Communauté financière

Fusions-acquisitions

La crise facilite les closings dématérialisés

Option Finance - 15 mai 2020 - Anais Trebaul

Fusions-acquisitions

Alors que de nombreux cabinets d’avocats se montraient encore réticents à recourir à la signature électronique pour l’ensemble de la documentation nécessaire lors d’opérations d’acquisition, le confinement a changé la donne. Plusieurs deals ont eu lieu entièrement à distance, une organisation que plusieurs cabinets envisagent de conserver après le déconfinement.

Documents d’une centaine de pages, copiés en différents exemplaires, à parapher et à signer par les acquéreurs et les cédants lors de réunions : les closings d’opérations de rachat et de prise de participation au capital étaient jusqu’à présent encore loin de pouvoir être tenus à distance de façon entièrement dématérialisée. «Nous avions jusqu’à présent participé à un nombre très limité de closings entièrement dématérialisés», confirme Grine Lahreche, associé du cabinet Hoche Avocats.

Des documents signés électroniquement

Il faut dire que convaincre les praticiens représentant l’autre partie de l’opération d’acquisition s’avérait souvent ardu. «Cela fait plusieurs années que nous nous battons pour imposer la signature électronique sur nos opérations car ce procédé simplifie énormément le processus de closing, d’autant plus quand nos clients, qui sont des personnes physiques appartenant le plus souvent à des groupes internationaux, sont basés à différents endroits de la planète, rappelle Claire Revol-Renié, avocate associée chez Scotto Partners. Cependant, de nombreux confrères montraient une certaine réticence à y recourir, sans doute avant tout par manque de connaissance de cet outil associé à la crainte d’un manque de sécurité juridique.»

Certes, les avocats étaient de plus en plus nombreux à accepter de procéder de la sorte pour certains documents. «Depuis quelques années, les documents dits “contractuels”, tels que les pactes d’associés et les promesses de ventes, sont le plus souvent signés électroniquement»...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Interview - Marc Lhermitte, associé chez EY

«La crise va impacter les investissements étrangers en France»

Loïc Dessaint, directeur général de Proxinvest

«Il faut une interactivité entre les actionnaires et le conseil»

Interview Daniel Biarneix, président de la commission Notation et vice-président de l’Association française des trésoriers d’entreprise (AFTE), directeur financier adjoint de Saint-Gobain

«Les analystes détestant l’incertitude, il est dans l’intérêt des entreprises notées de chercher à l’atténuer autant que possible»