Communauté financière

Interview - François Pérol - BPCE

«Les modèles bancaires n’ont pas fini leur transformation»

Option Finance - 18 février 2013 - Propos recueillis par Valérie Nau

BPCE

En vingt-cinq ans, le paysage bancaire français a considérablement évolué. Mais les effets de la crise n’ont pas fini de se faire sentir. Si les réformes entamées en France comme à l’international pour mieux encadrer ces activités sont justifiées, il ne faudrait pas, prévient François Pérol, qu’elles pénalisent le financement de l’économie européenne, ni la position des banques de la zone dans un contexte de concurrence accrue.

Le secteur bancaire français s’est beaucoup transformé en vingt-cinq ans. Quelles en ont été selon vous les évolutions majeures ?

François Pérol, président du directoire de BPCE : Le milieu des années 1980 marque la première vague de libéralisation des marchés financiers en France : c’est la fin de l’encadrement du crédit, du contrôle des changes, le début des marchés dérivés, des privatisations du secteur bancaire… La modernisation du secteur financier va permettre aux banques de développer de nouvelles activités aux côtés de celles, traditionnelles, de crédit, et d’améliorer par là même le financement de l’économie en offrant à leurs clients une gamme de services plus étendue. Cette modernisation concerne également la banque de détail, et en particulier les moyens de paiement : à partir de 1984, les cartes bancaires connaissent un véritable essor grâce au système de l’interbancarité. C’est à cette époque que naît le concept de banque universelle : les banques commerciales deviennent également des banques de financement et d’investissement. Les établissements français ont poussé ce concept encore plus loin en développant des activités de gestion d’actifs, d’assurances, etc., ce qui leur a permis d’être présents sur l’ensemble de la chaîne de valeur, et de disposer de métiers complémentaires, qui n’ont pas tous les mêmes exigences en termes de fonds propres.

Parallèlement à cette modernisation, les banques françaises ont connu un fort développement à la fois en renforçant leur présence à l’international, notamment dans la banque de détail, et en opérant un mouvement de concentration en France qui a...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Interview - Charles-René Tandé, président de l’Ordre des experts-comptables

«Nos missions vont bien au delà du seul établissement des comptes»

Anjuli Pandit, responsable Sustainable Primary Capital Market chez BNP Paribas

«Les obligations indexées à des objectifs durables sont promises à un bel avenir»

Interview - Mary-Françoise Renard, responsable de l’Institut de recherche sur l’économie de la Chine (IDREC)

«Dans les dix ans qui viennent, le taux de croissance de la Chine pourrait tomber jusqu’à 5 %»