Communauté financière

Communication financière

Comment réagir face à une note d’analyste négative

Option Finance - 3 juin 2019 - Arnaud Lefebvre

Communication financière

Comment réagir face à une note d’analyste négative

La publication par un analyste financier d’une note invitant à sous-pondérer une valeur tend généralement à affecter le cours boursier de l’émetteur concerné. Pour limiter l’ampleur de la baisse du titre, plusieurs bonnes pratiques s’imposent.

De mémoire d’analystes financiers, l’initiative est extrêmement rare, si ce n’est inédite. Fin novembre 2018, le laboratoire d’analyses médicales Eurofins Scientific choisissait de réagir à la sortie d’une note rédigée par un analyste de Morgan Stanley. Pessimiste sur les perspectives de croissance organique de la société, ce dernier appelait à «sous-pondérer» la valeur. En désaccord avec la démonstration réalisée, le groupe français a décidé de mettre en ligne, sur son site Internet, un document de sept pages, répondant point par point aux arguments avancés par le spécialiste pour mieux les déconstruire. L’effet sur le cours boursier a été immédiat : alors que le titre Eurofins Scientific avait été affecté par ladite note, il a enregistré un rebond de plus de 5 % dans les minutes qui ont suivi la publication de la réponse. Un résultat visiblement efficace pour une démarche qui a fait la quasi-unanimité… contre elle !

Les vendeurs à découvert en embuscade

Certains responsables financiers se veulent en effet fatalistes.

Aurélie Cohen, directrice des relations investisseurs, Euronext
Euronext

«Une fois qu’une note négative est sortie, il est malheureusement trop tard, observe Aurélie Cohen, directrice des relations investisseurs d’Euronext et administratrice du Cliff, l’association française des professionnels de la communication financière. Sauf à ce que celle-ci contienne des erreurs manifestes (voir encadré), je considère qu’il n’y a pas lieu de répondre publiquement.» Il est vrai que cette attitude est susceptible d’avoir des effets contre-productifs. «Il est non seulement peu probable qu’un analyste exprimant un avis sans s’appuyer sur...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Communication financière

Des sites Internet perfectibles

Interview - Louis Margueritte, secrétaire général du Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI)

«Pour que notre action soit efficace, le CIRI doit être saisi le plus tôt possible dès les premières alertes de difficultés à venir»

Interview - Christine Pires Beaune, députée, rapporteure de la mission d’information sur les aviseurs fiscaux

«Depuis 2017, près de 100 millions d’euros ont été mis en recouvrement grâce à des aviseurs fiscaux»

Interview - Jacques de Larosière, membre de l’Académie des sciences morales et politiques

«S’obstiner à vouloir atteindre 2 % d’inflation n’a pas de sens»