Droit & Affaires

Comptabilité

La SPAC, un dispositif de financement souple et basé sur la confiance

Option Finance - 19 mars 2021 - Grant Thornton

L’opération 2MX Organic a fait grand bruit. Menée par X. Niel, M. Pigasse et M.-A. Zouari, il s’agit de la plus importante introduction en bourse de l’année dernière sous forme de SPAC (special purpose acquisition company). Cette dynamique interroge sur les éléments à l’origine de ces succès qui pourraient bien annoncer un nouvel intérêt pour les IPO et pose les questions de la préparation des émetteurs pour appréhender ce nouveau dispositif.

Par Ludivine Mallet, directrice, Grant Thornton.

Face à l’engouement pour le private equity, il a souvent été question des inconvénients de la cotation boursière. Il n’en demeure pas moins qu’en période de crise, le recours au marché permet d’accéder relativement rapidement à des liquidités. Du côté des investisseurs, la transparence de l’information et l’environnement réglementaire solide séduisent. Par ailleurs, le régulateur s’efforce continuellement de simplifier le financement par le marché. Ainsi, le relèvement du seuil de dispense de prospectus en cas d’offre au public pour un moment inférieur à 8 millions d’euros a été unanimement salué. C’est dans ce contexte que la SPAC – société sans activité opérationnelle dont les titres sont émis sur un marché boursier exclusivement en vue d’une acquisition ou d’une fusion future, dans un secteur d’activité identifié en amont et avant une échéance déterminée – a vu le jour. Le dispositif peut surprendre dans la mesure où les fonds sont mis à disposition avant même l’identification de la cible. Cette configuration laisse toutefois la possibilité aux investisseurs professionnels – la cotation étant réalisée sur le compartiment professionnel d’Euronext Paris et destinée à des investisseurs qualifiés – de se désengager au moment de l’opération. La SPAC est donc un véhicule innovant qui peut s’assimiler par certains aspects à une « fast track IPO » dans la mesure où une société non cotée peut le devenir en s’évitant le processus classique d’introduction en bourse.

Un impact organisationnel pour l’émetteur et l’épineuse question de la confiance au cœur du dispositif

Ce timing...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner