Communauté financière

Assemblées générales

Une ambiance apaisée… mais une contestation renforcée !

Option Finance - 13 juillet 2015 - Guillaume Clément et Audrey Spy

Assemblée générale, Actionnaires, Rémunération, Say on pay

Une ambiance apaisée… mais une contestation renforcée !

La saison 2015 des assemblées générales des sociétés du SBF 120 s’est révélée pour le moins paradoxale. Si l’atmosphère générale a été plutôt calme, les actionnaires ont toutefois davantage exprimé leur mécontentement sur plusieurs sujets. A l’an 2 du «say on pay», le taux d’approbation des rémunérations des dirigeants a globalement chuté et les mesures introduites par la loi Florange ont été largement critiquées par les investisseurs.

C’est une saison d’assemblées générales paradoxale qui s’achève pour les sociétés du SBF 120. D’un côté, la plupart des résolutions émanant de leurs conseils d’administration ont été largement approuvées par leurs actionnaires, dans une ambiance qui s’est rarement révélée aussi apaisée. Mais de l’autre, plusieurs signes ont révélé un mécontentement sous-jacent parmi un nombre croissant d’investisseurs. «Les bons résultats financiers qu’ont enregistrés la plupart de ces sociétés en 2014 ont certes fortement contribué à cette atmosphère détendue, mais les actionnaires ont quand même voté plus durement que l’an dernier, par exemple sur la rémunération des dirigeants, constate Bénédicte Hautefort, éditrice de l’Hebdo des AG. Les changements de gouvernance entraînés par l’entrée en vigueur de la loi Florange ont également été très clivants.»

D’importants clivages concernant la loi Florange

Premier signe de cette contestation, 11 résolutions dissidentes, c’est-à-dire émanant des actionnaires, ont été soumises au vote, contre seulement quatre en 2014. Si aucune d’entre elles n’a réussi à être adoptée, leur score d’approbation moyen s’est tout de même établi à 28 %, contre seulement 9 % un an plus tôt. Elles ont notamment porté sur des thématiques comme le partage de la valeur (chez Safran, Total, EDF et Orange) et la désignation des administrateurs (Eramet). Mais trois d’entre elles ont concerné l’un des sujets les plus conflictuels de cette saison, mis à l’ordre du jour suite à l’adoption de la loi Florange, l’introduction des droits de vote doubles.

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Interview - Sarah N’Sondé, responsable de l’analyse sectorielle, Coface

«La décélération de l’activité concerne tant les Etats-Unis que l’Asie et l’Europe»

Interview – Gaétan Rougevin-Baville, chief operating officer, Meero

«Une entreprise de la French Tech peut aujourd’hui rayonner internationalement depuis Paris.»