Communauté financière

Interview - Laurent Benoudiz, président de l’Ordre des experts-comptables région Paris Ile-de-France

«La profession comptable est confrontée à des défis importants.»

Option Finance - 3 septembre 2018 - Propos recueillis par Arnaud Lefebvre

Experts-comptables, Commissaires aux comptes

Laurent Benoudiz, président de l’Ordre des experts-comptables région Paris Ile-de-France

A compter de demain et jusqu’au 7 septembre, vont se tenir les Universités d’été 2018 de la profession comptable. Quelles thématiques prévoyez-vous d’aborder durant ce rendez-vous organisé par les Compagnies régionales des commissaires aux comptes de Paris et Versailles et par l’Ordre des experts-comptables région Paris Ile-de-France?

Chaque année, les universités d’été représentent un événement incontournable pour la profession comptable. L’édition 2018 n’échappera pas à cette règle, puisque pas moins de 5 000 praticiens y sont attendus. Durant ces quatre journées, plus d’une centaine d’ateliers se tiendront, au cours desquels des problématiques actuelles seront abordées, comme le prélèvement à la source, le règlement général sur la protection des données (RGPD), la loi Pacte ou encore l’intelligence artificielle. Une conférence dédiée à la notion de «transmission» aura également lieu, de même qu’un «faux procès» dont l’objectif consistera à répondre à l’une des principales questions qui se pose pour nos métiers aujourd’hui : l’obsolescence des professions du chiffre est-elle programmée ?


Sans parler du relèvement des seuils de l’audit légal des comptes des PME, les métiers du chiffre sont en effet directement affectés par la transformation digitale en cours. Avant que ce «faux procès» n’apporte des éclairages, y a-t-il matière à être optimiste ?

De nombreuses études plus ou moins récentes prédisent la disparition de nos métiers. Il ne faut pas se voiler la face : alors que les solutions de comptabilité en ligne – qui sont parfois lancées par des start-up non inscrites à l’Ordre – se multiplient, la profession est confrontée à des défis importants en matière de digitalisation. Actuellement, près de 70 % de notre chiffre d’affaires repose sur la production d’états financiers et les missions classiques de comptabilité. Compte tenu de cette part significative, un repositionnement est donc inévitable. Pour autant, le tableau n’est pas si noir. En termes d’intégration d’outils informatiques, les cabinets d’expertise-comptable et de commissariat aux comptes sont globalement avancés à la fois parce qu’ils sont tenus depuis plusieurs années déjà de transmettre à l’administration fiscale ou à l’Urssaf des documents sous un format dématérialisé, et parce qu’ils cherchent à améliorer leur productivité pour compenser un déficit de collaborateurs. Il ne faut pas s’y tromper : à ce jour, notre principale préoccupation n’est pas la transformation numérique, mais bel et bien les difficultés à recruter.


Alors que ces deux sujets peuvent être liés – les perspectives incertaines pour les métiers du chiffre peuvent être de nature à dissuader des candidats –, quelles actions comptez-vous entreprendre pour accompagner les cabinets ?

Avant tout, il est impératif de mettre l’accent sur la formation des collaborateurs, tant pour les sensibiliser aux qualités recherchées par nos clients qu’aux évolutions futures. Alors que l’Ordre des experts-comptables région Paris Ile-de-France est en pointe avec son organisme de formation qui propose des contenus innovants, il convient de renforcer les efforts dans ce domaine. Il est tout aussi essentiel d’aider les cabinets à revoir leur mode de fonctionnement de sorte qu’ils parviennent à attirer de jeunes collaborateurs, qui ont des attentes spécifiques (horaires, missions…). A ce titre, nous venons par exemple de créer un site web, lebonjob.com, lequel recense les cabinets en quête de salariés juniors. Charge maintenant d’en faire la promotion dans les universités, les écoles de commerce, etc. Enfin, il faut insister sur la nécessité de poursuivre le saut technologique engagé et, surtout, de développer les missions de conseil auprès de nos clients.

À lire aussi

Interview - Sarah N’Sondé, responsable de l’analyse sectorielle, Coface

«La décélération de l’activité concerne tant les Etats-Unis que l’Asie et l’Europe»

Interview – Gaétan Rougevin-Baville, chief operating officer, Meero

«Une entreprise de la French Tech peut aujourd’hui rayonner internationalement depuis Paris.»