Communauté financière

Interview - Julien Marcilly, chef économiste de Coface

«La multiplicité des scrutins électoraux en 2017 pourrait accroître le risque politique en Europe.»

Option Finance - 12 décembre 2016 - Propos recueillis par Astrid Gruyelle

Coface

Julien Marcilly, chef économiste, Coface
Coface

Les Italiens viennent de rejeter, le 4 décembre dernier, la réforme constitutionnelle proposée par Matteo Renzi, ouvrant une période d’incertitude. Quelles pourraient être les conséquences de ce vote pour les entreprises ?

Lorsqu’elles sont confrontées à une brusque remontée des incertitudes, les entreprises reportent généralement leurs décisions d’investissement. Dans le cas de l’Italie, l’impact négatif sur la croissance pourrait alors s’élever à 0,2 point. Mais les sociétés du pays ont déjà connu plusieurs renversements de gouvernement ces dernières décennies, elles sont donc accoutumées à ces périodes d’incertitude. Dans ce contexte, le rejet de la réforme constitutionnelle pourrait n’avoir sur elles qu’un effet limité. D’autant que la bonne tenue des marchés financiers limite pour l’instant les risques d’une baisse des valeurs bancaires italiennes et d’une hausse du taux d’intérêt souverain, éloignant ainsi la crainte d’un resserrement des conditions d’accès au crédit.

 

Comment le risque politique a-t-il évolué en Europe en 2016 ?

Outre le référendum italien, l’année 2016 a été marquée par deux événements majeurs qui n’avaient pas été anticipés : le vote britannique sur la sortie du pays de l’Union européenne et l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis dont les répercussions s’étendent outre-Atlantique. Sur le plan économique, le Brexit devrait imputer la croissance britannique de 0,5 point sur un an. Pour l’Europe, les effets de l’élection de Donald Trump sont ambigus. D’un côté, les baisses d’impôts sur les ménages profiteront à la...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Interview - Sarah N’Sondé, responsable de l’analyse sectorielle, Coface

«La décélération de l’activité concerne tant les Etats-Unis que l’Asie et l’Europe»

Interview – Gaétan Rougevin-Baville, chief operating officer, Meero

«Une entreprise de la French Tech peut aujourd’hui rayonner internationalement depuis Paris.»