Financement des entreprises et Trésorerie

Euro-PP

Avec Aegide, le marché s’ouvre aux opérations de faible montant

Option Finance - 10 novembre 2014 - Arnaud Lefebvre

Euro PP, Placement privé, Emissions obligataires, Notation, Rating, Obligations

Le promoteur de résidences pour les seniors Aegide vient de lever 13,8 millions d’euros dans le cadre d’un placement privé inaugural. Une opération qui a été souscrite par près de dix investisseurs, confirmant ainsi la volonté de ces derniers de financer des emprunteurs de taille de plus en plus réduite.

En levant 13,8 millions d’euros dans le cadre d’un placement obligataire privé, le spécialiste des résidences non médicalisées pour les seniors Aegide (124,5 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013) a réalisé une opération synonyme de tournant dans le marché de l’Euro PP. Outre le fait qu’il s’agisse d’un des plus petits émetteurs depuis l’émergence de ce dernier, mi-2012, le montant émis figure, lui aussi, parmi les plus bas jamais empruntés. Surtout, à la différence des émissions de taille limitée effectuées jusqu’alors, celle d’Aegide n’a pas été souscrite par un fonds commun de dette spécialisé (Micado France, Core Euro Crédit de Fédéris, Kepler CM…), mais par près de dix investisseurs. Pour ces derniers, le ticket unitaire moyen s’établit donc à environ 1,4 million d’euros. Une première, car les institutionnels actifs sur le marché Euro PP n’octroyaient jusqu’à présent que des tickets supérieurs à… 10 millions d’euros. «Partant du double constat que les investisseurs disposent d’abondantes liquidités à placer et qu’ils sont à la recherche de rendement, nous avons approché une soixantaine d’entre eux afin de les sensibiliser à l’intérêt d’un tel placement, explique Véronique Rondet-Bresard, directrice des opérations financières de Banque Palatine, qui a arrangé l’émission. En raison notamment de la phase d’analyse crédit de l’émetteur, qui nécessite du temps pour les groupes relativement petits, un grand nombre de prêteurs restent encore réticents à l’idée de restreindre significativement la taille de leur participation. Mais les mentalités évoluent progressivement.»

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner