Entreprise & Expertise

Réforme IBOR – Phase 2

Synthèse des discussions en cours à l’IASB

Option Finance - 03 Avril 2020 - Nicolas Millot

IASB

A la suite de la publication en septembre 2019 d’amendements consacrés à la phase 1 de la réforme IBOR, l’IASB avait entamé la phase 2 de ses réflexions, portant sur le remplacement effectif des anciens taux d’intérêt benchmark par les nouveaux indices de référence. Le Board a finalisé en février 2020 ses discussions sur les thèmes pouvant nécessiter des amendements aux normes IFRS actuelles1.

Par Nicolas Millot, manager chez Mazars

Le Board propose principalement à ce stade :

– d’inclure dans le champ d’application de la phase 2 toute modification du taux benchmark d’un instrument financier :

• directement requise par la réforme IBOR, et• réalisée sur une base économiquement équivalente ;

– d’amender les normes IFRS 9 et IAS 39 pour considérer que la modification d’un instrument financier résultant de la réforme IBOR se traduit par une réestimation prospective du taux d’intérêt effectif, plutôt que par un ajustement à constater en compte de résultat ;

– d’amender les normes IFRS 9 et IAS 39 afin d’assouplir les critères d’éligibilité à la couverture sur les points suivants :

• une mise à jour de la relation ou de la documentation de couverture pour tenir compte de la réforme IBOR n’entraîne pas une rupture de la relation de couverture (e.g. mise à jour de la description de l’instruments de couverture, du risque ou de l’élément couvert, changement de la méthode appliquée aux tests d’efficacité),

• dans le cadre de l’évaluation de l’efficacité rétrospective sous IAS 39, la juste valeur cumulée de l’instrument de couverture et de l’élément couvert serait remise à zéro en date de fin d’application des assouplissements proposés par les amendements phase 1,

• dans le cas de modifications d’instruments faisant partie d’un groupe d’éléments couverts, le Board propose de créer deux sous-groupes d’éléments couverts (ancien ou nouveau taux benchmark) et de réaliser le test de proportionnalité séparément pour chacun d’eux ;

– concernant le caractère séparément identifiable d’une composante de risque couverte non contractuellement spécifiée2, de proposer une exception temporaire permettant de considérer que ce critère est respecté si et seulement si :

• l’entité s’attend raisonnablement à ce que le nouveau taux de référence devienne une composante séparément identifiable dans les 24 mois suivant sa désignation comme composante de risque couverte, et

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner