématiques sur la transition énergétique ou encore l’économie locale.

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 10,4 Mde   
l Collecte nette : 120 Me    
l Part de l’encours commercialisé à l’international : NC    
l Part de la clientèle institutionnelle
(y compris épargne salariale) : 100 %     

Mirova - Philippe Zaouati, directeur général

Une activité soutenue

L’an dernier, la société de gestion spécialisée en investissement durable a finalisé trois nouvelles levées de fonds sur différentes thématiques ESG comme la diversité marine, l’investissement à impact en Amazonie ou encore les infrastructures spécialisées dans les énergies renouvelables. Du côté des valeurs mobilières, parmi les véhicules qui ont bien collecté figurent le fonds global actions durables (290 millions d’euros en net) et celui dédié aux valeurs des secteurs environnementaux (265 millions d’euros). La société travaille depuis l’an dernier sur le thème de l’égalité homme/femme : la société a lancé un nouveau fonds favorisant les entreprises ayant mis en place une stratégie dans ce domaine et a coordonné une déclaration commune d’investisseurs sur ce thème. L’autre grande thématique sur laquelle Mirova se positionne est le capital naturel et la biodiversité. Elle avait acquis en 2017 quelque 51 % du capital de la société britannique Althelia Ecosphere, devenue depuis Mirova Natural Capital et détenue maintenant à 100 % par Mirova. 

l Encours global : 12,5 Mde
l Collecte nette globale : 3,2 Mde
l Part des encours commercialisés à l’international : NC
l Part de la clientèle intermédiée : 25 %

Morgan Stanley IM - Thomas Chaussier, directeur France

Les assureurs en ligne de mire 

Après une bonne année 2018, l’activité de Morgan Stanley IM en France est restée très dynamique en 2019, avec plusieurs centaines de millions d’euros de collecte nette et un encours passé de 4 à environ 5 milliards d’euros. L’accent a été mis sur la clientèle institutionnelle, et en particulier sur les assureurs auprès desquels la société de gestion a augmenté sa part de marché, notamment grâce à des stratégies actions optimisées par rapport à Solvabilité 2 et à l’offre sur le non-coté. Cette dernière est également de plus en plus fréquemment proposée aux distributeurs, tant aux family offices et aux banques privées que via les unités de compte d’assurance-vie. Le gérant américain, présent en France depuis vingt-trois ans, cherche d’ailleurs à se renforcer sur ce dernier segment et à profiter de la réforme de l’épargne : des réflexions sont en cours pour développer des offres de type gestion pilotée ou à horizon dans l’esprit de la loi Pacte.   

l Encours en France : environ 5 Mde
l Collecte nette : NP
l Part de la clientèle intermédiée : 28 %

Muzinich & Co - Anne Petit, directeur de la succursale en France

Une collecte très dynamique

Plus de 10 ans après son implantation dans le pays, la société de gestion a prouvé une nouvelle fois, l’an dernier, que la France demeurait l’un de ses marchés stratégiques. Après une relative stagnation entre 2017 et 2018, l’encours géré depuis Paris par Muzinich & Co pour le compte de clients français et étrangers a progressé de 30 % sur la période, pour atteindre 4 milliards d’euros. En 2019, la société de gestion s’est en particulier vu confier trois nouveaux mandats au terme d’appels d’offres lancés par des clients institutionnels, dont deux en dette cotée et un en dette privée. L’an dernier, Muzinich & Co a poursuivi en parallèle le développement de sa plateforme européenne de dette privée, dont la gestion est partiellement réalisée depuis Paris depuis 2014. Enfin, à l’échelle internationale, l’établissement a créé le fonds Muzinich Global Short Duration Investment Grade pour répondre à la problématique de recherche de rendement à court terme dans un environnement de taux bas voire négatifs. Six mois après sa création, l’encours de ce fonds atteignait 822 millions d’euros.

l Encours en France : 3,045 Mde
l Collecte annuelle nette en France : 937  Me   
l Part de la clientèle institutionnelle : 76 %

Natixis Investment Managers - Jean Raby, directeur général

Deux nouveaux affiliés

La galaxie de Natixis Investment Managers a intégré deux nouvelles structures en 2019. Avec une équipe provenant de Pictet, elle a lancé une nouvelle société de gestion, Thematics Asset Management, qui investit dans les actions internationales à travers des thèmes comme le digital, l’eau, la sécurité ou, plus récemment, l’économie de l’abonnement. Par ailleurs, Natixis IM a annoncé l’an dernier la création de Vauban Infrastructure Partners à partir du transfert d’une équipe de Mirova dédiée aux infrastructures. Enfin, 2019 a été marquée par l’annonce du rapprochement de son affilié Ostrum AM avec La Banque Postale AM sur les activités liées à la gestion assurantielle. Au niveau du groupe, la décollecte a été importante en 2019 (10 milliards d’euros), du fait des rachats subis par certains affiliés comme H2O AM, mis en cause depuis quelques mois pour la gestion de ses risques. Pour autant, les revenus de Natixis IM ont progressé de 7 % sur l’année tout comme son résultat d’exploitation, grâce à la commercialisation de produits et de solutions à valeur ajoutée. 

l Encours global : 934,1 Mde
l Collecte nette globale : – 10 Mde
l Part des encours commercialisés à l’international : NC
l Part de la clientèle intermédiée : 36 %

Neuberger Berman Charles Soullard, Head of Client Group

Un pari obligataire qui fonctionne

L’an dernier, la société de gestion a significativement renforcé les compétences et prérogatives de son bureau parisien, en recrutant cinq nouveaux gérants et un analyste quantitatif spécialistes de l’obligataire «investment grade» européen. Un peu moins d’un an et demi après son arrivée, cette équipe gère déjà plus de 2,7 milliards de dollars d’encours pour le compte de clients français, italiens et américains principalement, notamment au travers d’un fonds ultra-court terme dont l’encours atteint aujourd’hui 500 millions d’euros. Les institutionnels français ont également été attirés par des stratégies sur la dette émergente et les obligations corporate hybrides du groupe, ainsi que par son expertise sur le non-coté (private equity et dette privée). En 2019, Neuberger Berman a ainsi participé à 10 appels d’offres pour des prospects institutionnels domestiques. La société de gestion en a remporté cinq à ce jour.

l Encours pour compte de tiers en France : 2,3 Md€     l Collecte annuelle nette en France : 501 M€    
l Part de la clientèle institutionnelle : 85 %

NN Investment partners - Philippe Fidaire, directeur général France

Une direction commerciale renforcée

Figurant parmi les pionniers de l’investissement responsable, NN IP a renoué l’an dernier avec une collecte nette (légèrement) positive en France, après une année 2018 dans le rouge (– 120 millions d’euros). Cette collecte contribue à la hausse des encours gérés dans l’Hexagone de 10 % sur un an, à 3,2 milliards d’euros. La société de gestion a en particulier décidé de renforcer son positionnement auprès des institutionnels, qui représentent 81 % de sa clientèle. A ce titre, la succursale française a notamment recruté un directeur de clientèle institutionnelle. Elle entend ainsi poursuivre son développement en proposant de nouveaux produits ISR et en lançant des offres autour des thématiques santé & bien-être, climat & environnement et «smart connectivity». Outre les institutionnels, le gérant souhaite accélérer son développement sur la clientèle distribution, en renforçant le référencement de ses fonds au sein de l’offre d’unités de compte des assureurs. Un effort qui concernera notamment sa stratégie «green bonds» dont l’encours mondial atteint 2,4 milliards d’euros.

l Encours pour compte de tiers en France : 3,2 Mde    l Collecte nette : 30 Me    
l Part de la clientèle institutionnelle : 81 %

Oddo BHF AM - Nicolas Chaput, CEO et co-CIO

Des encours portés par de bonnes performances

Les bonnes performances des portefeuilles et la large diversification de la clientèle de la société de gestion lui permettent d’afficher un encours en forte hausse malgré la décollecte.  Ainsi, un premier fonds utilisant l’intelligence artificielle dans son processus d’investissement a gagné 27 % en annualisé depuis sa création, contre 23,3 % pour l’indice MSCI World NR USD. En matière d’investissement responsable, Oddo BHF AM a mis en place une feuille de route ESG ambitieuse à horizon 2022 autour de cinq axes prioritaires : augmentation de la couverture ESG, extension de l’intégration ESG à différentes expertises, labellisation d’une sélection de fonds ouverts, définition d’une stratégie climat et nouvel élan en formation interne et promotion. A l’international, le dispositif commercial a été renforcé sur certains marchés cibles : Espagne, Italie et Moyen-Orient. 

l Encours global : 59,8 Md€
l Collecte nette globale : – 250 M€
l Part de la clientèle à l’international : 73 %
l Part de la clientèle intermédiée : 36 %

OFI Asset Management - Jean-Pierre Grimaud, directeur général

Une refonte de la gamme responsable 

En 2019, OFI AM a réussi à attirer 1,15 milliard d’euros de collecte nette, dont 735 millions pour des clients tiers. Outre les fonds monétaires, dont la déclinaison ESG a capté 850 millions d’euros de souscriptions, c’est la stratégie sur les métaux précieux qui s’est distinguée grâce à une collecte de près de 260 millions d’euros. La dynamique a également été bonne dans le non-coté, en particulier via ses filiales Swen Capital Partners et Zencap AM. Le gérant a par ailleurs réorganisé son offre responsable autour de trois piliers : les stratégies «best in class» (dont une nouvelle à base d’ETF), les thématiques et l’impact, à travers la gamme Act4. Très institutionnel, le groupe poursuit ses efforts sur la clientèle retail intermédiée, via les réseaux de ses actionnaires Macif et Matmut, mais aussi la plateforme Alpheys dont il est actionnaire. L’encours sur ce segment, en forte progression, ne dépasse toutefois pas les 3 milliards d’euros, sur un total de 72 milliards.  

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 28,2 Md€
l Collecte nette : 735 M€
l Part des encours commercialisés à l’étranger : < 1 %
l Part de la clientèle intermédiée : 4 %

Ossiam - Bruno Poulin, président

Une expertise qui combine smart beta et ESG

Après une collecte nette globale supérieure à 300 millions d’euros et un effet de marché favorable, l’affilié de Natixis IM a franchi la barre des 4,2 milliards d’encours (contre 3 milliards fin 2018), dont 2,8 milliards pour compte de tiers. La collecte a été particulièrement dynamique sur le segment des fonds de fonds ainsi qu’auprès des banques privées et des institutionnels, aussi bien en France qu’à l’international. Déjà bien implantée en Allemagne et en Italie depuis plusieurs années, la société a décidé d’accentuer ses efforts sur des régions telles que le Benelux, la Suisse, l’Amérique latine et l’Asie.
En 2019, la gamme ESG a été enrichie avec le lancement de l’Ossiam US ESG Low Carbon Equity Factors Ucits ETF et d’un produit obligataire, l’Ossiam US Steepener. Signataire des PRI depuis 2016, Ossiam place désormais l’investissement responsable au cœur de la stratégie produits, mais également dans la gestion de la société dans son ensemble. Depuis décembre, quatre fonds ESG ont obtenu le label ISR. 

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 2,86 Mde
l Collecte nette : 198 Me
l Part des encours commercialisés à l’international : 52 %
l Part de la clientèle intermédiée : 62 %

Ostrum Asset Management Philippe Setbon, directeur général

Un acteur majeur de la gestion assurantielle

Début juin 2019, les groupes Natixis et La Banque Postale annonçaient le rapprochement de leurs principales structures de gestion, à savoir Ostrum Asset Management (AM) et La Banque Postale Asset Management (LBPAM) dans le domaine de la gestion assurantielle, et en particulier dans la gestion de taux. Ce projet est majeur pour Ostrum AM, qui détiendra 55 % du nouvel ensemble, mais aussi pour le marché français : il vise en effet à créer un nouvel acteur de poids européen de la gestion de taux, crédit et assurantielle dont les encours, intégralement soumis à un filtre ISR, devraient ressortir à fin 2020 à près de 445 milliards d’euros. Le nouvel ensemble se concentrera sur une clientèle exclusivement institutionnelle, composées d’assureurs mais aussi de fonds de pension et de grands corporates européens. Pour accompagner ce projet, qui devra être finalisé à l’automne, le groupe a débauché Philippe Setbon, ancien dirigeant de Groupama AM. 

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 181 Md€      l Collecte nette : 3,1 Md€    
l Part de l’encours commercialisé à l’international : 3,2 %     l Part de la clientèle institutionnelle : 95,7 %

Palatine AM - Yves Bazin de Jessey, président du directoire

Une ouverture vers la clientèle externe

Filiale à 100 % de la Banque Palatine (groupe BPCE), Palatine AM a renoué avec une collecte positive en 2019, notamment grâce à un afflux de souscriptions sur son principal fonds monétaire. La gamme actions a plutôt bien résisté, tandis que le fonds thématique Palatine Planète A (ex-Palatine Or Bleu), référencé sur les principales plateformes, attire régulièrement des souscriptions. L’an dernier, Palatine AM a repris la gestion des mandats en architecture ouverte de la banque privée. Elle a gagné deux des trois appels d’offres auxquels elle a participé.
Par ailleurs, un plan stratégique 2019-2022 a été mis en œuvre afin de concentrer la gestion autour de plusieurs piliers (actions avec une approche GARP «croissance à prix raisonnable», actions thématiques, gestion taux ainsi que gestion profilée et gestion privée sous mandat), d’étendre sa gestion ISR sur toute la gamme, d’élargir la clientèle institutionnelle, composée de petites caisses de retraite et d’entreprises, et intermédiée aussi bien en France qu’en Europe.

l Encours global : 4,04 Mde
l Collecte nette globale : 733 Me
l Part des encours commercialisés à l’international : NS
l Part de la clientèle intermédiée : 30 %

Pictet Asset Management - Hervé Thiard, directeur général de la succursale en France

Des stratégies qui séduisent les CGPI

Si la collecte a été légèrement négative sur le marché français l’an dernier, le gérant d’actifs suisse a poursuivi son développement auprès des CGPI, les fonds thématiques et le fonds flexible Pictet-Multi Asset Global Opportunities (MAGO) ayant attiré quelques centaines de millions d’euros de souscriptions. Les investisseurs institutionnels ont plutôt privilégié les fonds obligataires émergents et flexibles. L’offre de gestion s’est enrichie d’une nouvelle stratégie long/short et de deux fonds d’actifs privés, sur la dette «distressed» et l’immobilier. Par ailleurs, toutes les stratégies d’investissement en actions et obligations long only intègrent désormais des critères ESG, soit 93 % des encours distribués en France. Enfin, Pictet AM vient de lancer sa première gestion pilotée en France pour le compte de l’assureur vie en ligne Altaprofits avec deux profils, un dynamique et un patrimonial. 

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 6 Md€
l Collecte nette : NP
l Part de la clientèle intermédiée : 75 %

Rivage Investment - Hervé Besnard, président

Une collecte réalisée en un temps record

L’année 2019 a été particulièrement fructueuse pour la société de gestion spécialisée dans le financement des infrastructures ! Grâce à une collecte nette de 1,6 milliard d’euros, en hausse de 80 % par rapport à celle de 2018, Rivage Investment a enregistré une croissance de ses encours de 37 %. Une réussite que le groupe doit notamment à la baisse des taux qui a poussé sa clientèle institutionnelle vers les actifs non cotés de long terme, générateurs de meilleurs rendements. Preuve de ce dynamisme : le fonds de dette senior REDI 3, qui devait être, à l’origine, commercialisé entre mars 2019 et juin 2020, a atteint son objectif d’encours de 1 milliard d’euros… au bout de 7 mois seulement ! Rivage Investment mise désormais sur la collecte de son fonds de dettes des collectivités locales et s’apprête en outre à lancer son second fonds en dette d’infrastructure à haut rendement.

l Encours pour compte de tiers : 5,96 Mde     l Collecte nette : 1,61 Mde     l Part des encours commercialisés à l’international : 47 %    
l  Part de la clientèle institutionnelle : 100 %

Robeco - Karim Carmoun, président France

Un changement de présidence

Présent dans l’Hexagone depuis 1987, Robeco a connu, en 2019, une année de transition sur le marché français, avec en particulier le départ de trois collaborateurs, ainsi que du président. Karim Carmoun, responsable de la distribution pour la France et Monaco depuis 2014, a ainsi succédé à Frédéric Lejeune à la présidence du bureau français fin 2019. L’accent est toujours principalement mis sur l’investissement durable, avec une réorganisation de l’offre autour de trois piliers : l’intégration ESG (pour presque la totalité des encours français), une version plus sélective dite «sustainability focused» pour laquelle l’empreinte environnementale du portefeuille doit être au moins 20 % meilleure que celle de son benchmark, et enfin les stratégies d’impact et liées aux Objectifs du développement durable (ODD). Une stratégie sur l’économie circulaire vient par exemple d’être lancée. Le gérant vise aussi à davantage développer des offres sur-mesure, combinant les expertises du groupe en finance durable et en gestion quantitative. 

l Encours en France : 5,8 Md€
l Collecte nette : – 254 M€
l Part de la clientèle intermédiée : 44 %

Rothschild & co Asset Management Europe - Alain Massiera, associé gérant

Une gamme organisée autour de quatre marques

En mars dernier, la publication des résultats annuels de Rothschid&Co révélait une faible décollecte de 100 millions d’euros pour la branche gestion d’actifs, «la collecte nette en France ayant été minorée par une décollecte nette en Amérique du Nord». Selon les statistiques publiées par Six Financial Information, Rothschild & Co Asset Management Europe apparaît cependant dans le Top 3 de la collecte des indépendants, avec des flux supérieurs à 1 milliard d’euros sur ses fonds ouverts de droit français. Par ailleurs, la gamme de fonds ouverts a été réorganisée autour de quatre marques fortes : Conviction, Valor, Thematic et 4Change. Cette dernière rassemble les fonds visant à allier performance financière, sélection ESG renforcée et recherche d’impact au cœur de leurs stratégies. La gestion cherche avant tout à inscrire ses choix d’investissement dans une trajectoire durable aussi bien en matière de transition énergétique que sociétale. 4Change se décline pour l’instant autour de trois thèmes : climat, social et microfinance. 

l Encours global : 22,7 Md€
l Collecte nette globale : NC
l Part des encours commercialisés à l’international : NC
l Part de la clientèle intermédiée : 62 %

Schelcher Prince Gestion - Sébastien Barbe, directeur général

Optimisation des synergies

Affiliée à Arkéa Investment Services, Schelcher Prince Gestion a collecté près de 1 milliard d’euros l’an dernier et gère au global 5,6 milliards. La société bénéficie de la mutualisation de moyens mis à sa disposition par sa maison mère tout en développant son expertise, notamment dans les produits de taux (dette privée, fonds à échéance, fonds à performance absolue et obligations convertibles). Elle intègre l’ESG dans 100 % de sa gestion active, que ses gérants mettent en œuvre via une double approche : la politique de gestion exclut les entreprises et Etats qui ne respectent pas les conventions internationales relatives aux mines antipersonnel et au respect du droit du travail, à l’extraction et à l’utilisation du charbon ; elle intègre également une approche dite «best in class» propriétaire qui vise à sélectionner les émetteurs les plus avancés sur les thèmes ESG au sein de leurs secteurs d’activités. L’objectif du gérant : éviter l’écueil d’une notation déshumanisée en appréhendant l’environnement des émetteurs et leurs évolutions.

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 3,4 Mde
l Collecte nette : 125 Me
l Part des encours commercialisés à l’international : 8 %
l Part de la clientèle intermédiée : 10 %

Schroders - Yves Desjardins, directeur général France

Une nouvelle ère

En anticipation du Brexit, Schroders a créé à Paris une succursale de sa filiale luxembourgeoise afin de pérenniser son offre de fonds et de solutions d’investissement. Toutes les équipes françaises, tant celles chargées de la distribution que celles de la société de gestion française spécialisée dans le financement d’infrastructures, Schroder Aida, et les équipes locales spécialisées en immobilier commercial et hôtelier (64 personnes en tout) ont été regroupées sur un nouveau site. Bénéficiant d’une longue expérience de démarche ESG, Schroders développe en interne ses outils d’analyse et de mesure pour ses équipes de gestion. Il s’agit notamment d’un tableau de bord du changement climatique, d’un outil d’analyse des entreprises et d’un autre pour la mesure d’impact. Démarche validée par la labellisation de trois nouveaux fonds en 2019, dont le SISF Global Energy Transition qui a reçu le label Greenfin. En outre, Schroders a pris une participation majoritaire dans BlueOrchard, spécialiste de la microfinance à impact dans les pays émergents.  

l Encours en France : 9,8 Mde
l Collecte nette : 286 Me
l Part de la clientèle intermédiée : 27 %

SCOR Investment Partners François de Varenne, président du directoire

Une première acquisition bouclée

Chez SCOR Investment Partners, 2019 aura été riche en nouveaux développements. En plus de finaliser la levée de la 3e génération d’un de ses fonds de dette infrastructure senior et d’engager celle de la 4e génération d’un fonds de créances immobilières, la société de gestion du groupe de réassurance SCOR a également étoffé son organisation avec la nomination d’un «sustainable investment officer», poste créé dans le but d’intensifier son engagement en faveur du financement de la transition énergétique vers une économie bas carbone. Fait notable l’année dernière, SCOR IP a réalisé la première acquisition de son histoire. En septembre, elle a racheté l’intégralité du capital de Coriolis Capital Limited, une société de gestion pionnière dans le domaine des titres assurantiels (insurance-linked securities, «ILS») qui lui permet de disposer d’une plateforme de gestion opérant depuis Paris et Londres. Grâce à cette opération, son encours global est passé de 13,9 milliards d’euros fin 2018 à 15,6 milliards fin 2019.

l Encours pour compte de tiers : 5 Mde    l Collecte nette pour compte de tiers : 699 Me     l Part des encours commercialisés à l’international : 53 %     l Part de la clientèle institutionnelle : 76 %

Swiss Life Asset Managers France - Frédéric Bôl, président du directoire

Une rationalisation de la structure

La structure Swiss Life Asset Managers France est née en 2019 de la fusion de deux entités françaises de gestion de la compagnie d’assurances suisse : Swiss Life Asset Management (France) sur les valeurs mobilières et Swiss Life REIM (France) sur les actifs immobiliers. Annoncée en avril, cette fusion a donné naissance à un acteur diversifié pesant 53,7 milliards d’euros d’encours sous gestion, dont 27 milliards pour compte de tiers. Le gérant a été particulièrement actif en 2019 avec l’acquisition de 28 immeubles de bureaux dans le quartier central des affaires à Paris, le lancement d’un fonds paneuropéen sur l’hôtellerie et d’un nouveau fonds d’infrastructures. Du côté des valeurs mobilières, de nouveaux fonds ont été créés, notamment sur les actions à haut rendement et sur l’obligataire flexible. L’ISR est enfin au cœur des réflexions du gérant qui travaille à la labellisation de fonds immobiliers et l’intégration de la notion d’impact dans cette classe d’actifs, ou encore une cartographie des risques liés au climat.

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 27 Mde
l Collecte nette : 3,6 Mde
l Part de la clientèle intermédiée : 25 %

Sycomore Asset Management - Emeric Préaubert, président

Une démarche ISR bien ancrée

Passée sous le contrôle majoritaire de Generali Investments en février 2019, la boutique réputée pour son expertise en matière d’ISR a vécu une année compliquée. Si la société a commencé à profiter des synergies de distribution mises en œuvre avec son nouvel actionnaire, en France mais aussi à l’international et notamment en Italie, les performances décevantes de deux fonds ont entraîné des rachats massifs. L’un de ces fonds étant majoritairement investi par des CGP, la part de ces derniers dans l’encours global a ainsi été réduite au profit des institutionnels. Cependant, cette décollecte ne doit pas masquer les succès enregistrés par la gamme de fonds thématiques qui devrait prochainement s’enrichir d’une nouvelle stratégie investissant dans la technologie avec une approche responsable. En 2019, Sycomore a décidé d’ancrer encore plus sa démarche ISR sur l’ensemble de la gamme. La gestion ISR représente désormais 88 % des encours dont 40 % bénéficient d’un label ISR, tous les fonds actions long only ayant été labellisés. 

l Encours sous gestion pour compte de tiers : 5,5 Md€
l Collecte nette : – 1,9 Md€
l Part des encours commercialisés à l’international : 25 %
l Part de la clientèle intermédiée : 47 %

UBP AM (France) - Dominique Leprévots, président de la filiale française

Restructuration de l’offre en convertibles

En 2019, la filiale française du suisse UBP AM a réussi à attirer 258 millions d’euros de collecte auprès de clients français, et son encours a progressé de 15 %. Centre d’expertise du groupe pour les obligations convertibles, l’entité parisienne gère plus spécifiquement 2,6 milliards d’euros sur cette classe d’actifs pour le compte de clients français et étrangers. Elle cherche, dans ce domaine, à rationaliser son offre et prépare l’absorption de ses OPCVM français investis en obligations convertibles par sa sicav luxembourgeoise afin de faciliter la commercialisation à l’international de cette expertise. Pour son développement, le gérant mise aussi sur les partenariats avec des sociétés de gestion expertes sur une niche, à l’instar de l’asset manager de la banque suédoise SEB pour des fonds sur les obligations hypothécaires danoises ou encore Scor IP sur les obligations catastrophes. Pour répondre à la demande de quelques investisseurs français, UBP AM a également structuré l’an dernier un fonds réservé investi dans les actifs obligataires non libellés en euros.

l Encours en France : 3,8 Mde      l Collecte nette : 258 Me     
l Part de la clientèle institutionnelle : 47 %