Communauté financière

Evaluation

Bouygues réintègre la «A List» des entreprises vertueuses

Option Finance - 17 juin 2019 - Thomas Feat

ESG

Le groupe français a récemment obtenu la note maximale du CDP, organisation internationale de référence pour l’évaluation des stratégies environnementales des acteurs économiques.

Fabrice Bonnifet, directeur développement durable, Bouygues
Bouygues

«Ce n’est pas une mince victoire, croyez-moi !» Fabrice Bonnifet, directeur développement durable chez Bouygues, ne cache pas sa satisfaction. Le groupe a récemment réintégré le classement des 139 entreprises mondiales les plus vertueuses en matière de stratégie carbone, énergie et climat dressé chaque année par le CDP, la Climate Change A-List. Dénommée Carbone Disclosure Project jusqu’en 2012, l’organisation internationale à but non lucratif, référence dans l’univers de l’investissement responsable, a son siège à Londres, est implantée dans 90 pays et regroupe quelque 650 grands investisseurs mondiaux. «Nous avions déjà obtenu la note maximale A en 2016, avant de descendre d’un cran à A- en 2017 et 2018, indique Fabrice Bonnifet, qui rappelle au passage que la grille de notation de l’organisme s’échelonne de A à D-. Figurer de nouveau parmi les entreprises distinguées par le CDP constitue un enjeu important pour le groupe à l’heure où un nombre croissant d’investisseurs, notamment thématiques, excluent de leurs portefeuilles les émetteurs ne disposant pas de stratégie climat proactives.»
L’organisme a salué la montée en puissance des programmes mis en place par l’entreprise pour réduire son empreinte écologique, notamment ses émissions de dioxyde de carbone chiffrées à 17 millions de tonnes l’an dernier (soit la consommation de Lyon et Marseille réunis !) et en baisse de 6,8 % par rapport à 2017. Au nombre de ces initiatives figure le recours de plus en plus fréquent du groupe au bois pour ses constructions. «En cinq ans, le nombre de logements en bois ouvragés par Bouygues Construction est passé de 0 à 3 000, sur un total de 25 000 logements conventionnels bâtis, signale Fabrice Bonnifet. Cela représente un bénéfice écologique substantiel, puisqu’à caractéristiques comparables, un bâtiment en bois rejette, au long de son cycle de vie, jusqu’à 10 fois moins de CO2 qu’un immeuble en béton.»

Un questionnaire remanié

La promotion du groupe français est d’autant plus notable que près de 7 000 entreprises ont répondu à la dernière campagne d’évaluation «climat» du CDP, un chiffre en augmentation de 30 % sur un an. Surtout, elle survient alors que l’organisme indépendant a profondément remanié et enrichi, l’an dernier, le questionnaire de 250 pages servant de support à sa notation. Ceci afin que le document tienne compte des recommandations de la Task Force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD). «Le nouveau questionnaire incorpore par exemple des questions sur l’organisation de la gouvernance climatique des entreprises au niveau des conseils d’administration et des comités de direction, et sur l’intégration éventuelle de scénarios environnementaux à leur stratégie de développement», précise Aubin Roy, consultant senior chez EcoAct.
En outre, conformément à la 3e et 4e recommandation de la TCFD, le CDP invite désormais les entreprises à fournir une liste exhaustive des risques et opportunités climatiques susceptibles d’avoir une incidence sur leur activité, un exercice auquel Bouygues s’est plié. Mais contrairement à d’autres groupes français évoluant dans l’une des quatre industries «à forts enjeux climatiques» identifiées par la TCFD (énergie, transports, matériaux et agriculture), l’entreprise n’a pas été tenue de répondre à des questions complémentaires visant à comparer ses performances avec celles de ses pairs directs. «Compte tenu de l’évolution constante des recommandations et méthodologies de la TCFD et du CDP, il n’est pas impossible que l’entreprise ait à se soumettre à ce niveau de complexité supplémentaire dans les prochaines années», estime Jean-Baptiste Cottenceau, directeur général de Sustainable Metrics.
Cette éventualité ne semble pas décourager Bouygues qui participera une nouvelle fois, en 2019, à la campagne du CDP. Avec pour objectif d’obtenir, une fois encore, le précieux satisfecit.

Le CDP plébiscite les groupes français

23 entreprises françaises, dont BIC, L’Oréal, EDF ou Nexity, se sont vu décerner la note maximale – A – du CDP lors de sa dernière campagne d’évaluation sur la thématique «changement climatique». La France est le deuxième pays le plus représenté dans ce classement, derrière les Etats-Unis et devant le Japon et le Royaume-Uni.

À lire aussi

Interview - Sarah N’Sondé, responsable de l’analyse sectorielle, Coface

«La décélération de l’activité concerne tant les Etats-Unis que l’Asie et l’Europe»

Interview – Gaétan Rougevin-Baville, chief operating officer, Meero

«Une entreprise de la French Tech peut aujourd’hui rayonner internationalement depuis Paris.»