La lettre d'Option Droit & Affaires

Corporate

En évaluation, l’impact de la taille est à analyser

Lettre Option Droit & Affaires - 15 novembre 2017 - Thomas Hachette

L’impact de la taille des entreprises sur leur évaluation a donné lieu à de nombreux travaux académiques (1). Dans le cadre d’une analyse par l’actualisation des flux de trésorerie futurs, une prime de taille est souvent rajoutée : cette prime sur le taux d’actualisation est équivalente à une décote sur la valeur d’entreprise.

Par Thomas Hachette, associé, Sorgem Evaluation

Une pratique très variable de la prime de taille

En pratique, un consensus sur le niveau éventuel de prime à retenir ne semble pas se dégager ; on rappellera :

• l’exemple du Club Méditerranée, où trois experts se sont prononcés dans le cadre d’attestations d’équité qui se sont succédées, et où le premier n’a pas retenu de prime de taille, alors que les deuxième et troisième experts en ont retenu une, mais d’une ampleur différente (respectivement 2,99 % et 1,20 %) ;

• l’exemple de deux sociétés du même secteur, Serma Technologies et Nexeya (services d’externalisation de la R&D), où deux attestations d’équité ont été réalisées sur chacune des sociétés : si les deux sociétés avaient des valorisations très proches, les primes de taille retenues par les experts indépendants et les banquiers conseil ont varié entre 0 % et 6,4 %. Concernant Nexeya, l’expert dans le cadre de l’OPAS avait retenu une prime de taille de 3,4 % et l’expert qui était intervenu l’année suivante dans le cadre du retrait obligatoire n'en avait pas retenu

• l’exemple du spécialiste des rencontres amoureuses, Meetic : pour des valeurs d’entreprise relativement proches, la prime de taille retenue par l’expert indépendant lors de la première opération boursière (OPAS de 2011) était de 0,5 % et celle retenue dans le cadre de la seconde opération (OPA suivie d’un retrait obligatoire de 2013) était de 5,6 % (2).

Force est de constater cependant que les éléments apportés dans les rapports d’évaluation pour justifier de retenir ou non une prime de taille, et pour expliquer le niveau de prime retenu, demeurent souvent limités, même si l’impact sur la valeur d’entreprise peut...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner