Communauté financière

Restructuration financière

Quand les petits porteurs se rebiffent

Option Finance - 20 novembre 2017 - Arnaud Lefebvre

Restructuration

Qu’ils soient actionnaires, détenteurs de bons de souscription d’actions ou d’obligations, plusieurs investisseurs minoritaires ont initié au cours des derniers mois des campagnes de contestation à l’encontre du management de sociétés en restructuration. Une démarche semée d’embûches, en raison notamment d’un manque de moyens financiers et d’un cadre légal peu favorable.

C’est du jamais vu dans le monde français de l’asset management. Ce lundi 20 novembre, le tribunal de commerce de Paris se prononcera sur la légalité du plan de sauvegarde défini par le groupe parapétrolier CGG dans le cadre d’un recours initié par six sociétés de gestion. Détentrices d’obligations convertibles, ces dernières s’estiment lésées par les modalités de la restructuration financière adoptées la semaine dernière, qui accordent un traitement beaucoup plus favorable aux créanciers d’obligations high yield de l’entreprise (voir encadré).

Carole Imbert, responsable de la recherche, Schelcher Prince Gestion
Schelcher Prince Gestion

Elles ne sont pas les seules à protester. De nombreux petits porteurs de CGG se sont en effet associés à cette démarche judiciaire inédite. «Lorsque nous avons commencé à contester les modalités du plan de sauvegarde, plusieurs d’entre eux ont en effet pris contact avec nous et, sans aller jusqu’à saisir le tribunal, ont participé activement à la contestation face au management», confirme Carole Imbert, responsable de la recherche chez Schelcher Prince Gestion et porte-parole du comité ad hoc représentant les porteurs d’Oceane de CGG.

Quelle que soit son issue, cette affaire vient rappeler que les frondes menées à l’encontre de sociétés cotées ne sont pas l’apanage des activistes. Dans les années 1990 puis au début des années 2000, minoritaires et dirigeants d’entreprises cotées s’étaient déjà opposés, en particulier chez Vivendi, Eurotunnel, Crédit Foncier de France… Si ces situations conflictuelles s’étaient raréfiées avec la...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Interview - Sarah N’Sondé, responsable de l’analyse sectorielle, Coface

«La décélération de l’activité concerne tant les Etats-Unis que l’Asie et l’Europe»

Interview – Gaétan Rougevin-Baville, chief operating officer, Meero

«Une entreprise de la French Tech peut aujourd’hui rayonner internationalement depuis Paris.»

Interview - Stéphane Créange, sous-directeur du contrôle fiscal, direction générale des Finances publiques

«Les résultats de nos contrôles fiscaux doivent s’analyser sur le long terme»