La lettre d'Option Droit & Affaires

L'événement

Oxygen+ et Kalexius créent Alternative Legal Team

Lettre Option Droit & Affaires - 29 mars 2017 - Coralie Bach

Soumises à une réglementation accrue, notamment en matière de compliance, les entreprises sont parfois en quête de ressources juridiques supplémentaires pour appuyer leur équipe interne le temps d’une mission.

Stéphane Lefer, fondateur d’Oxygen+
et Nicolas Leroux, directeur général de Kalexius

Face à ce constat, plusieurs cabinets ont développé des offres de supports alternatifs, à l’image d’Oxygen+ et de Kalexius qui décident aujourd’hui d’unir leurs compétences en créant l’alliance Alternative Legal Team. Les deux cabinets, qui regroupent une cinquantaine de personnes, proposent une gamme d’offres allant de l’internalisation de compétences, via l’immersion d’avocats ou de juristes, aux solutions d’externalisation d’activités juridiques et de pilotage de projet. «Notre positionnement sur les supports juridiques alternatifs et la complémentarité de nos offres nous ont incités à fonder cette alliance, explique le fondateur d’Oxygen+, Stéphane Lefer. Ces métiers alternatifs sont en fort développement et nous souhaitons accompagner ce mouvement sur le marché français.»
Le recours à ces services est effectivement devenu courant outre-Atlantique. Un récent rapport de Thomson Reuters estime ainsi que le marché des alternative legal services aux Etats-Unis pesaient près de 8,4 milliards de dollars en 2016. Des chiffres prometteurs, même si la projection qui peut en être déduite pour le marché européen doit être prudente. «Une partie importante de ces services est employée dans le cadre de l’e-discovery, et du volume de documents à traiter généré par la procédure, remarque le directeur général de Kalexius, Nicolas Leroux. Cette pratique n’existe pas en France. Toutefois, les besoins d’appui opérationnel pour des projets juridiques d’importance sont eux similaires.» Cet accompagnement passe aussi généralement par l’intégration d’outils technologiques proposés par les legal techs. L’alliance espère d’ailleurs bien accueillir ces acteurs à l’avenir afin de suivre cette évolution du marché.