Communauté financière

Assemblées générales

Les actionnaires donnent de la voix

Option Finance - 13 mai 2019 - Anaïs Trebaul

Actionnaires

Les actionnaires donnent de la voix

Amorcée en mars dernier, la saison 2019 des assemblées générales montre un intérêt persistant des actionnaires pour le sujet de la rémunération. Néanmoins, ce sont avant tout les problèmes de gouvernance qui font débat cette année.

C’est sans doute une des assemblées générales les plus attendues de l’année qui aura lieu cette semaine. EssilorLuxottica, dont les actionnaires se réuniront le 16 mai, est en effet sous le feu des projecteurs. Et pour cause : depuis la fusion le 1er octobre dernier entre le producteur de verres français Essilor et le géant italien des montures optiques Luxottica, de vives tensions sont apparues entre les deux directions, Leonardo Del Vecchio, le co-PDG italien du nouvel ensemble, ayant même demandé l’arbitrage de la Chambre de commerce internationale. Inquiets, plusieurs actionnaires institutionnels ont décidé de déposer deux résolutions visant à nommer trois nouveaux administrateurs indépendants. Une démarche inédite :

Loïc Dessaint, président, Proxinvest
Proxinvest

«C’est la première fois qu’autant d’investisseurs institutionnels classiques se mobilisent à ce point», constate Loïc Dessaint, président de l’agence en conseil de vote Proxinvest.

L’affaire illustre de fait un renouveau des sujets traités par les assemblées générales, après deux années marquées par les problématiques de rémunération des dirigeants.

En 2017, l’instauration du «say on pay» ex ante, rendant le vote sur les rémunérations à venir contraignant, puis, en 2018, celle du say on pay ex post, portant sur les gratifications versées au titre de l’exercice écoulé, avaient beaucoup mobilisé l’attention des actionnaires.

Des rémunérations de plus en plus contestées

Si, cette année, le sujet des rémunérations figure toujours parmi les points les plus sensibles de ces assemblées générales, il entre dans une nouvelle phase. «Nous constatons que les taux d’opposition sont de plus en plus élevés au sein des actionnaires minoritaires, relève Loïc Dessaint. Ainsi, ces derniers se sont opposés à environ 70 % à la rémunération variable de François-Henri Pinault chez Kering. Toutefois, comme Kering est contrôlé à 40,9 % par Artémis, holding contrôlée par la famille Pinault, la résolution a finalement été votée.» Néanmoins, ces revendications ont le mérite de faire évoluer les mentalités.

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Interview - Sarah N’Sondé, responsable de l’analyse sectorielle, Coface

«La décélération de l’activité concerne tant les Etats-Unis que l’Asie et l’Europe»

Interview – Gaétan Rougevin-Baville, chief operating officer, Meero

«Une entreprise de la French Tech peut aujourd’hui rayonner internationalement depuis Paris.»

Interview - Stéphane Créange, sous-directeur du contrôle fiscal, direction générale des Finances publiques

«Les résultats de nos contrôles fiscaux doivent s’analyser sur le long terme»