Droit & Affaires

Private equity 2021

2021 : année test pour l’optimisme des investisseurs ?

Option Droit & Affaires - 4 janvier 2021 - Emmanuelle Serrano

Private Equity

Valorisation, rendement, «Ebitdac», business plan, ces mots vont prendre un relief tout particulier en 2021 pour les fonds et les managers des sociétés en portefeuille ou des entreprises sur le point d’accueillir un fonds à leur capital. Si la situation économique n’a pas empêché en 2020 un certain nombre de participations de changer de mains, avec notamment un segment du mid-market très dynamique, la performance moyenne des fonds s’est tassée sous les effets de la pandémie.

La durée de détention des sociétés en portefeuille s’est allongée et a entraîné un repli des rendements. En 2021, les fonds auront peut-être aussi tendance à retarder les opérations de levées de fonds auprès des LPs comme cela s’est vu lors de crises précédentes. Le reporting à l’ère Covid-19 nous a d’ailleurs semblé un bon sujet à aborder dans ce numéro private equity. Comme le souligne Jean-Christel Tabarel, fondateur de Jasmin Capital, «quelques demandes (ndlr : de la part des LPs) ont pu apparaître pour gérer le risque de pandémie. Mais c’est vraiment sans commune mesure avec tout ce qui concerne l’ESG, que la crise de 2020 rend encore plus essentiel, à l’heure où beaucoup s’attendent à ce que les performances financières ne soient pas exceptionnelles».

Dans ce contexte de retard sur les performances attendues des sociétés en portefeuille, le build-up reste plus que jamais un atout en termes de création de valeur, sous réserve notamment de choisir le type de dette le plus approprié en fonction des contraintes et objectifs de développement, comme le souligne un des participants de notre table ronde. Et sur ce plan, la visibilité sur le business ne sera vraisemblablement pas aussi abondante que la dry powder dont disposent les fonds. Mais le non-coté a encore de (très) beaux jours devant lui avec une polarisation du marché qui devrait se traduire par une augmentation des valorisations des cibles «Covid-proof». Les opérations de type public-to-private pourraient aussi se...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner