La lettre d'Option Droit & Affaires

Interview

L’activisme actionnarial appelé à se développer en France

Lettre Option Droit & Affaires - 28 janvier 2015 - Florent Le Quintrec

A l’image de Vector Capital, qui s’est attaqué à Technicolor et se retrouve aujourd’hui en contentieux avec ce dernier, les campagnes de fonds activistes visant des émetteurs français se sont accrues ces dernières années. Armand Grumberg et Pascal Bine, associés du cabinet Skadden qui a récemment publié une étude sur le sujet, expliquent pour ODA le développement de ce mouvement en France.

Armand Grumberg
Pascal Bine

Comment les activistes mènent-ils leurs campagnes ?

Armand Grumberg : Les fonds activistes commencent généralement par prendre une participation minoritaire dans la société visée, qui peut être de taille variable. Avec une participation de seulement 2 % ou 3 %, ils peuvent déjà fortement déstabiliser le conseil d’administration ou la direction générale. Ils essaient dans un premier temps de parvenir à leurs objectifs par un dialogue confidentiel avec le conseil d’administration et/ou, selon le cas, le management de la société. Lorsque cette approche échoue, ils expriment alors leurs demandes de façon publique, dans le cadre notamment de campagnes médiatiques. Ils cherchent en outre à obtenir le support des agences de conseil en vote (proxy advisors) et celui des investisseurs institutionnels, qui ont de plus en plus de pression pour délivrer de bons résultats et pour qui une campagne activiste peut être un moyen de doper la performance de leur investissement. Ces alliances s’avèrent fort utiles lorsque les fonds activistes cherchent à faire valoir leurs positions en assemblée générale. Dans les cas extrêmes, mais cela reste encore rare en France, le différend est porté devant les tribunaux.

Pascal Bine : Les fonds activistes s’y prennent principalement de deux manières pour mettre la pression sur un émetteur. La première consiste à acquérir du poids en assemblée générale, en fédérant les autres actionnaires votants ou les proxy advisors qui les conseillent, afin de contester les projets de résolutions soumis par le conseil...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner