Communauté financière

Bilan

Les 50 qui ont fait l'actualité en 2019 : Investisseurs institutionnels

Option Finance - 6 janvier 2020 - par la Rédaction d'Option Finance

CARMF - Henri Chaffiotte défend les caisses de retraite complémentaire

La réforme des retraites est scrutée de près par les investisseurs institutionnels, au premier rang desquels les caisses de retraite complémentaire. Henri Chaffiotte, directeur de la Caisse autonome de retraite des médecins de France (CARMF), a fait entendre leur voix en tant que président de la commission retraites de l’Af2i dans un rapport publié en avril. La mise en place d’un régime universel ne serait en effet pas sans conséquence sur la vingtaine de régimes disposant actuellement de réserves excédentaires : pour Henri Chaffiotte, qui veille par exemple sur une manne représentant cinq années de prestations, le risque est qu’une partie de ce matelas de sécurité de 126 milliards d’euros soit transférée au fonds de réserve universel que la réforme vise à mettre en place. Le message semble être passé : le 11 décembre, le Premier ministre Edouard Philippe a assuré qu’il n’y aurait «pas de siphonnage» de ces réserves excédentaires. Reste à savoir comment sera constitué le fonds du régime universel.

S.L.

Scor - Michèle Lacroix planche sur le risque climat

C’est une vague verte qui submerge l’industrie de la gestion d’actifs depuis la COP 21. Exhortés à mieux prendre en compte les aspects climatiques dans leurs investissements, institutionnels et asset managers peinent toutefois à définir des méthodologies et des indicateurs standards pour y parvenir. Pour Michèle Lacroix, directrice des investissements de Scor, diffuser les bonnes pratiques en matière de gestion du risque climat est indispensable. Elle s’est ainsi investie dans de multiples groupes de travail sur le sujet, à la fois sur la scène française – elle a rejoint la Commission climat et finance durable de l’AMF, créée en juillet dernier – mais aussi européenne. Elle a notamment planché sur le reporting climatique à la fois au sein de l’Efrag, l’instance consultative européenne dédiée aux normes comptables, et pour le groupe d’experts techniques sur la finance durable mis en place par la Commission. Des travaux qui seront enrichis, en 2022, par la publication d’une «taxinomie» européenne listant les activités considérées comme vertes.

S.L.

AG2R La Mondiale - André Renaudin peine à consolider le secteur de l’assurance

L’année 2019 commençait pourtant bien pour le directeur général d’AG2R La Mondiale, André Renaudin : le 1er janvier, son groupe de protection sociale officialisait son union, annoncée fin 2017, avec l’assureur Matmut pour créer un acteur de la protection sociale servant 18 millions d’assurés et pesant 122 milliards d’euros d’encours sous gestion. Mais le 9 mai, les deux groupes, incapables de se mettre d’accord sur le processus de leur unification, annonçaient leur divorce, à peine quatre mois après le mariage. Depuis, André Renaudin est à la recherche de nouveaux partenaires pour diversifier son activité sur des métiers où il est peu présent, tels que la santé. Un mariage avec la Mutualité Générale, déjà évoqué par le passé, serait ainsi de nouveau à l’étude.

S.L.

Agirc-Arrco - Philippe Goubeault formalise l'engagement ISR du régime de retraite

A la différence d’autres grands institutionnels, comme l’Erafp, le FRR ou l’Ircantec, le régime de retraite complémentaire des salariés du secteur privé avait tardé à afficher ses ambitions d’investisseur responsable en adhérant aux PRI (principes pour l’investissement responsable) des Nations unies. Cette anomalie a été corrigée en juin par son directeur financier, Philippe Goubeault. L’Agirc-Arrco vient en effet de se doter de sa première charte ISR qui prévoit l’adhésion aux PRI ainsi qu’au Forum pour l’investissement responsable (FIR) français. Pour l’Agirc-Arrco, ces sujets ne sont pas nouveaux mais ils étaient auparavant portés par les groupes de protection sociale comme AG2R La Mondiale ou Malakoff Médéric Humanis, auxquels le régime de retraite complémentaire délègue sa gestion d’actifs. Désormais, la démarche sera davantage centralisée. Objectif : faire progresser la part des actifs gérés de manière socialement responsable, aujourd’hui à moins de 30 %.

S.L.

Découvrez les 50 personnalités de l'année

Cliquez pour découvrir le détail

Entreprises et juridique

Asset Management

Banques

Institutions et Associations

Investisseurs institutionnels