Communauté financière

Communication financière

L’URD remplace le document de référence

Option Finance - 27 janvier 2020 - Anaïs Trebaul

Document de référence, Communication financière

Depuis juillet dernier, les sociétés cotées ne doivent plus préparer de document de référence, mais un document d’enregistrement universel (URD). Si quelques entreprises clôturant leurs comptes en décalé ont déjà adopté ce nouveau format, la plupart des groupes devront s’y atteler dans les prochaines semaines.

Ces dernières semaines, plusieurs entreprises telles que Pierre et Vacances, Veolia, Pernod Ricard ou encore La Banque Postale, clôturant leurs comptes annuels en décalé, ont publié leur premier document d’enregistrement universel. Egalement baptisé «URD», ce support a été introduit le 21 juillet dernier au sein de l’Union européenne par la directive Prospectus et remplace depuis cette date le document de référence que publiaient jusqu’à présent les groupes cotés en France.

La France, exemple européen

Un changement qui traduit la volonté des régulateurs d’harmoniser les règles relatives aux publications financières au niveau européen.

Laurent Rouyrès, président de Labrador
Labrador

«Alors que chaque pays avait ses propres règles en matière de présentation de l’information financière, tous les pays européens publieront dorénavant le même document», souligne Laurent Rouyrès, président de Labrador, cabinet spécialisé dans l’information financière des entreprises. Les autorités ont aussi voulu rassembler toute l’information des entreprises sur un seul support. «A l’origine, le document de référence français et ses équivalents européens servaient à présenter le groupe en cas d’opération financière, rappelle Laurent Rouyrès. Par la suite, en France, le document de référence est devenu un document d’informations central (gouvernance, les risques, les données financières, etc.) à destination de différents lecteurs, avec de nombreuses illustrations qui en simplifient la compréhension. Ailleurs, en Europe, l’information est restée éclatée. Dans le cadre de cette nouvelle directive, l’idée était donc de créer un document similaire au format français pour mieux comprendre l’entreprise à un instant T.»

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Julien Maldonato, associé conseil services financiers et innovation chez Deloitte France

«Les monnaies digitales de banques centrales sont devenues une préoccupation mondiale»

Interview - Martina Weimert, associée, responsable paiements pour la région EMEA chez Oliver Wyman

«Dans le secteur des paiements, l’Europe a besoin de champions»

Nicolas Goetzmann, conseiller stratégie macroéconomie, Financière de la Cité

«La situation économique britannique est quasi équivalente à celle de l’Allemagne»