Communauté financière

Actionnariat salarié

La communication encore trop négligée par les dirigeants

Option Finance - 11 décembre 2017 - Alexandra Milleret

Communication financière, Salariés-actionnaires

Il ne suffit pas pour une entreprise d’ouvrir son capital à ses salariés pour les sensibiliser à son évolution. Encore faut-il que les dirigeants continuent à communiquer régulièrement s’ils veulent les motiver.

Bouygues a récemment décidé de lancer sa neuvième augmentation du capital réservée aux salariés, hors épargne salariale depuis 1970. Le groupe est le leader français avec 20,20 % du capital détenu par les salariés au 31 décembre 2016, d’après Altedia. Mais ce groupe n’est pas le seul, en France, à associer ses employés au développement et aux performances de l’entreprise. En effet, en 2016, la France reste championne d’Europe de l’actionnariat salarié devant le Royaume-Uni. Selon une étude Eres de 2017, 76,3 % des entreprises françaises proposent un plan collectif contre 47 % de la moyenne des entreprises européennes. En outre, la France cumule 37 % des actionnaires salariés européens (2,8 millions de salariés actionnaires en France contre 7,6 millions en Europe) et 30 % de la capitalisation détenue par les salariés actionnaires (98,3 milliards d’euros en France contre 351,2 milliards d’euros en Europe). Le nombre d’opérations d’actionnariat salarié dans le SBF 120 n’a jamais été aussi élevé depuis 2006 avec 35 opérations réalisées cette année. Toutefois, en dépit de la position privilégiée des entreprises françaises en la matière, des lacunes sont encore perceptibles. «Le succès de la mise en place d’un plan est aussi lié à la communication interne qui lui est consacrée, indique Marc Veyron, président du groupe de travail sur l’épargne salariale du MEDEF, et du point de vue de la communication, des progrès sont encore à faire !»

Des freins à la communication sur l’actionnariat salarié

Plusieurs facteurs expliquent que certains dirigeants fassent encore l’impasse sur l’information du salarié.

D’une part, l’existence et la qualité de...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Interview - Sarah N’Sondé, responsable de l’analyse sectorielle, Coface

«La décélération de l’activité concerne tant les Etats-Unis que l’Asie et l’Europe»

Interview – Gaétan Rougevin-Baville, chief operating officer, Meero

«Une entreprise de la French Tech peut aujourd’hui rayonner internationalement depuis Paris.»