Communauté financière

Interview - Marvin Maerz, associate, GP Bullhound

«Les “licornes” européennes affichent une structure financière plus solide que leurs homologues américaines.»

Option Finance - 11 juillet 2016 - Propos recueillis par Guillaume Clément

Private Equity

Marvin Maerz, associate, GP Bullhound
GP Bullhound

La banque d’affaires britannique GP Bullhound vient de publier une étude, dont vous êtes l’un des auteurs, consacrée aux «licornes» européennes, que vous définissez comme des sociétés technologiques fondées à partir de l’an 2000 et valorisées plus d’un milliard de dollars. En 2015, cette catégorie de sociétés semble s’être montrée particulièrement dynamique…

En effet, de plus en plus d’entreprises technologiques européennes atteignent un niveau de développement qui leur permet d’accéder à ce statut. Alors que l’Europe comptait 40 licornes en 2014, nous en avons dénombré 47 à fin 2015. Par rapport au nombre initial, 10 sociétés ont vu leur valorisation dépasser le milliard de dollars, tandis que trois autres sont passées sous ce seuil : la britannique Powa, placée il y a quelques mois sous administration judiciaire, la fintech Qiwi et le site d’e-commerce Ulmart, qui ont toutes les deux été fortement affectées par la conjoncture économique en Russie, où elles sont basées.

En moyenne, les licornes européennes affichent une valorisation de 2,8 milliards de dollars, soit environ 200 millions d’euros de moins qu’en 2014. Cette légère diminution s’explique par l’émergence des nouvelles licornes, dont la capitalisation est pour l’heure majoritairement comprise entre 1 milliard et 1,5 milliard de dollars. Les licornes européennes présentent toutefois un fort potentiel de progression : la plateforme de streaming musical Spotify et le site d’e-commerce Zalando sont respectivement...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Interview - Sarah N’Sondé, responsable de l’analyse sectorielle, Coface

«La décélération de l’activité concerne tant les Etats-Unis que l’Asie et l’Europe»

Interview – Gaétan Rougevin-Baville, chief operating officer, Meero

«Une entreprise de la French Tech peut aujourd’hui rayonner internationalement depuis Paris.»