La lettre d'Option Droit & Affaires

Entreprise

La RSE : enjeu majeur pour l’entreprise

Lettre Option Droit & Affaires - 30 avril 2014 - Gilles Bigot & Louis-Romain Riché

La Responsabilité sociale et environnementale (RSE) des entreprises est un phénomène en expansion. Du rapport Brundtland en 1987, à La proposition de directive adoptée par la Commission européenne le 16 avril 2013, les textes internes, européens et internationaux se sont multipliés en faveur d’une entreprise socialement responsable : acteur véritable du développement durable.

Par Gilles Bigot, Managing Partner, Winston & Strawn Paris, et Louis-Romain Riché, avocat-collaborateur

En effet, si à l’origine la RSE était souvent perçue comme un simple outil de communication (ou greenwashing) mis en place par certaines entreprises dans l’unique but de valoriser leur image, elle participe aujourd’hui à une mutation profonde des modes de fonctionnement (I) et de gouvernance (II) des sociétés.

I. La RSE comme instrument de mutation du fonctionnement des entreprises

A. Une mutation de l’entreprise et de ses acteurs

La RSE est fondée sur une logique collaborative (stakeholder theory) et incite l’entreprise à considérer l’ensemble de ses parties prenantes. Le changement de perception du rôle de l’entreprise au sein de la société, ainsi que la prise de conscience que l’investissement durable est préférable à la recherche de profits «à tout prix», ont conduit de nombreuses entreprises, et plus particulièrement les entreprises familiales, à orienter leur stratégie de développement vers un investissement durable dans leur environnement.

Au-delà de la valorisation de l’image et de la réputation de l’entreprise concernée, la RSE permet aussi de fidéliser salariés, partenaires et clients de la société, qui seront plus encouragés à travailler ou à contracter avec une entreprise soucieuse du respect de leurs droits et de son environnement tout en restant désireuse d’offrir des produits et services de qualité et innovants. La RSE permet également une meilleure gestion de l’entreprise quant à ses diverses consommations, mais aussi quant aux risques auxquels elle s’expose, tant en matière environnementale que contentieuse au sens large, par le biais notamment du dialogue qu’elle propose avec les parties prenantes, y compris politiques.

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner