Financement des entreprises et Trésorerie

Parole d’expert

«L’adaptabilité de nos solutions de gestion des flux est un atout majeur pour nos clients»

Option Finance - 1er février 2016 - Communiqué

Julien Bernardin, responsable commercial cash management à la direction des entreprises de la Caisse d’Epargne Ile-de-France, livre quelques-unes des innovations de son groupe dans le domaine du cash management.

Julien Bernardin, responsable commercial cash management à la direction
des entreprises de la Caisse d’Epargne Ile-de-France
Caisse d’Epargne Ile-de-France

Quelles modifications réglementaires et évolutions technologiques vont impacter la gestion des flux bancaires ?
Les différentes plates-formes de vente de type marketplace connaissent un succès croissant mais elles ont aussi fait apparaître une absence de normes juridiques réglementaires encadrant leur activité de service financier, puisqu’elles encaissent une transaction pour le compte d’un tiers qui va ensuite livrer le bien.
La directive européenne de monnaie électronique, ou DME, qui est entrée en application le 1er juin dernier, vise à vérifier que les sociétés qui exercent ce type de transactions se conforment bien à la réglementation en tant qu’émetteur de monnaie électronique devant faire l’objet d’une demande d’agrément auprès de l’ACPR (autorité de tutelle des banques).

Comment la Caisse d’Epargne Ile-de-France appréhende-t-elle ces évolutions alors que des fintechs émergent dans votre environnement ?
Le groupe BPCE a créé S-money, filiale à 100 % qui a le statut d’émetteur de monnaie électronique délivré par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). Cette filiale, dont l’agilité est équivalente à une start-up, permet à la Caisse d’Epargne de s’adapter aux demandes de chacun de ses clients et de concevoir des solutions complètes et spécifiques. En outre, nous travaillons en marque blanche, si bien que notre intervention est transparente et permet la valorisation de la marque de notre client.
Les champs d’application sont transverses et impactent 4 domaines : le commerce digital (porte-monnaie électronique, m-POS (Mobile Point of Sales – Dilizi), carte prépayée, gestion de la fidélité), l’économie collaborative (système de cagnotte, crowdfunding, marketplace, paiement collaboratif), la collecte de fonds (collecte associative), le transfert d’argent (domestique et international).
Par ailleurs, compte tenu de notre statut d’établissement bancaire et d’émetteur de monnaie électronique (via S-money), nous avons obtenu les passeports européens pour l’Allemagne, l’Espagne, l’Angleterre et l’Italie. Nos clients peuvent ainsi développer leur activité commerciale, en conformité avec les réglementations en vigueur.

Comment accompagnez-vous les clients qui adoptent vos solutions technologiques ?
Le dossier est confié à un chef de projet qui suit l’ensemble de la démarche. Cela nécessite des réunions sur la mise en place du cahier des charges, sur les développements techniques à réaliser de part et d’autre. Par exemple sur les solutions de paiement électroniques, le client peut demander la mise en place d’un Web Services lui permettant l’échange automatisé entre son CRM client (logiciel de gestion de la relation clients) et nos serveurs. Les développements peuvent être réalisés de manière rapide. Comme nous sommes dans une structure ouverte, agile, et que nous faisons partie du groupe BPCE, nous accompagnons le client tant pour le côté technique que réglementaire. Par ailleurs, nous proposons des solutions où, par exemple, dans un magasin d’habillement le vendeur, équipé d’un iPhone et d’un lecteur de carte bancaire, peut sortir les vêtements pour son client, lui faire essayer et l’encaisser directement au sortir de la cabine d’essayage, ce qui évite de faire la queue à la caisse.

Comment expliquez-vous l’intérêt suscité par votre coffre-fort automatisé que vous avez présenté aux journées de l’AFTE ?
Nous avons donc négocié auprès de notre partenaire Brinks l’installation d’un coffre-fort automatisé de 3 tonnes sur notre stand au Palais Brongniart à Paris pour les journées de l’AFTE, les 17 et 18 novembre dernier. En outre, l’adhésion au coffre-fort sécurisé transfert la garde des fonds à la Brinks si bien que lors de l’introduction des espèces dans le coffre-fort, les billets sont dématérialisés ce qui permet d’en créditer la contrevaleur sur le compte de l’entreprise dès le lendemain alors que l’argent peut être encore physiquement sur place. Cette démonstration a donné une image très dynamique de la Caisse d’Epargne Ile-de-France qui a déjà implémenté cette solution auprès de plusieurs de ses clients.

Pour en savoir + :
julien.bernardin@ceidf.caisse-epargne.fr.