La lettre d'Option Droit & Affaires

Focus

Grenelle du droit : un premier pas vers une union des professions

Lettre Option Droit & Affaires - 22 novembre 2017 - Coralie Bach & Aurélia Gervais

Les intervenants ont échangé sur les enjeux de la formation.

Pari réussi pour Le Cercle Montesquieu et l’AFJE, à l’origine du premier Grenelle du Droit. Près de 1 000 personnes – avocats, directeurs juridiques, juristes, étudiants – se sont réunies à la Maison de la mutualité jeudi 16 novembre.

Nicolas Guérin, président du Cercle Montesquieu, et Stéphanie Fougou, présidente de l’AFJE, ont ouvert les débats.

«L’idée de cet événement est née il y a un peu plus d’un an, dans le but d’interpeller les candidats à l’élection présidentielle sur l’avenir des professions du droit», rappelle Nicolas Guérin, président du Cercle Montesquieu. «Nous voulions fédérer les professionnels afin de réfléchir ensemble aux mesures nécessaires pour accroître l’attractivité du droit français», poursuit Stéphanie Fougou, présidente de l’AFJE. Car malgré des enjeux communs, les professionnels du droit fonctionnent encore de manière très isolée, et s’identifient peu comme appartenant à une filière commune.

C’est donc dans un objectif de rapprochement, qu’intervenants et participants ont débattu autour de deux grands thèmes : la compétitivité du droit français et la formation.

Réduire l’instabilité juridique

«La compétitivité de la norme peut se définir comme l’aptitude d’un système juridique à attirer des activités», précise le président du Haut comité juridique de la place financière de Paris, Guy Canivet. Si la France, à commencer par Paris, séduit de nombreuses entreprises étrangères, elle souffre néanmoins de plusieurs faiblesses. Parmi elles, le manque de stabilité juridique. Plusieurs intervenants ont ainsi déploré un environnement réglementaire mouvant et des changements trop fréquents dans l’interprétation des lois. «La première raison de départ des sociétés est l’instabilité juridique et judiciaire. Elle prive les dirigeants de la visibilité nécessaire à la prise de décisions stratégiques», souligne Anne Outin-Adam, directrice du pôle juridique et législatif de la CCIP. A cette volatilité, vient s’ajouter un calendrier législatif parfois très contraignant. Actuellement, les entreprises doivent par...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner