Entreprise & Expertise

Fusion

Les déficits transférés sont des valeurs justifiant un mali technique

Option Finance - 30 avril 2018 - Anne-Lyse Blandin, EY, et Anne Colmet Daâge, EY Société d'Avocats

Fusion acquisition

Au-delà des principes posés par le juge, la prise en compte des déficits transférés pour le calcul du mali de fusion soulève quelques difficultés pratiques.

Par Anne-Lyse Blandin, associée, EY, et Anne Colmet Daâge, associée, EY Société d’Avocats

Statuant conformément aux principes précédemment dégagés par le Conseil d’Etat dans la même affaire1, la cour administrative de Versailles vient de juger que les déficits dont le transfert est demandé en application des dispositions du II de l’article 209 doivent être pris en compte dans la valorisation de la société absorbée et, partant, dans le calcul du mali technique, non déductible, minorant d’autant le «vrai» mali déductible2. 

La juridiction confirme que l’économie future d’impôt résultant des déficits transférés par la société absorbée constitue une «plus-value latente» à prendre en compte pour le calcul du mali technique au sens de l’article 745-4 du PCG et qu’ainsi «la prise en compte d’une telle économie d’impôt sur les sociétés en vue de la détermination du “mali” de fusion est donc conforme aux définitions comptables découlant du règlement du 4 mai 2004 que doivent respecter les entreprises en vertu de l’article 38 quater de l’Annexe III au CGI»3.

La cour écarte l’argument de la société selon lequel l’«actif apporté» devait être évalué en fonction de sa valeur estimative de marché et de son utilité et, qu’à ce titre, il ne fallait pas se limiter à déterminer la valeur des déficits transférés en fonction de la seule économie d’impôt que ces derniers allaient permettre mais qu’il fallait également tenir compte des charges que l’absorbante supporterait dans le cadre de la poursuite obligatoire de l’activité transférée exigée pour bénéficier des dispositions du II de l’article 209 du CGI.

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Aperçu de l’ingénierie contractuelle des opérations de M&A en 2018/2019

Dernières tendances en France et à l’international

Dispositions de la loi Mohamed Soilihi relatives aux fusions entre sociétés sœurs 

Des difficultés d’application bientôt résolues ?