La lettre d'Option Droit & Affaires

Focus Tech

Dans l’incubateur du barreau de Paris

Lettre Option Droit & Affaires - 31 octobre 2018 - Marie-Stéphanie Servos

Septembre a marqué la rentrée des classes pour l’incubateur du barreau de Paris (IBP), qui a accueilli sa toute première promotion. Durant un an, quatre start-up juridiques innovantes vont bénéficier d’un accompagnement sur-mesure visant à impulser leur développement. Programme chargé.

C’était une promesse de Marie-Aimée Peyron et Basile Ader, bâtonnier et vice-bâtonnier de Paris : faire de l’incubateur du barreau, simple think tank juridique, un vrai incubateur. Après un déménagement à Issy-les-Moulineaux, dans les locaux de l’EFB, l’incubateur s’est refait une beauté et a enfilé ses habits d’accélérateur de projets.

Programme sur-mesure
En maestro de l’incubation, c’est l’agence de conseil Hercule qui a été sélectionnée pour coordonner le projet : «Nous avons été présents au moment de la sélection, nous avons aussi imaginé le programme et en avons défini les objectifs», détaille Mathieu Bouillon, cofondateur de l’agence et coordinateur du programme. Ainsi, sur un an, douze ateliers, douze conférences et douze keynotes ont été imaginés pour accompagner les start-up. La dernière conférence a eu lieu le 30 octobre, sur le thème du «growth hacking», à savoir, le partage de techniques et de pratiques pour la croissance des start-up. «Le programme est assez général bien que très adaptable», détaille-t-il. Une question technique ? Des doutes sur le plan de communication ? Les incubés bénéficient aussi d’heures disponibles auprès d’experts accessibles à la demande sous forme de «guichets». Du sur-mesure qui se justifie par le fait que tous les projets sont à des niveaux de maturation différents. Sur les quatre start-up incubées, l’une d’entre elles, Prodroit, qui se présente comme une conciergerie juridique à destination des dirigeants de TPE et PME, a notamment été lancée le 1er octobre dernier. Courant novembre, deux autres projets prendront sa suite : Avocalix, qui donne la possibilité aux avocats de créer facilement et à moindre coût leur propre legaltech sur-mesure, et Amendine, un bot qui permet à n’importe quel justiciable de contester une contravention. Legal Hope, plateforme de mise en relation entre un avocat et un client, devrait être lancée courant 2019. «Pendant ou après l’incubation, nous nous adaptons à eux», explique Mathieu Bouillon. Si Avocalix teste actuellement la résistance de son back-office à l’épreuve d’un nombre soutenu de connexions internet, Prodroit est, quant à elle, dans une phase de développement commercial. Le travail de l’incubateur ne s’arrête donc pas au lancement du projet. «Au contraire», affirme Mathieu Bouillon.

Apprendre à se vendre post-incubation
«Désormais, nous apprenons à pitcher notre projet pour pouvoir le vendre, détaille la fondatrice de Prodroit, Samya Badouraly, l’incubateur m’accompagnera aussi sur la constitution d’une équipe, et éventuellement sur une levée de fonds.» «Le travail de l’incubateur commence après le lancement, souligne Mathieu Bouillon. Prodroit souhaite par exemple intégrer un accélérateur à l’issue de l’incubation. Pour cela, il faut justifier d’un chiffre d’affaires d’au moins 30 000 euros. Nous allons l’y aider.» A l’issue du programme d’accompagnement, si chaque projet prévoit de suivre sa propre route, les équipes d’Hercule ne seront jamais loin. «Nous serons là pour les aider», promet Mathieu Bouillon. Et leur expérience servira pour la promotion future auprès de laquelle ils interviendront lors de conférences.
Dans ses nouveaux locaux de l’EFB, au plus près de la future génération d’avocats, l’IBP s’apprête à jeter les bases de la création d’un réseau solide et innovant. Le futur du droit est-il en marche ?

Les incubés

• Amendine (anciennement Legabot)
Fondateur(s) :
Lucas Vincent, élève avocat et Julien Chouchant, développeur.
Concept : Amendine permet de contester une contravention. L’utilisateur envoie une photo de son PV à un chatbot qui l’analyse et cherche la faille permettant de le contester. Amendine génère également des documents juridiques et propose une fonctionnalité utilisant l’intelligence artificielle pour trouver un avocat.
Lancement : novembre 2018.

• Legal Hope
Fondateur(s) :
Jeremy Maruani, avocat, Andrea Salama et Bryan Maruani, développeurs.
Concept : Legal Hope est une plateforme de mise en relation avocat/client qui permet d’obtenir un rendez-vous d’une heure avec trois avocats dans le but de choisir celui qui correspond le mieux, stratégiquement et pécuniairement.
Lancement : courant 2019.

• Prodroit
Fondateur(s) :
Samya Badoural, avocate.
Concept : Prodroit est une conciergerie juridique à destination des dirigeants de TPE et PME. Par l’intermédiaire du canal de son choix (sms, email, rendez-vous…) l’utilisateur soumet le problème auquel il est confronté à Prodroit qui tentera de le résoudre. Lorsqu’il n’est pas possible de le résoudre en interne, l’interface oriente l’utilisateur vers un avocat partenaire.
Lancement : 1er octobre 2018.

• Avocalix
Fondateur(s) :
Valéry Lontchi, avocate, Antoine Rostand, polytechnicien, et Jean-Michel Lasry, professeur de mathématiques.
Concept : Avocalix donne aux avocats la possibilité de créer une legaltech sur-mesure ou un site internet personnalisé et modulable rapidement et sans aucune connaissance technique, pour environ 49 euros par mois.
Lancement : novembre 2018.