Communauté financière

Fusions-acquisitions

Le palmarès 2016 des conseillers financiers en France

Option Finance - 16 janvier 2017 - Marina Guérassimova

Fusions-acquisitions

Le palmarès 2016 des conseillers financiers en France

Selon le classement établi en partenariat avec le magazine Fusions & Acquisitions, Bank of America Merrill Lynch arrive en tête des conseils en fusions-acquisitions en France en 2016. Comme l’année précédente, Morgan Stanley et Rothschild figurent dans le trio de tête.

«2016 a été une année très active en M&A, marquée par un grand mouvement est-ouest de la Chine vers l’Europe et l’Amérique et de l’Europe vers l’Amérique et par le moindre attrait des marchés émergents», constate Sophie Javary, responsable corporate finance EMEA chez BNP Paribas.

La plus importante opération par sa taille fut le rachat d’Alcatel-Lucent par Nokia, d’un montant de 15,6 milliards d’euros.

Ce rapprochement a été orchestré par Bank of America Merrill Lynch (n° 1 de notre palmarès), Zaoui & Co, Goldman Sachs, Morgan Stanley, Lazard, Credit Suisse et Crédit Agricole CIB côté Alcatel-Lucent. Quant à Nokia, le groupe a été accompagné par JP Morgan, Deutsche Bank, Citi et Société Générale.

La deuxième opération de l’année par sa taille porte sur le rachat de l’Américain Airgas par Air Liquide pour 12,6 milliards d’euros, qui a permis au groupe tricolore de devenir le n° 1 du marché mondial des gaz industriels devant l’Allemand Linde, et le n° 1 incontestable sur le marché américain des gaz industriels, le plus important au monde. Cependant, le rapprochement de Praxair avec Linde devrait prochainement ravir à Air Liquide sa place de n° 1 mondial.

Dans cette opération, Airgas a été assisté par Bank of America Merrill Lynch et Goldman Sachs, tandis que Barclays, BNP Paribas et Société Générale ont conseillé Air Liquide.

Palmarès 2016 des conseillers financiers en France

* Classement 2015 ; ** La ligne CA CIB comprend les opérations conseillées par SODICA.

Quelques opérations atypiques

Cette acquisition est suivie par le rachat de l’opérateur mobile britannique Everything Everywhere (EE) par son compatriote British Telecom pour un montant total de près de 16 milliards d’euros. Cependant, notre classement ne retient que la moitié de ce montant, correspondant aux parts cédées par Orange, seule partie française de l’opération.

Le deal a été conseillé par Bank of America Merrill Lynch, Morgan Stanley, Barclays et Citi côté cédant et par Goldman Sachs, JP Morgan et Perella Weinberg côté acheteur.

Vient ensuite le rachat par les Caisses régionales du Crédit Agricole de la participation que Crédit Agricole SA...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Interview - Sarah N’Sondé, responsable de l’analyse sectorielle, Coface

«La décélération de l’activité concerne tant les Etats-Unis que l’Asie et l’Europe»

Interview – Gaétan Rougevin-Baville, chief operating officer, Meero

«Une entreprise de la French Tech peut aujourd’hui rayonner internationalement depuis Paris.»