Communauté financière

Direction financière

Comment la start-up Waycom se prépare à devenir grande

Option Finance - 8 mars 2019 - Anaïs Trebaul

Directions financières, start up

L’Association nationale des directeurs financiers et de contrôle de gestion (DFCG) a récompensé en décembre dernier Delphine Lable, directrice financière et directrice des ressources humaines de la société de télécommunication Waycom, en lui décernant le Prix du jeune financier de l'année. A 36 ans, elle a en effet déployé un plan de développement d’ampleur pour soutenir la croissance de son entreprise. Plusieurs grands chantiers, financiers comme RH, ont ainsi été mis en place.

Bâtir «une direction Finance/RH conquérante» : voici l’objectif du grand projet de transformation mené par la start-up Waycom depuis environ deux ans et qui a valu à Delphine Lable, 36 ans, de remporter en décembre dernier le Prix du jeune financier de l’année décerné par l’Association nationale des directeurs financiers et de contrôle de gestion (DFCG).

Lorsqu’elle intègre cette société, en octobre 2016, en tant que directrice administrative et financière et directrice des ressources humaines, le groupe qui compte trois filiales et officie comme opérateur télécom, hébergeur, infogéreur et intégrateur, souhaite structurer son département financier et RH afin de maîtriser ses objectifs de croissance. Il compte en effet multiplier son chiffre d’affaires par trois d’ici à 2020, le portant ainsi de 16,1 millions d’euros de chiffre d’affaires à 40 millions d’euros. Recrutée pour son expérience chez Mikros Image, une société du secteur audiovisuel dont elle a accompagné la croissance en tant que directrice financière, Delphine Lable n’a en revanche jamais travaillé dans les ressources humaines. Peu importe, elle accepte ce nouveau défi. «Lors de mon arrivée chez Waycom en 2017, les services financiers et RH étaient deux pôles distincts dans l’organisation interne et ne comptaient au total que cinq personnes. Pour répondre à l’objectif de croissance du groupe, j’ai dû identifier les axes d’amélioration pour monter un service Finance/RH conquérant», rappelle-t-elle.

Quelques mois plus tard, le plan 2018-2020 est mis en place pour structurer les départements financiers et RH. «Plus de 130 chantiers ont été recensés et validés par le Comité de direction pour construire la stratégie 2018-2020 avec l’ambition d’atteindre les 40 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020», résume Delphine Lable.

Un travail préparatoire qui a été mené en concertation avec les collaborateurs de l’entreprise. Delphine Lable souhaitait que ces derniers adhèrent à leur plan de développement. Ils se sont donc réunis ensemble afin de définir différents objectifs à atteindre, aussi bien sur le plan RH que financier.

De nombreux projets informatiques

Du côté des ressources humaines, de nouveaux outils sont d’abord déployés. Un budget RH mensuel est constitué et une solution de gestion de paie (Sage Pay) est intégrée à leur système informatique. Mais Delphine Lable cherche aussi, et surtout, à resserrer les liens avec les équipes. «J’ai souhaité redonner confiance aux opérationnels, fidéliser nos collaborateurs dans un secteur très concurrentiel et conserver la proximité qui existe habituellement entre les salariés et la direction d’une start-up, laquelle peut parfois se perdre lorsque ce type d’entreprise grandit», souligne-t-elle. Pour ce faire, plusieurs décisions sont instaurées. «Nous avons notamment lancé un concept innovant nommé “La tournée des RH” qui a pour but d’aller à la rencontre des 140 collaborateurs de Waycom à travers une trentaine de réunions planifiées sur deux mois, explique Delphine Lable.»

Mais la structuration du département passe avant tout par la mise en place d’instruments informatiques. Dès 2017, un système de gestion comptable (Sage) est installé, puis est complété à l’été 2018 par un module de facturation. Un outil qui leur permet de mieux gérer leur facturation de matériel (data center par exemple) en fonction de leurs achats, et ainsi de réduire leur besoin en fonds de roulement. Ensuite, un outil de dématérialisation des factures fournisseurs est déployé avec l’éditeur Yooz. Ce dispositif leur a notamment permis de passer nos commandes et de les importer directement dans le système comptable. La start-up est d’ailleurs toujours en train de procéder à des améliorations sur l’outil. En outre, la jeune directrice financière met en place un reporting mensuel. «Grâce à cet outil nos délais de clôture sont passés d’environ un an à un mois», rappelle-t-elle. En parallèle, les flux de trésorerie (cash-flows) hebdomadaires sont consolidés deux fois par semaine et les flux intragroupes, qui étaient rapprochés manuellement jusque-là, sont automatisés.

25 % des chantiers réalisés

Fin 2018, environ 25 % des chantiers sont ainsi réalisés et le chiffre d’affaires atteint 27 millions d’euros, soit une hausse de 75 % en deux ans. Si les trois quarts d’entre eux restent à accomplir avant fin 2020, plusieurs sont déjà programmés pour cette année. Sur le plan des ressources humaines, le groupe va par exemple mettre en place un outil de gestion des ressources humaines, qui sera utilisé pour gérer les congés, les absences, les notes de frais… De plus, un plan de formation va être déployé à partir du deuxième trimestre 2019 pour renforcer les compétences «métier» des différents collaborateurs. 

Côté financier, le groupe va poursuivre ses projets, notamment afin d’avoir une meilleure vue d’ensemble de son activité. L’année 2019 a d’ailleurs débuté par le recrutement d’un contrôleur de gestion, portant ainsi l’équipe financière à sept personnes au total. Ensuite, une comptabilité analytique va être mise en place. «Nous voulons avoir une meilleure vision de notre activité par pôle et par métier, ce qui nous permettra de connaître en profondeur nos activités les plus rentables», indique Delphine Lable. Un module de gestion des stocks doit également être intégré au sein du système d’information. Celui-ci nous permettra d’avoir une visibilité beaucoup plus poussée avec un suivi tous les mois des équipements en stock, contrairement à aujourd’hui où l’inventaire s’effectue une fois par an», poursuit Delphine Lable.

Par ailleurs, le groupe veut désormais pouvoir disposer facilement et rapidement d’un aperçu global de son activité. «Nous réfléchissons également à la mise en place d’un logiciel de consolidation compte tenu que nous avons ouvert une filiale au Canada en juin 2018, indique Delphine Lable. Par ailleurs, le groupe Waycom est composé d’une holding, Waycom Group, qui détient quatre filiales. Ces dernières étant pour l’instant indépendantes fiscalement, nous souhaitons passer en intégration fiscale.»

Les chantiers de ce plan se poursuivront pendant un an encore, pour sans doute laisser place à de nouveaux travaux ensuite. La start-up vise en effet les 100 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2025.

Un secteur porteur

Le marché des télécoms est en constante évolution, avec des enjeux majeurs tels que l’arrivée de la 5G ou l’accès au haut débit partout en France. "Nos perspectives sectorielles reposent sur plusieurs événements, notamment l’ouverture du réseau fibre mutualité Fiber to the Home (FTTH) en avril 2018 qui a permis aux opérateurs comme Waycom de proposer à leurs clients une connexion très haut débit", précise Marie Derognat, chef de projet marketing chez Waycom. De plus, avec la fin du Réseau téléphonique commuté (RTC) à l’horizon 2020, Waycom trouve de nouveaux débouchés. «Nous accompagnons nos clients sur le passage au tout IP et surtout aux nouveaux usages en entreprise», poursuit Marie Derognat.

DAF et DRH : une double casquette enrichissante

Si le fait de combiner les casquettes finance et RH surcharge parfois l’agenda de Delphine Lable, cette caractéristique lui offre aussi certains avantages. «Les services financiers qui peuvent être parfois perçus comme négativement par les collaborateurs, car trop souvent associés aux restrictions budgétaires, sont au contraire chez Waycom vu comme un pilier par l’ensemble des équipes aussi bien techniques que commerciales, se félicite Delphine Lable. La combinaison en plus avec le service RH donne une image très positive de notre département et permet de donner un impact plus fort auprès de l’ensemble des collaborateurs.» 

À lire aussi

Interview - Sarah N’Sondé, responsable de l’analyse sectorielle, Coface

«La décélération de l’activité concerne tant les Etats-Unis que l’Asie et l’Europe»

Interview – Gaétan Rougevin-Baville, chief operating officer, Meero

«Une entreprise de la French Tech peut aujourd’hui rayonner internationalement depuis Paris.»

Interview - Stéphane Créange, sous-directeur du contrôle fiscal, direction générale des Finances publiques

«Les résultats de nos contrôles fiscaux doivent s’analyser sur le long terme»