Entreprise & Expertise

Organisation du travail

La consécration du droit à la déconnexion ou la gestion du travail à l’ère du numérique

Option Finance - 24 avril 2017 - Anne Blamart, avocat, Courtois Lebel

Organisation

Pour remédier aux risques de l’hyperconnexion, la loi du 8 août 2016 a consacré le droit à la déconnexion des salariés. Moins d’un an plus tard, la mise en place de ce droit privilégie la voie de l’accord collectif et à défaut la mise en place d’une charte. Les entreprises sont ainsi incitées à revoir leur organisation du travail mais à ce jour, la loi est peu contraignante.

Par Anne Blamart, avocat, Courtois Lebel

Au fil du temps, l’hyperconnexion, notamment des cadres, a conduit à une confusion entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle.

Pour tenter de réguler l’utilisation abusive de ces nouveaux outils numériques, la loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 a consacré un droit à la déconnexion des salariés. La mise en place de ce droit a d’abord été envisagée à compter du 10 août 2016 dans le cadre de la négociation des accords collectifs conclus sur les forfaits jours, de façon à garantir aux salariés au forfait une charge de travail raisonnable et une bonne répartition de leur temps de travail (article L. 3121-64 du Code du travail).

Depuis le 1er janvier 2017, le droit à la déconnexion a été étendu à tous les salariés des entreprises ayant au moins un délégué syndical. Celles-ci doivent désormais, dans le cadre de la négociation annuelle obligatoire, ouvrir des négociations sur le droit à la déconnexion et la mise en place de dispositifs de régulation des outils numériques visant à assurer le respect des temps de repos et de congés et de la vie personnelle et familiale (art. L. 2242-8 du Code du travail).

1. De quoi s’agit-il ?

Le droit à la déconnexion est le droit pour un salarié de ne pas être en permanence joignable sans interruption : il peut se couper temporairement des outils numériques lui permettant d’être contacté en tout lieu et à tout moment dans un cadre professionnel (smartphone, Internet, e-mail, etc.).

Ce droit ne s’applique qu’aux salariés soumis à la législation sur la durée du travail dont sont exclus les cadres dirigeants. Ceux-ci devront toutefois veiller à respecter le droit à déconnexion de leurs subordonnés.

2. Les modalités de mise en place du droit à la déconnexion

Négociation d’un accord ou élaboration d’une charte

La...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner