Communauté financière

Communication financière

Euro-PP : Une seule présentation pour convaincre!

Option Finance - 16 octobre 2017 - Anaïs Trebaul

Euro-PP

Euro-PP : Une seule présentation pour convaincre !

Pour attirer les investisseurs, les entreprises désireuses d’émettre un Euro-PP ne disposent généralement que d’un seul échange de visu pour se présenter. Cette étape est donc primordiale et nécessite d’être bien préparée par les équipes financières.

Document powerpoint surchargé, absence d’informations financières importantes, illustrations trop nombreuses… En présentant spontanément à quelques investisseurs un document de présentation dans l’optique d’émettre un placement privé, cette ETI rhônalpine ne s’attendait pas à recevoir de telles remarques.

En la matière, cette entreprise n’est pas la seule à commettre de tels impairs. «Les sociétés cotées sont familières aux échanges avec les investisseurs equity mais elles sont moins habituées aux interactions avec les investisseurs crédit, tant qu’elles n’ont pas désintermédié leur dette, explique Carol Agard, directrice global capital markets, Société Générale CIB. A l’inverse, celles qui ne sont pas cotées sont moins coutumières de ces échanges et ne connaissent pas forcément les attentes des investisseurs.»

Fabien Calixte, responsable des placements privés pour la plateforme de dettes entreprises pour la zone EMEA, BNP Paribas
BNP Paribas

Souvent préparés par la banque arrangeuse ou le conseil financier de l’opération, les documents de présentation sont conçus à partir des données fournies par les entreprises. Si les sociétés cotées disposent généralement de rapports annuels ou semestriels dans lesquels elles peuvent extraire les informations nécessaires, la tache s’annonce plus ardue pour celles non cotées. «Elles n’ont la plupart du temps pas de documentation synthétique prête, remarque Fabien Calixte, responsable des placements privés pour la plateforme de dettes entreprises pour la zone EMEA chez BNP Paribas. Dès lors, il convient de solliciter les services financiers pour obtenir les données issues des différents reportings et de la comptabilité, mais aussi d’autres départements afin de recueillir des informations marketing, industrielles et sectorielles.»

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Interview - Sarah N’Sondé, responsable de l’analyse sectorielle, Coface

«La décélération de l’activité concerne tant les Etats-Unis que l’Asie et l’Europe»

Interview – Gaétan Rougevin-Baville, chief operating officer, Meero

«Une entreprise de la French Tech peut aujourd’hui rayonner internationalement depuis Paris.»