Financement des entreprises et Trésorerie

Risque de change

Devises émergentes : les entreprises hésitent à se couvrir

Option Finance - 10 février 2014 - Arnaud Lefebvre

Devises, Emergents, Dépréciation, Risque de change, Rouble, Peso argentin, Real brésilien, Lire turque

Après une première vague de dépréciations courant 2013, plusieurs monnaies émergentes enregistrent, depuis quelques semaines, un recul sensible face à l’euro. Une situation qui inquiète les entreprises exposées à ces marchés, d’autant que le coût souvent élevé des produits de couverture peut rendre la souscription de ces derniers dissuasive.

Pour les groupes français exposés aux marchés émergents, le début d’année a un goût de déjà-vu. La baisse sensible de plusieurs monnaies émergentes face à l’euro, depuis janvier, vient en effet leur rappeler la crise de l’été dernier. Confiantes quant à la stabilité des pays concernés, la plupart d’entre elles se sont retrouvées prises au dépourvu car elles n’avaient pas toujours jugé utile de se couvrir. Résultat : des sociétés comme Renault, Pernod Ricard ou encore Vallourec ont vu leur chiffre d’affaires chuter jusqu’à près de 10 % au moment de la consolidation des comptes. 

Un renforcement du suivi du risque de change émergent

Beaucoup d’entreprises avaient commencé, de fait, à revoir leur politique de gestion du risque de change. Un processus qui s’est accéléré sous l’effet de la nouvelle crise. «Depuis le début de l’année, nous sommes passés d’un suivi mensuel de notre exposition à ce risque à un suivi quotidien», explique ainsi Pascal Thomas, responsable administratif et financier du groupe spécialisé dans les arômes et les parfums Aromatech (environ 23 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013), présent notamment en Turquie.

Jacques Molgo, directeur financement et trésorerie, Air Liquide
Jacques Molgo

De même, des indicateurs spécifiques aux marchés émergents ont été mis en place dans certains groupes. «Bien que nous soyons peu exposés au risque de change, nous avons renforcé, depuis l’été 2013, notre pilotage du risque de change dans les zones émergentes, témoigne Jacques Molgo, directeur financement et trésorerie d’Air Liquide. Désormais, nous mesurons quotidiennement plusieurs ...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi