Communauté financière

Entretien avec Gérard Gardella, secrétaire général du Haut comité juridique de la place financière de Paris

«Nous voulons travailler constamment à l’amélioration de la réglementation financière française et européenne.»

Option Finance - 22 janvier 2018 - Propos recueillis par Olivia Dufour

Brexit

Créé en janvier 2015, le Haut comité juridique de la place financière de Paris (HCJP) est déjà à l’origine de plusieurs réformes, dont la création, sur fond de Brexit, de chambres dédiées au contentieux international des affaires à la cour d’appel de Paris. Son secrétaire général, Gérard Gardella, ancien directeur des affaires juridiques de la Société Générale, fait le point sur les chantiers en cours au sein du HCJP.

Gérard Gardella, secrétaire général du Haut comité juridique de la place financière de Paris

Haut comité juridique de la place financière de Paris

Le Haut comité juridique est une création toute récente et pourtant ses propositions sont écoutées avec intérêt par le gouvernement ; certaines ont même déjà été traduites dans la réglementation. Quel est son objectif ?

Le Haut comité a été créé en janvier 2015 à l’initiative de l’AMF, de l’ACPR, de la Banque de France, du Trésor et de la Chancellerie dans l’objectif de doter la France d’un lieu «non institutionnel» où se rencontrent, pour travailler à l’amélioration de la réglementation financière, les autorités du domaine financier, des avocats spécialisés, des juristes d’entreprises, des personnalités qualifiées, des magistrats…, bref, un organisme assez largement à l’image du FMLC de Londres.

Nous avons mis en place, depuis janvier 2015, une trentaine de groupes de travail qui, pour certains, ont achevé leurs travaux et rendu des rapports. Le Haut comité est présidé par Guy Canivet, ancien premier président de la Cour de cassation, après l’avoir été par Michel Prada, ancien président de l’AMF. Il compte 17 membres, dont les derniers arrivés sont l’ancien président de l’AMF Gérard Rameix, Pierre Minor, directeur juridique du groupe Crédit agricole, et Geoffroy Renard, secrétaire général de Tikehau Capital. La volonté de rendre des avis et recommandations juridiques indépendants de tout intérêt autre que celui, collectif, de la Place est centrale, tout comme la volonté de travailler constamment à l’amélioration, à l’attractivité de la réglementation financière française et...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Interview - Charles-René Tandé, président de l’Ordre des experts-comptables

«Nos missions vont bien au delà du seul établissement des comptes»

Anjuli Pandit, responsable Sustainable Primary Capital Market chez BNP Paribas

«Les obligations indexées à des objectifs durables sont promises à un bel avenir»

Interview - Mary-Françoise Renard, responsable de l’Institut de recherche sur l’économie de la Chine (IDREC)

«Dans les dix ans qui viennent, le taux de croissance de la Chine pourrait tomber jusqu’à 5 %»