Financement des entreprises et Trésorerie

Parole d'expert

Comment piloter au mieux sa trésorerie dans un environnement incertain ?

Option Finance - 13 novembre 2020 - Communiqué

Crise sanitaire, Entreprises

En cette période de crise sanitaire et économique, la gestion de la trésorerie et la culture du cash font plus que jamais partie de la stratégie des entreprises comme leviers de la performance. Le pilotage et le contrôle de la trésorerie sont essentiels pour préserver et sécuriser la liquidité afin d’assurer la continuité de l’activité. Revenons sur ces enjeux du pilotage de la trésorerie avec Caroline-Emilie Schuster, directeur chez June Partners.

Quels sont les enjeux auxquels font face les entreprises dans ce contexte instable et incertain qualifié de «new normal» ?
Le pilotage et la maîtrise des flux de trésorerie doivent s’inscrire dans la stratégie de gestion des risques des entreprises et de la continuité de l’activité. Pour ce faire, il est important d’identifier les risques liés à l’exploitation en tenant compte à la fois des processus propres à l’entreprise et à son écosystème (clients/fournisseurs) et des impacts en termes de gestion de trésorerie.
Dans le contexte actuel, la gestion de l’activité opérationnelle se complexifie du fait de tensions sur le chiffre d’affaires, les délais de règlement clients, le recouvrement clients, l’approvisionnement et la rotation des stocks et les règlements fournisseurs.
Les entreprises doivent plus que jamais anticiper l’impact sur les résultats et sur leur rentabilité pour identifier les tendances négatives sur la trésorerie et prévenir toute crise de liquidité. La stratégie de couvertures doit être revue pour minimiser les risques d’exposition dans un environnement de marchés incertains.
Pour renforcer leur trésorerie, les entreprises ont pu négocier ou tirer sur des lignes de crédit de précaution, avoir recours à des emprunts ou dispositifs d’aides garanties par l’Etat. Toutefois la baisse des résultats, l’impact sur les capitaux propres et l’augmentation du niveau d’endettement conduisent à une détérioration des covenants/ratios (gearing, dette nette/Ebitda), ce qui questionne sur la soutenabilité de la dette des entreprises.


Comment piloter au mieux sa position cash dans un tel environnement ?
Le pilotage du cash et les prévisions de trésorerie sont essentiels pour assurer la pérennité de l’entreprise. L’objectif consiste à réviser et adapter l’organisation, les processus métiers, et les outils tout en sensibilisant les collaborateurs sur l’importance de l’indicateur clé qu’est le cash.
Le suivi de la position de cash et du niveau d’endettement ainsi que les prévisions de trésorerie doivent permettre de fixer le cap et de donner les orientations, et ce même dans un environnement incertain, par la modélisation de différents scénarios (tests de sensibilité – «stress tests»). Afin de s’assurer de la véracité des informations, les hypothèses de prévisions de trésorerie doivent être challengées. L’élaboration d’un tableau de bord avec des indicateurs pertinents tels que le suivi de la liquidité, de l’endettement, de la performance opérationnelle et du BFR permet de prendre les mesures correctives pour préserver la trésorerie, maîtriser le besoin en fonds de roulement et adapter les financements.
Après avoir déterminé la fréquence de reporting, les prévisions de trésorerie doivent tenir compte du business model de l’entreprise, complétées de programmes d’investissements ou de désinvestissements et des financements et éléments financiers (affacturage clients, financement de stocks, obligations, emprunts, augmentation de capital…).L’élaboration d’une vision du cash par filiale et consolidée au niveau du groupe permet d’arbitrer et de faciliter la prise de décision sur la circulation du cash entre entités (prêts/emprunts intercos, financements externes, dividendes, etc.).La centralisation de la trésorerie permet à l’entreprise de disposer d’une meilleure visibilité du cash et d’optimiser la sécurisation des flux de trésorerie.
Les prêts garantis par l’Etat et les mesures de report fiscales et sociales proposés par l’Etat ne soulagent que temporairement la trésorerie des entreprises. Un contrat d’affacturage pourra être une solution de financement flexible pour financer le fonds de roulement, maîtriser et conserver des capacités d’emprunts, gérer le risque clients et faciliter et assumer les amortissements relatifs aux PGE et les reports d’échéances. Actuellement, une attention particulière doit être donnée à la veille permanente de l’ensemble des dispositifs mis en place. En cette période complexe, la direction de la trésorerie et des financements doit se positionner comme le véritable bras armé des directions générales et financières et faire preuve d’une grande agilité.
Les entreprises doivent s’assurer du correct pilotage et de la maîtrise de l’évolution de la trésorerie et se faire accompagner si nécessaire afin de se concentrer pleinement sur la gestion opérationnelle d’un quotidien incertain. 

À lire aussi