Communauté financière

Remise des prix

Option Finance récompense les promoteurs de l’investissement à impact

Option Finance - 17 juin 2019 - Séverine Leboucher

Prix

Le 11 juin dernier, Option Finance, en association avec l’Af2i, a remis les «Prix Impact» de l’asset management. Pour la première édition de ce nouveau rendez-vous, trois sociétés de gestion, deux investisseurs institutionnels et un émetteur ont été récompensés.

La prise en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) continue de gagner en maturité dans l’univers de la gestion d’actifs : après l’investissement socialement responsable (ISR), qui vise principalement à cibler les entreprises les plus vertueuses de leur secteur, après l’intégration ESG, dont l’objectif est d’élargir l’analyse des sociétés émettrices aux aspects extra-financiers, les investisseurs se penchent désormais sur la notion d’impact. Une entreprise, par la manière dont elle gère son activité, a un impact environnemental ou social sur le monde qui l’entoure, et en achetant ses actions ou ses obligations, un investisseur participe à cet impact. Par ses décisions de gestion, ce dernier peut donc privilégier les émetteurs qui ont un impact positif mesurable sur la société.

Cette approche, dite d’«impact investing», s’est tout d’abord développée dans l’univers non coté, où il est plus simple d’investir dans des entreprises de taille réduite dédiées à l’économie sociale et solidaire. Selon le Global Impact Investing Network, ce serait 502 milliards de dollars qui seraient gérés de cette manière à travers le monde. Mais ces dernières années, l’investissement à impact séduit aussi les acteurs présents sur les marchés cotés. «La prise en compte de l’impact par les investisseurs de long terme est devenue une évidence, mais l’absence de définition et d’indicateurs standardisés rend le sujet complexe, explique Jean-François Boulier, président de l’Association française des investisseurs institutionnels (Af2i). La démarche demandera de la ténacité, du courage, de la patience et de la modération dans ces travaux.»

Encourager l’innovation

Pour accompagner ce mouvement, Option Finance, en association avec l’Af2i, a décidé de créer cette année les «Prix Impact» de l’asset management. Les lauréats de cette première édition ont été récompensés mardi 11 juin, lors d’une soirée à la Maison de l’Amérique latine à Paris, en présence d’une centaine de personnes. Dans la catégorie «sociétés de gestion», un Grand Prix a ainsi été décerné par un jury composé d’institutionnels, d’académiques et de professionnels de l’impact investing (lire encadré). Il a été attribué à Ecofi Investissements, dont la démarche, ancienne, porte sur l’ensemble de sa stratégie et aboutit à un reporting d’impact sur des indicateurs tels que la variation du nombre d’emplois des entreprises en portefeuille, leur partage de la valeur économique créée ou encore leur politique fiscale. Deux prix spéciaux sont en outre venus souligner les travaux de Schroders et de Sycomore Asset Management autour de la création de deux outils de mesure des impacts à la fois positifs et négatifs des entreprises analysées : SustainEx pour le premier et la Net Environnemental Contribution (NEC) pour le second.

Les investisseurs institutionnels ont, eux aussi, été salués lors de cette cérémonie. Pour cette première édition des Prix Impact, deux «coups de chapeau» ont ainsi été décernés par l’Af2i à des acteurs impliqués dans les réflexions de Place : AG2R La Mondiale et la Caisse des dépôts. «En matière de prise en compte de l’impact, et plus généralement, des aspects ESG, les investisseurs mais aussi les entreprises ont tout intérêt à mettre en commun leurs connaissances et leurs idées, en évitant les querelles de chapelle qui freinent l’innovation, exhorte Jean-François Boulier. Il faut encourager la coopération !»

En effet, si le «buy-side» s’organise pour prendre en compte les impacts sociaux et environnementaux de leurs investissements, leurs efforts seront vains si les émetteurs ne prennent pas, eux aussi, ce même virage. Le développement des obligations vertes, suivies plus récemment par les obligations sociales ou encore les prêts bancaires durables («sustainable loans») est un des pas essentiels dans cette direction. C’est une voie suivie en particulier par le Groupe Bel, à qui la rédaction d’Option Finance a également décerné un «coup de chapeau». Celui-ci vient saluer la mise en place, début 2018, d’une ligne de crédit bancaire de 520 millions d’euros dont le taux d’intérêt est majoré ou minoré de quelques points de base en fonction de l’empreinte environnementale ou sociale de l’émetteur. Bel était la première ETI française à avoir recours à ce type de financement, EDF l’ayant précédé de quelques mois.

L’ensemble de ces initiatives devrait faire des émules dans les années à venir. C’est pourquoi les Prix Impact d’Option Finance ont vocation à s’inscrire dans la durée, en suivant l’innovation que ne manquera pas de susciter la finance durable.

La méthodologie du Prix Impact pour les sociétés de gestion

  • L’attribution du Prix Impact d’Option Finance pour la catégorie «Société de gestion» est le résultat d’une méthodologie en trois étapes. Tout d’abord, la rédaction d’Option Finance a adressé un questionnaire à 26 sociétés de gestion, sélectionnées parmi le classement «Les 50 sociétés de gestion qui comptent» des magazines Funds et Option Finance, et identifiées comme ayant une démarche d’investissement à impact. Ces sociétés de gestion sont issues de la sphère de l’asset management et non du monde du private equity, ce qui explique notamment l’absence de certains acteurs de l’impact investing non coté. 19 sociétés ont répondu.
  • Dans un deuxième temps, ces 19 questionnaires ont été étudiés, avec l’aide méthodologique du Forum pour l’investissement responsable (FIR), à la lumière de différents critères. Les candidatures de cinq sociétés de gestion se sont détachées lors de cette analyse : Axa Investment Managers, Ecofi Investissements, NN Investment Partners, Schroders et Sycomore Asset Management.
  • Les cinq nominés sont venus présenter leur démarche le 28 mai devant un jury, composé d’investisseurs institutionnels, d’académiques et de professionnels de l’investissement à impact. A l’issue de ces sessions, ce jury a effectué son choix en prenant en compte la profondeur des approches de chaque société de gestion, la qualité de leur présentation et leur capacité de conviction sur le thème de l’impact.
  • Pour cette première édition, le jury était composé d’Hervé Alexandre (Université Dauphine), Philippe Dutertre (AG2R La Mondiale), Sophie Elkrief (MAIF), Jean-Baptiste Ott (CAVP), Patrick Savadoux (FIR, ancien gérant de fonds solidaires), Philippe Taffin (Aviva France) et la rédaction d’Option Finance. L’aide méthodologique du FIR a, quant à elle, était apportée par Christophe Revelli (Kedge Business School) et Patrick Savadoux.

À lire aussi

Eric Woerth, président de la commission des finances de l’Assemblée nationale

«Nos recommandations sur les activistes n’ont pas pour but d’aboutir à une sur-réglementation.»

Interview – Laurence Boone, économiste en chef de l’OCDE

«Il est urgent que la politique budgétaire prenne le relais de la politique monétaire»

Interview - Charles-René Tandé, président de l’Ordre des experts-comptables

«Nos missions vont bien au delà du seul établissement des comptes»