La lettre d'Option Droit & Affaires

droit de l’immobilier

Résultats de l’étude CMS sur les transactions immobilières 2010-2014 en Europe

Lettre Option Droit & Affaires - 18 novembre 2015 - Christophe Blondeau & Jean-Robert Bousquet

Dans son étude sur les transactions immobilières en Europe, CMS – dont le cabinet français CMS Bureau Francis Lefebvre est membre – a analysé les clauses contractuelles de 675 transactions immobilières conseillées de 2010 à 2014 dans 13 pays (dont la France ; voir méthodologie ci-dessous), ce qui lui a permis d’identifier les différences régionales notables et les tendances en termes de techniques contractuelles.

Par Christophe Blondeau, avocat associé, et Jean-Robert Bousquet, avocat associé, CMS Bureau Francis Lefebvre

La reprise du marché des transactions immobilières se poursuit en Europe. Après la baisse de 2008 et 2009, les cinq dernières années se caractérisent par une augmentation constante des opérations de portefeuille immobilier.

L’étude révèle que la proportion des transactions de portefeuille immobilier a augmenté régulièrement entre 2010 et 2014. Alors qu’elles représentaient 25 % de l’ensemble des transactions immobilières évaluées en 2010, leur proportion était de 30 % en 2014.

Avec une part de marché de 45 % en moyenne, les immeubles de bureaux représentent la catégorie d’actifs la plus importante d’Europe au cours des cinq dernières années.

En revanche, les immeubles commerciaux accusent une forte baisse, passant de 31 % en 2011 à 13 % en 2014, même si les transactions commerciales se maintiennent en tête des statistiques dans les pays d’Europe occidentale (Belgique, Espagne, France, Pays-Bas et Royaume-Uni), où elles représentent 29 % du marché. La tendance la plus remarquable concerne les transactions logistiques : leur proportion a ainsi augmenté à un rythme régulier, passant de 5 % en 2011 à 18 % en 2014.

Les investisseurs internationaux animent le marché des transactions de portefeuille immobilier.

Après avoir représenté seulement 38 % des transactions en 2013, pour la première fois depuis cinq ans, l’année dernière a été marquée par un nombre d’investissements plus important de la part des acquéreurs étrangers que des acquéreurs nationaux. Ainsi, la proportion d’investisseurs étrangers était de 53 % en Europe. Si l’on ventile les résultats par pays, l’Allemagne et l’Autriche (31 %) et la Suisse (2 %) affichent les chiffres les plus faibles d’Europe, tandis que l’Europe orientale présente la proportion la plus élevée, à 62 %. En Europe occidentale, le ratio entre investisseurs nationaux et investisseurs étrangers était en 2014 quasiment à l’équilibre (respectivement de 53 % et 47 %).

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner