Entreprise & Expertise

Adresse de correspondance

L’administration doit utiliser la dernière adresse communiquée par le contribuable

Option Finance - 18 février 2019 - Pierre Carcelero, CMS Francis Lefebvre Avocats

Conseil d'Etat

Le Conseil d’Etat vient de rappeler que, pour la notification de mises en demeure, l’administration est tenue d’envoyer toute correspondance à l’attention d’un contribuable à la dernière adresse officiellement communiquée par ce dernier1.

Par Pierre Carcelero, avocat associé, CMS Francis Lefebvre Avocats

Un ressortissant allemand avait, comprenons-nous, communiqué à l’administration une adresse à l’étranger. Il était toutefois propriétaire d’un immeuble situé en France et s’était vu notifier à cette adresse des mises en demeure d’avoir à souscrire en France des déclarations d’ensemble de revenus en qualité de résident fiscal.

Il contestait la procédure de taxation d’office qui a suivi cette notification en soutenant que l’administration aurait dû notifier les correspondances en cause à son adresse étrangère. Les juges du fond avaient écarté cette analyse au motif qu’il avait lui-même mentionné son adresse française dans son acte de mariage et dans des déclarations de revenus, alors que ces deux informations n’avaient été connues de l’administration que postérieurement aux notifications litigieuses.

Le Conseil d’Etat censure logiquement la décision des juges du fond en leur reprochant en outre d’avoir écarté la circonstance que l’administration avait par le passé notifié à son adresse étrangère des avis d’impositions relatif à des impositions locales.

Il en ressort que l’administration fiscale ne peut substituer à l’adresse que lui a communiquée un contribuable celle qui pourrait lui paraître plus récente en considération d’un faisceau d’indices.

On relèvera cependant qu’il aurait pu en être autrement si l’administration avait pu établir la réception effective des courriers notifiés.

Cette décision vient conforter des principes dont on pouvait craindre qu’ils n’aient été quelque peu ébréchés par de récentes décisions ayant notamment considéré que l’administration pouvait notifier un acte de procédure à l’attention et à l’adresse d’une société absorbée alors même qu’elle avait été informée de l’opération de fusion.

A l’inverse, cette décision rappelle l’importance pour un contribuable de signaler à...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner