Communauté financière

Interview - Fabrice Walewski, cogérant de Touax

«Nous allons pouvoir mener à bien le recentrage de nos activités comme prévu»

Option Finance - 4 décembre 2017 - Propos recueillis par Edouard Lacoste Lagrange

Touax

Fabrice Walewski, cogérant, Touax
Touax

Le 15 novembre dernier, vous avez annoncé un retard dans la cession de vos activités de constructions modulaires en Europe suite à un différend avec l’acheteur, TDR Capital. Que s’est-il donc passé ?
Le 4 août dernier, nous avons signé un accord ferme et irrévocable avec le fonds TDR Capital, propriétaire d’Algeco, par lequel il s’engageait à acquérir nos activités de constructions modulaires en Europe. Mais le 2 novembre, date prévue pour le closing de l’opération, TDR ne s’est pas présenté. Ses représentants évoquaient des performances qui auraient été inférieures de 15 % à ce qui était prévu, ce qui est faux. Nous avons mené avec eux une période de «diligence» très importante avec 4 000 documents vus, 120 personnes dans leur data room pour étudier le dossier : ils savaient très bien ce qu’ils achetaient. Nous avons alors déposé un référé devant le tribunal de commerce en espérant les faire changer de position. Nous avons ensuite consulté l’AMF : cette dernière nous a dit qu’il nous fallait rendre cette information publique, ce que nous avons fait mi-novembre.

Cette affaire ne remet-elle pas en cause les pratiques de certains fonds anglo-saxons?
Il est évident que certains de ces fonds sont habitués à ce type de négociations sur les prix. Mais notre affaire montre aussi que, lorsqu’elles concernent une société cotée, ces pratiques trouvent leur limite car, dans notre cas, la réglementation nous a obligés à rendre public ce différend.

Comment s’est finalement soldé ce différend ?

Les discussions avec TDR ont repris précisément lorsque l’affaire a été rendue publique. Après douze jours d’échanges, nous sommes parvenus à un accord, annoncé le 28 novembre, sans que le juge du tribunal de commerce n’ait eu à se prononcer. Nos avocats se sont en effet présentés à l’audience fixée ce jour-là avec l’accord trouvé entre TDR et nous. Dès lors, le référé court toujours et le juge entérinera la cession après le closing de l’opération. Celui-ci est prévu le 8 décembre, à des conditions proches de celles stipulées dans le contrat initial.

Maintenant que ce litige est derrière vous, quelles sont les perspectives pour Touax ?


Nous allons pouvoir mener à bien le recentrage de nos activités vers les transports, comme nous l’avons annoncé début juillet. Cette affaire nous a fait prendre un mois de retard mais cela ne change pas notre stratégie. Nous prévoyons toujours de redéployer environ 50 millions de dollars en investissements dans notre division de containers maritimes. De plus, nous évoluons sur un marché porteur : le commerce international progresse, nos clients sont dans l’attente de nos produits, les conditions sont donc très favorables à ce recentrage.

À lire aussi

Interview - Charles-René Tandé, président de l’Ordre des experts-comptables

«Nos missions vont bien au delà du seul établissement des comptes»

Anjuli Pandit, responsable Sustainable Primary Capital Market chez BNP Paribas

«Les obligations indexées à des objectifs durables sont promises à un bel avenir»

Interview - Mary-Françoise Renard, responsable de l’Institut de recherche sur l’économie de la Chine (IDREC)

«Dans les dix ans qui viennent, le taux de croissance de la Chine pourrait tomber jusqu’à 5 %»