La lettre d'Option Droit & Affaires

Focus Tech

«La digitalisation des directions juridiques doit être pensée à un niveau global»

Lettre Option Droit & Affaires - 27 février 2019 - Marie-Stéphanie Servos

Le Cercle Montesquieu, CMS Francis Lefebvre Avocats et Day One ont interrogé une centaine de directions juridiques sur les enjeux de la digitalisation et les démarches à mettre en œuvre pour s’approprier les nouvelles technologies. Martin Fauvel, manager chez Day One, présente les conclusions de cette étude.

Martin Fauvel, manager, Day One

Quel est le constat principal de l’enquête ?

Le point à retenir est que l’année 2019 est une année de bascule dans la prise en main des technologies par les directions juridiques. Nous constatons à travers notre étude une sensibilité croissante des répondants sur des sujets tels que l’intelligence artificielle, les chatbots ou l’analyse de documents. Cette année va donc être clé dans la rencontre entre les offreurs, qui proposent des solutions très innovantes, et les demandeurs que sont les directions juridiques.

Pourtant, seul 10 % des répondants à l’étude utilisent des chatbots et 11 % des outils d’analyse de documents. Comment rattraper ce retard et enfin provoquer cette «bascule» ?

Nous pouvons choisir de voir le chemin restant à parcourir ou le chemin déjà parcouru. La deuxième option, plus optimiste, permet de constater que les choses avancent. Les directions juridiques sont globalement en faveur du digital, et conscientes de son importance. Par ailleurs, nos chiffres montrent aussi qu’à horizon trois à cinq ans, 63 % des directions juridiques interrogées pensent installer des chatbots et 78 % des outils d’analyse de documents. En outre, mener une transition digitale ne consiste pas seulement à choisir le bon outil, c’est avant tout pouvoir changer des méthodes de travail à un niveau plus global. Ainsi, il faut commencer par repenser les process les plus impactés par la digitalisation, à savoir la gestion électronique des documents, la gestion contractuelle et le suivi des sociétés. En initiant ce travail de réflexion, on s’aperçoit généralement que des outils facilitant le travail des juristes au quotidien existent déjà. Mais pour diverses raisons, parfois...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner