Droit & Affaires

Private equity

Entreprises sous LBO et start-up tirent profit de l’appétit des fonds

Option Droit & Affaires - Janvier 2020 - Coralie Bach

Face à une certaine pénurie des actifs et à une abondance des capitaux, les fonds continuent de se livrer une compétition féroce pour emporter les meilleurs deals. Un contexte qui conduit aussi les fonds, aidés par l’accompagnement de leurs conseils, à faire preuve de plus de souplesse dans leurs modalités d’investissement.

Classement des cabinets d’avocats en LBO dont la majorité des opérations porte sur des entreprises de plus de 300 millions d’euros

(Les cabinets sont classés par ordre alphabétique au sein de chaque catégorie. Les responsables de pratique sont indiqués en gras).

 

 

Classement des cabinets d’avocats en LBO dont la majorité des opérations porte sur des entreprises de 50 à 300 millions d’euros

(Les cabinets sont classés par ordre alphabétique au sein de chaque catégorie. Les responsables de pratique sont indiqués en gras).

 

 

Classement des cabinets d’avocats en capital développement et en LBO dont la majorité des opérations porte sur des entreprises de moins de 50 millions d’euros

(Les cabinets sont classés par ordre alphabétique au sein de chaque catégorie. Les responsables de pratique sont indiqués en gras).

 

 

Entreprises sous LBO et start-up tirent profit de l’appétit des fonds

Les poches toujours bien pleines, les fonds sont à la manœuvre pour investir et déployer leurs capitaux. Selon les données de FranceInvest, ils ont alloué pas moins de 7,8 milliards d’euros à 1 180 entreprises au cours du premier semestre 2019, soit une progression de près de 28 % par rapport à la même période de 2018. Un engouement qui profite à toutes les tailles d’entreprise et tous les segments du marché, les LBO étant en outre facilités par une grande disponibilité de la dette. Résultat, les acheteurs se livrent une compétition féroce, et les prix des beaux actifs s’envolent, avec une moyenne, pour le mid market, qui dépasse les 10 fois l’Ebitda selon la dernière édition de l’indice Argos. «La concurrence pousse également les fonds à faire preuve de plus de souplesse sur la forme de l’investissement, note un avocat. Certains acceptent, par exemple, d’être minoritaires alors que leur stratégie habituelle est plutôt d’investir en majoritaire.»

Des build-up toujours plus nombreux

Le besoin d’investir, mais aussi de créer de la valeur malgré des multiples d’acquisition élevés, encourage par ailleurs les actionnaires financiers à intensifier les stratégies de croissance externe. A défaut de nouveau LBO, beaucoup d’équipes de gestion se concentrent sur des build-up. L’étude «Buy & Build Monitor» de Silverfleet, qui analyse les opérations de croissance externe menées par des entreprises sous LBO du mid market européen, recense pas moins de 368 build-up sur le seul premier semestre 2019 : le plus haut niveau depuis vingt ans.

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner