Prix Impact

Prix Impact - Une analyse de DNB Asset Management

Les déchets des uns sont les trésors des autres

4 septembre 2020

Les défis de la gestion des déchets et la transition de l’économie linéaire vers l’économie circulaire offrent des opportunités d'investissement.

Les déchets sont responsables de 1,6 milliard de tonnes de CO2 par an

Partout dans le monde, des investissements sont réalisés pour permettre les changements nécessaires afin de garantir le développement durable, la réduction des émissions et la croissance économique. Les défis en matière de gestion des déchets et l'évolution vers une économie circulaire peuvent aussi offrir des opportunités intéressantes pour les investisseurs.

À l'échelle mondiale, nous générons  0,74 kilogramme de déchets par personne et par jour. Environ 70% de ces déchets ne sont pas traités du tout, et une grande partie n’est pas traité de manière efficace ou suffisante. Comme les déchets sont responsables de 1,6 milliard de tonnes de CO2 par an, soit environ 5% des émissions mondiales, les déchets constituent un sujet environnemental important (1). En outre, les déchets solides occupent également un espace physique important.

Aujourd’hui, le défi de l’économie circulaire est devenu un sujet important et nous constatons que les moteurs derrière cette attention accrue sont les mêmes que ceux que nous avons observés pour les énergies renouvelables au cours des dernières années : des décisions politiques menant à de nouvelles réglementations, une attention accrue des consommateurs pour les produits et services respectueux de l'environnement, la responsabilité sociétale des entreprises, et enfin la viabilité économique.

L'économie circulaire est un élément central du plan de relance COVID-19 de l'UE, qui représente 750 milliards d'euros

La viabilité économique sera un facteur essentiel pour l'économie circulaire, car les changements ont tendance à se produire à un rythme plus rapide lorsque c’est rentable. Etant investisseurs de longue date dans les énergies renouvelables, chez DNB AM nous l’avons observé: quand les énergies renouvelables sont devenu compétitives en termes de coûts, ces technologies vertes ont connu une croissance exponentielle. En ce qui concerne les déchets le gain est double puisqu’ils peuvent être utilisés en tant que matières premières dans les processus de production ce qui permet une production plus respectueuse de l'environnement tout en réduisant le besoin de matières premières traditionnelles.

Nous constatons plusieurs similitudes entre l'économie circulaire et l'émergence des énergies renouvelables :

1) L'Union Européenne est précurseur, devant les autres régions du monde

2) L'économie circulaire soutient l’économie locale, car la création de valeur et d'emplois se fait localement

3) Une sécurité énergétique locale

Aujourd’hui, malheureusement pour certaines industries, le monde est sur le point de se refermer après une longue période de mondialisation. Toutefois, le ralentissement de la mondialisation entraînera très probablement une modification des intérêts politiques, qui pourrait à son tour être bénéfique pour l'économie circulaire. Par exemple, une économie plus locale aura un impact positif sur les balances commerciales, ce qui deviendra de plus en plus important pour de nombreux pays qui sont aux prises avec un développement économique négatif. En outre, l’économie circulaire permettra la création d'emplois nécessitant un niveau d'éducation relativement faible, ce qui a également une valeur politique. À notre avis, des facteurs politiques accéléreront la transition vers une économie circulaire qui, à son tour, aura des implications positives pour les entreprises dans ce secteur.

En mars 2020, le nouveau plan d'action de l'UE pour l'économie circulaire a été annoncé. En mai, l'UE a présenté le plan de relance COVID-19 de 750 milliards d'euros pour reconstruire l'économie. La transition vers une économie circulaire est un élément central de ce plan. L'Union Européenne estime que l'économie circulaire pourra permettre une hausse du PIB de 0,5 % et générer environ 700 000 nouveaux emplois. [2]

Se positionner pour bénéficier de la transition vers l'économie circulaire

La Taxonomie Verte Européenne, regroupant les activités économiques vertes, a été adoptée dans la loi européenne. La transition vers une économie circulaire est un élément central de la taxonomie et pourrait encourager les financements d'investissements pour y contribuer. Cela représente donc un catalyseur supplémentaire pour les entreprises de ce secteur et l’une des raisons pour laquelle nous y investissons au sein du fonds DNB Renewable Energy.

L'accent mis par l'UE sur le développement durable pourrait également donner lieu à une prime ESG, jusque-là non-réalisée, ce qui pourrait entrainer une réévaluation positive du secteur. En outre, une meilleure compréhension de certaines entreprises de gestion des déchets, qui ont été précédemment considérées comme peu attrayantes en raison de d’une mauvaise compréhension de leur activité (perçue comme le fait de simplement ramasser et éliminer les déchets), pourra constituer un moteur supplémentaire pour une réévaluation.

À l'avenir, le secteur deviendra de plus en plus sophistiqué à mesure que l'accent sera mis sur l’utilisation des déchets, que ce soit par la réutilisation, le recyclage, la production d'énergie ou la mise en décharge. Le secteur bénéficie des barrières à l'entrée élevées, ce qui est positif tant pour les performances que pour les multiples de prix. En outre, il y aura de nouvelles sources de revenus liées aux produits eux-mêmes et par le biais des quotas de carbone.

Quels types d'industries sont pertinents pour les investisseurs qui veulent investir dans le thème de l'économie circulaire ? Nous pourrions citer quelques exemples d'entreprises auxquelles le fonds DNB Renewable Energy est exposé dans le cadre de cette thématique :

- Un groupe métallurgique fournisseur de matériaux dont une partie importante provient de matériaux recyclés, comme le vanadium des catalyseurs utilisés dans les raffineries,

- Des solutions environnementales pour le secteur de la collecte et le traitement des déchets,

- Des matériaux légers et respectueux de l'environnement pour les industries du transport et de l'embouteillage, comme par exemple l'aluminium recyclé,

- Les entreprises qui collectent les déchets de l'industrie alimentaire et les transforment en carburant, en nourriture et en aliments pour le bétail,

- La production de ciment respectueux de l'environnement à partir de sous-produits d'autres industries,

- Le recyclage des bouteilles en plastique pour la production de polyuréthane, un matériau clé pour la transition verte,

- La production de carburant synthétique et de produits chimiques à partir de déchets plastiques,

- La production de biocarburant à partir de déchets,

- La transformation des déchets en gaz renouvelable.

Nous commençons également à observer une tendance intéressante sur le marché de l'emballage des boissons : l'utilisation de l'aluminium augmente de manière significative. Coca Cola, Pepsi Cola et Danone ont tous récemment introduit l'eau en emballages en aluminium pour répondre à la demande d’alternatives plus écologiques que le plastique.

À notre avis, l'aluminium est un candidat solide pour remplacer l'acier et le plastique à l'avenir. L'aluminium peut être recyclé indéfiniment et le consommateur est déjà habitué à retourner l'emballage. Nous pensons également que les prix et les marges augmenteront sur le marché de l’aluminium.

À l'avenir, nous nous attendons à une myriade de marchés de recyclage, ce qui créera de nouvelles opportunités pour nombre d’entreprises dans le secteur. En exemple nous pouvons citer l'émergence des véhicules électriques qui créera une demande pour la réutilisation des batteries, ainsi que d'autres matières premières, tels que les terres rares.