Financement des entreprises et Trésorerie

Macroéconomie

La désintermédiation bancaire, moteur de la reprise

Option Finance - 23 mars 2015 - Arnaud Lefebvre

Endettement, Emissions obligataires

La diversification des sources de financement des entreprises serait de nature à soutenir le rebond de la croissance. Une étude du CEPII démontre en effet que plus la part de l’endettement obligataire des sociétés d’un pays est élevée, plus la progression du PIB local après une récession est rapide et importante.

Le salut de la croissance au sein de la zone euro passerait-il par… les marchés obligataires? Louée pour ses bienfaits en matière de gestion de la dette – l’entreprise ne dépend plus d’une seule catégorie de créanciers – la diversification des sources de financement aurait en effet une vertu sensiblement plus large. Selon une étude récente du Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII), intitulée «Le financement obligataire accélère-t-il les reprises ?», le rebond d’une économie après un épisode de récession serait davantage vigoureux au sein des pays où les sociétés disposent d’un endettement obligataire élevé.

93 épisodes de récession étudiés dans 25 pays

Telle est la conclusion à laquelle ont abouti après un an et demi de travaux les économistes Thomas Grjebine et Urszula Szczerbowicz, ainsi que le conseiller scientifique Fabien Tripier. «Face au décalage de cycle économique entre les Etats-Unis et la zone euro, nous avons souhaité comprendre les raisons pour lesquelles la reprise avait été plus précoce et plus dynamique outre-Atlantique, témoigne Fabien Tripier. Nous sommes pour cela partis des résultats d’une étude américaine (Adrian, Colla et Shin), montrant qu’au début de la crise de 2007 les groupes domestiques avaient pu substituer davantage de financements obligataires aux financements bancaires, ce qui avait soutenu leur activité. Nous avons voulu vérifier si ce constat était valable au niveau international.»

Les trois chercheurs ont ainsi examiné l’évolution de la structure de financement des entreprises dans 25 pays (Europe, Etats-Unis, Australie, Canada et Japon), dans le cadre de 93 épisodes de récession intervenus au cours de la période 1989-2013.

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner